Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir des Clos

Dossier IA72001206 réalisé en 2009

Fiche

Appellationsdes Clos
Parties constituantes non étudiéeslogement, grange, étable
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonForêt de Bercé - Le Grand-Lucé
AdresseCommune : Saint-Pierre-du-Lorouër
Lieu-dit : les Clos
Cadastre : 1835 B2 249 ; 1934 B2 204

Dans son état actuel, le manoir des Clos apparaît comme un logis de la fin du Moyen Âge. En 1724, Louis Guyon, sieur du Perray, notaire et garde des titres de la forêt de Bercé, habite les Clos. Il passe marché en 1726 avec le charpentier Julien Garanne pour la construction d'une grange-étable partiellement en pan de bois. En 1835, les Clos appartiennent à Julie Huzard qui possède également La Pointe, et demeure à Marçon. Ses descendants, des familles Huzard puis Bréchemin, conservent les Clos jusqu'en 1952. En 1897, le comte de Janssens note la trace de douves que nous n'avons pas retrouvées et qui ne figurent pas sur le cadastre de 1835.

Période(s)Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : 2e quart 18e siècle
Dates1726, daté par source
Auteur(s)Auteur : Garanne Julien charpentier attribution par source

Le domaine des Clos est situé à la lisière de la forêt domaniale de Bercé. L'ensemble est composé du logis, de deux dépendances dont une petite maison, et d'une grande grange-étable. Le logis et la petite maison attenante délimitent une cour. Le logis, de plan massé, est à étage et à pignons découverts. Il comporte deux accès : une porte centrale sur la façade est et une petite porte latérale sur la façade ouest. La façade principale (est) est ordonnancée et à travées. La porte est armoriée et surmontée d'une baie en arc brisé qui indique la présence d'une chapelle. La façade ouest est tout à fait différente. L'absence de travées de baies semble le résultat d'un remaniement. L'étage, partiellement en pan de bois, pourrait être la survivance d'un état antérieur. L'escalier dans-œuvre, placé dans le coin du logis, en pierre pour sa première volée, en bois pour la seconde, dessert indépendamment l'étage par une galerie qui permet l'accès à deux pièces à feu et à la chapelle. L'usage de cette galerie est atypique. Aujourd'hui fermée par un pan de bois, elle était à l'origine ouverte et sa toiture portée par des poteaux octogonaux à tête et base moulurées. La pièce sud est accessible depuis la galerie par une porte à deux vantaux articulés qui ouvrait sur un tambour. La chapelle est couverte par une charpente à chevrons formant fermes, intégrée sous la poutraison et décrivant un berceau brisé. L'ensemble du bâtiment est couvert d'une charpente à chevrons portant fermes qui était elle -même jusqu'en 1957 recouverte de bardeaux. A proximité du logis se trouvent une chambre à feu avec un four à pain et une petite dépendance. La grange-étable bâtie au XVIIIe siècle est placée à l'écart. La maçonnerie recouvre aujourd'hui des façades en pan de bois.

Murssilex
calcaire
enduit
essentage d'ardoise
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées, élévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
Escaliersescalier dans-œuvre : escalier en vis en maçonnerie, en charpente
États conservationsétat moyen

Logis au plan atypique : escalier dans oeuvre. Galerie.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • PESCHE, J.-R. : Grande et belle maison à fenêtres en croix, avec moulures et filets, portes ornées d'accolades à leur partie supérieure ; chapelle voûtée en ogive, dont une fenêtre à vitraux plombés, ornés de deux écussons, accolés par deux amours, supportés par des salamandres : le 1er, tranché, mi-parti de gueules et d'azur, à deux étoiles d'argent, une sur chaque tranche ; le 2e, également tranché, la tranche droite parti de gueules et d'azur, à l'étoile d'argent et à losanges ; l'autre tranche, parti d'argent et de sable, à la croix grecque de gueules, dans une couronne de losanges.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 E 5 313. Etude de Pierre Vérité, notaire royal à Saint-Pierre-du-Lorouër, 1726. Marché de construction d'une grange-étable aux Clos, 1726.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 E 130 196. Etude de Marçon, Me Louis-Théophile Boy, janvier-mars 1873. Inventaire après le décès de Clarisse Bréchemin veuve Cureau, 22-28 mars 1873.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 E 130 196. Etude de Marçon, Me Louis-Théophile Boy, janvier-mars 1873. Inventaire après le décès de Clarisse Bréchemin veuve Cureau, 22-28 mars 1873.

Documents figurés
  • Monuments Historiques, campagne photos de Martine Diot, 1988, de 328 380 à 328 426.

Bibliographie
  • HAUDRY, Nelly. La noblesse autour du Grand-Lucé Du début du XVIIIe s. à la veille de la Révolution, Mémoire de Maîtrise : Histoire, ss dir. L. Bourquin, J.-M. Constant et F. Pitou, Université du Maine : Le Mans : 2001.

  • CHAUDUN, Nicolas, DURAND, Jean-Louis, GALARD, Gilles de, Répertoire des manoirs de la Sarthe (XVe XVIe s.). Paris : éd. Nicolas Chaudun, 2013.

    p. 264
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Syndicat de Pays de la Vallée du Loir - Aquilon Stéphanie