Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir, actuellement ferme - le Fay, Saint-Léger

Dossier IA53003101 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinationsferme
Parties constituantes non étudiéesétable, grange, douves
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes d'Erve-et-Charnie - Sainte-Suzanne
AdresseCommune : Saint-Léger
Lieu-dit : le Fay
Cadastre : 1842 C 178 ; 1982 C 178, 181, 414, 415

Le Fay est un ancien "fief et domaine", mouvant de Sainte-Suzanne et attesté, selon Angot, en 1526. Marin Le Rouge en est le seigneur en 1608. En 1754 il appartient à Anne Francoise Rivault veuve de Jean Gaultier de la Vieux-Cour, seigneur de Lesnières et de Courtentré, qui le loue à un agriculteur. La montrée réalisée alors, à l'occasion du renouvellement du bail à moitié, permet de reconstituer approximativement la distribution de l'ancien manoir au XVIIIe siècle : au rez-de-chaussée, une salle à cheminée sur laquelle donne une "lavendrie" et l'escalier, une cuisine et une cave ; à l'étage, trois chambres : la chambre "de sur lad salle", la "chambre et étude" et la "grande chambre" accessible par une "allée et vestibule", à costé de laquelle prend place un "petit apartemant" et une "santinelle". Quatre bâtiments agricoles s'ajoutent au logis : une étable-grange, dont le plancher est constitué de "rameaux sur de vieux soliveaux", un toit à porcs, une écurie et une seconde étable. Un portail ferme la cour entourée de murs. Pendant la révolution le Fay est saisi sur les biens du seigneur de Lesnières Duchemin de Bois du Pin. Lors de son estimation en vue de sa vente comme bien national le 3 frimaire an III (23 novembre 1794), il "est exploité à titre de colonie partiaire par le citoyen François Le Rouge (...). Les bâtiments consistent en une maison avec un four et une chambre au bout, chambre haute, grenier dessus, une étable, une grange, un toit à moutons, une écurie, deux mauvais toits à porcs". Le logis remonte pour ses parties les plus anciennes (cheminée et linteau remployé de la porte de la chambre située au-dessus de la cave) à la fin du XIVe ou au XVe siècle. La petite baie située à droite de la porte principale (qui donnait sur l'escalier ?) pourrait dater du XVIe siècle, et celle qui prenait place à gauche, connue par une photographie ancienne, pouvait être du XVIIe siècle. La réfection de la charpente au XIXe siècle et le remaniement complet de la partie sud de l'édifice dans les années 1960 ont rendu son analyse difficile. La douve qui entourait sur trois côté le jardin situé derrière le manoir a été comblée dans le troisième quart du XXe siècle. Les bâtiments agricoles ont été reconstruits dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Secondaire : 16e siècle , (?)
Secondaire : 17e siècle , (?)

Le lieu-dit du Fay, actuellement ferme, est constitué de trois bâtiments maçonnés disposés sur les trois côtés d'une cour régulière. Ils sont construits en moellons de grès et couverts d'ardoises. Le manoir prend place à l'ouest. Sa partie sud, représentant environ deux-tiers du bâtiment, a été trop remaniée pour permettre l'analyse. Réalisés en granite, le linteau de la porte et la partie haute de la fenêtre droite, dont les piédroits sont ornés d'une moulure en forme de tore, sont encore en place. Les autres baies ont été refaites en ciment. La partie nord est mieux conservée, bien que le niveau de son plancher ait été remonté : elle présente une pièce haute à cheminée, une ancienne chambre sans doute, établie sur un rez-de-chaussée bas servant de cave. La porte haute, remaniée, est surmontée d'un linteau à double accolade. La cheminée, établie contre le pignon nord, possède des piédroits chanfreinés et des corbeaux doubles en granite. Deux petites baies de la façade arrière sont également dotées d'encadrements chanfreinés. Les deux bâtiments agricoles, étable au nord et étable-grange au sud, sont dotés d'un comble à haut surcroît (sauf l'extrémité est du bâtiment nord) et de baies en moellons à arc surbaissé.

Mursgrès moellon sans chaîne en pierre de taille
Toitardoise
Étagesen rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Mayenne : 3 E 66 71. Étude de Me Pierre Bordin, notaire à Vaiges. Prolongation de bail à moitié et montrée du Fé entre Anne Françoise Rivault veuve de maître Jean Gaultier de la Vieux-Cour et Toussaint Terrier et sa femme Marie Dondeau. 12 février 1754.

  • Archives départementales de la Mayenne : 447 J [non coté]. Titres de la métairie du Fé en Saint-Léger et de la closerie de Hermonnière en Vaiges. [Lesnières, terre, fief et seigneurie : inventaire XVIe-XVIIIe s.].

  • Archives départementales de la Mayenne : Q 207. Département de la Mayenne. Vente de biens nationaux du 19 ventose an VI (9 mars 1798). [Affiche] (n°15).

  • Archives départementales de la Mayenne : Q 527. Estimation de la métairie du Fay, située commune de Saint-Léger-en-Charnie, appartenant à la république par l'émigration de Duchemin du Bois Dupin. 3 frimaire an III (23 novembre 1794).

Documents figurés
  • [L'ancien manoir du Fay, à Saint-Léger]. S.d. [milieu XXe siècle]. 2 phot. pos. (Collection particulière).

Bibliographie
  • ANGOT, Alphonse-Victor (abbé), GAUGAIN, Ferdinand (abbé). Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne. Laval : A. Goupil, 4 vol., 1900-1910.

    t. 2, p. 156 ; t. 4, p. 340
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Nicolas Foisneau

Chercheur à l'Inventaire général, au service puis direction du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne, de 2001 à 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Davy Christian
Christian Davy

Chercheur au service Patrimoine de la Région Pays de la Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.