Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir de Chanteloup, actuellement ferme

Dossier IA72001207 réalisé en 2009

Fiche

Appellationsmanoir de Chanteloup
Destinationsferme
Parties constituantes non étudiéesgrange, étable
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonForêt de Bercé - Le Grand-Lucé
AdresseCommune : Saint-Pierre-du-Lorouër
Lieu-dit : Chanteloup
Cadastre : 1835 B1 9 et 8 ; 1982 B1 114

Dans l'état actuel, Chanteloup est une demeure non achevée. A la fin du XVIe siècle ou au tout début du XVIIe siècle, une campagne de construction ajoute un pavillon à étage à une vieille maison en rez-de-chaussée construite sur le rebord d'une terrasse qui domine la vallée : aucun escalier ne permet l'accès à l'étage. Chanteloup appartenait à la famille Levallet au XVIIe siècle. Dès avant 1700, suite à des mutations, la maison et le pavillon appartiennent à des familles différentes (Duboille, Branchu, Poilvilain, Boussicault et Vérité). Dans l'état actuel des connaissances, plus aucun seigneur de Chanteloup n'est signalé avec la disparition du patronyme Levallet. A la fin du XIXe siècle, la propriété est à nouveau réunie dans les mains d'une même famille.

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : limite 16e siècle 17e siècle

Chanteloup est un ensemble composé d'une maison en rez-de-chaussée de la fin XVIe, à laquelle a été accolé au début du XVIIe siècle un pavillon. Ce pavillon aurait dû recevoir d'autres prolongements, apparemment jamais réalisés. La façade postérieure de l'ensemble, dont toutes les baies ont été murées, compte une troisième construction en retour d'équerre.

La maison se compose de deux pièces à feu, chacune ayant porte et fenêtre sur cour. L'une des portes conserve un motif décoratif orientant la datation vers la seconde moitié du XVIe siècle. Le pavillon offre une chambre à feu sur chacun de ses deux niveaux. Au rez-de-chaussée, le mur en pan de bois (côté maison) a été abattu au XXe siècle pour des raisons de commodité. A l'étage, la pièce à laquelle on accède par un rudimentaire escalier de bois, conserve une cloison en pan de bois et torchis, du côté donnant sur le grenier de la maison. La construction n'est pas totalement achevée. Un petit pan de mur reste béant. Une porte murée rappelle l'existence d'un projet plus ambitieux. L'ensemble est entouré de dépendances agricoles.

Murssilex
calcaire
bois
enduit
moellon
pierre de taille
pan de bois
Toitardoise
Étages1 étage carré, rez-de-chaussée
Couverturestoit en pavillon
appentis
toit à longs pans
Escaliersescalier dans-œuvre : échelle en charpente
États conservationsdésaffecté, inégal suivant les parties, état moyen

Pan de bois.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • AD Sarthe : 4 E 131 20. Description du pavillon en 1845

    Description du pavillon en 1845 : (...) une maison sise au lieu de Chanteloup composée d'une chambre à feu dans laquelle se trouve un four, et d'une chambre froide à côté, grenier et comble sur le tout couvert en bardeau, masse du four derrière la chambre à feu, toits à porcs auprès de cette masse de four, grenier dessus, évier à côté, couvert en bardeau, écurie sous les chambres ci-dessus, emplacement d'une forme à fumier devant, le tout en un seul et même tenant... 9 et 9 bis section B du plan cadastral.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 E 5 291. Etude de Pierre Vérité, notaire royal à St-Pierre-du-Lorouër, 1704. Licitation entre les héritiers de René Duboille, 7 mai 1704. Concerne la maison.

  • Archives départementales de la Sarthe : 4 E 5 91. Étude de Courdemanche, Me Bourgoin, notaire royal, 1751. Partage entre les enfants de Louis Branchu, 26 novembre 1751. Concerne la maison.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 E 5 382. Étude de Courdemanche, Me Devault, notaire royal, Saint-Pierre-du-Lorouër, 1771. Démission des biens de Pierre Vérité, neveu d'Anne, 29 septembre 1771. Concerne le pavillon de Chanteloup.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 E 5 646. Étude de Courdemanche, Me Alphonse Proust, 1824. Partage entre les enfants Poilvilain, 21 décembre 1824. Concerne la maison.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 E 131 20. Étude de Me Jacques Christophe Renard, Saint-Vincent-du-Lorouër, janvier-mai 1845. Donation entre vifs par Mme veuve Julien Vérité, 27 février 1845. Concerne le pavillon de Chanteloup.

Bibliographie
  • HAUDRY, Nelly. La noblesse autour du Grand-Lucé Du début du XVIIIe s. à la veille de la Révolution, Mémoire de Maîtrise : Histoire, ss dir. L. Bourquin, J.-M. Constant et F. Pitou, Université du Maine : Le Mans : 2001.

  • CHAUDUN, Nicolas, DURAND, Jean-Louis, GALARD, Gilles de, Répertoire des manoirs de la Sarthe (XVe XVIe s.). Paris : éd. Nicolas Chaudun, 2013.

    p. 262
Périodiques
  • JANSSENS, Gaston et M.-C. Conte de, Saint-Pierre-du-Lorouër et ses peintures murales. Société historique de la Province du Maine, 1895, tome III ; 1896, tome IV ; 1897, tome V.

    p. 26-29
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Syndicat de Pays de la Vallée du Loir - Aquilon Stéphanie