Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir, actuellement ferme - l'Epine, Saulges

Dossier IA53003307 réalisé en 2006

Fiche

Destinationsferme
Parties constituantes non étudiéesétable, grange, fournil, remise
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes d'Erve-et-Charnie - Meslay-du-Maine
AdresseCommune : Saulges
Lieu-dit : l' Epine
Cadastre : 1838 F6 10 à 12 ; 1982 E 204, 339 ; 1982 F 124

Le lieu de l'Epine est, selon Angot, mentionné dans le cartulaire de la Couture du XIIIe siècle. Lieu seigneurial, il dépendait vraisemblablement de la châtellenie de Thévalles depuis au moins la fin du XVe siècle (l'acte le concernant le plus ancien que mentionne le terrier de cette terre remonte à 1478). Il appartient au XVe siècle à Jean Guier, qui le vend à Guillaume Hates, dont les héritiers le vendent en 1531 à Antoine Pillier et Jean Pinard. Il passe dans le dernier quart du XVIe siècle à Pierre de Bouffard, mari de Françoise Ferrand fille du seigneur de la Havardière, puis au début du XVIIe siècle à Arthur du Thoré, seigneur d'Etrainville, mari de Barbe de Bouffard. François Ernault, seigneur de Montguyon en est désaisi en 1675 au profit de Jean de la Porte, seigneur de Soulgé, et les héritiers de Marie-Angélique de la Porte, veuve de Louis-Joseph de Montecler en sont propriétaires en 1710. La carte de Jaillot (1706) localise à l'Epine un manoir et celle de Cassini une simple ferme. La baillée noble établie vers 1775 entre le marquis de la Rochelambert et son propriétaire Joseph Nicolas Rousseau de Monfrant désigne le "lieu et métairie de la grande Epine et Haute Epine () consistant pour l'hommage dans tous les bâtiments dud lieu composés de la maison de maître, logement de fermier, écuries, étables, grange, toits à porcs, cour close de murs, un jardin derrière la maison de maître dans lequel est le puits dud lieu, le tout contenant environ trois-quarts de journal () un verger contenant trois-quarts de journal avec une mare et paty étant au nord dans lequel furent les maisons de la Basse Epine dont il ne reste aucuns vestiges". Le manoir a vraisemblablement été construit dans la deuxième moitié du XVe siècle. Il a été agrandi d'un corps de bâtiment à l'est, peut-être au siècle suivant, et d'un autre corps, à l'ouest, en 1857, lors de la campagne de remaniement des façades. La cheminée est a été remontée à Ballée dans les années 1960. L'étable est était sans doute occupée au XVIIIe siècle par le logis du fermier dans sa partie nord, complètement remaniée au XIXe siècle. Sa partie sud, l'étable ouest et l'étable accolée au fournil peuvent, d'après leur charpente, être datées du XVIe ou du XVIIe siècle. Elles ont été remaniées au XIXe siècle. Le fournil et la remise ont été construits dans la deuxième moitié du XIXe siècle. L'étable-grange, sans doute reconstruite à cette époque, a été diminuée dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Période(s)Principale : 2e moitié 15e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 16e siècle , (?)
Secondaire : 17e siècle , (?)
Dates1857, daté par source

D'après le plan terrier du XVIIIe siècle, les bâtiments de l'Epine étaient disposés autour de trois cours délimitées partiellement par des murs et hiérarchisant les espaces : à l'est la cour d'entrée et la cour de ferme, à l'ouest, la cour du manoir au-devant du bâtiment et à l'arrière le "jardin de maître". Ces délimitations ont disparu aujourd'hui, de même que les appendices circulaires (tours ?) cantonnant la maison sur trois angles. Celle-ci est constituée d'un rez-de-chaussée élevé sur un étage de soubassement rattrapant la dénivellation du terrain et ouvrant du côté de la façade principale au sud. Au nord les baies ont été entièrement refaites au XIXe siècle en tuffeau et en calcaire marbrier taillé. Au sud, deux d'entre elles, quoique transformées, conservent leurs encadrements médiévaux à baguettes croisées. Le pignon est, autrefois découvert, est doté d'une porte à accolade en calcaire. Le corps principal était divisé au rez-de-chaussée en deux pièces éclairées chacune par une cheminée (l'une détruite, l'autre déplacée). Sa charpente est du type à chevron porteur. Elle est dotée d'une faîtière et d'une sous-faîtière. Ses quatre fermes principales semblent dépourvues d'entrait et leur poinçon s'interrompt sous leur entrait retroussé. Les dépendances sont en rez-de-chaussée et couvertes principalement d'ardoises, remplacées en partie par des tôles et des ardoises en fibrociment, et associées sur la partie sud de l'étable est à des tuiles plates. Les charpentes des corps anciens, remaniées sur l'étable ouest et la partie sud de l'étable est, étaient du type à ferme et à panne sous chevron porteur.

Mursgrès moellon sans chaîne en pierre de taille
Toitardoise, tuile plate, tôle nervurée, matériau synthétique en couverture
Étagesen rez-de-chaussée, étage de soubassement
Couverturestoit à longs pans pignon découvert
toit à longs pans croupe
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Mayenne : B 2372. Sénéchaussée et présidial de Château-Gontier. Civil. Procédures et sentences. Jean de la Porte, sieur du Manoir contre François Ernault, sieur de Monguion, Perrine Gaudouin, sa femme et François Gaudouin, sieur de la Roche : saisie des lieux de Lespine, la Renouardière, le Boisysabeau et le Verger en Saulges et Saint-Pierre-sur-Erve. 1675.

  • Archives départementales de la Mayenne ; 3 P 436. Matrices des propriétés foncières bâties et non bâties de Saulges. 1841-1911.

  • Collection particulière. Chartrier de Thévalles. Terrier des fiefs et châtellenies de Thévalles et Saulges et des fiefs du Plessis et de Chantemelle réunis. 1773-1787. (Microfilm : Archives départementales de la Mayenne, 1 Mi 351 R 32 162).

    art. 24, fol. 234, 10 juin 1780
  • Collection particulière. Chartrier de Thévalles. Censifs ou livre de recette des fiefs des châtellenie de Sauge, Thévalles réunies ensemble du fief du Plessis aussi réuni, .... lesquelles ... s'étendent es paroisses de Sauge, Chemeré-le-Roi et Ballée. [1772-1775]. (Microfilm : Archives départementales de la Mayenne, 1 Mi 351 R 33 163).

    art. 7, fol. 7
Documents figurés
  • Chartrier de Thévalles. Plans de la terre de Thévalles et environs : plans terriers de la châtellenie de Thévalles, Saulges et Saint-Pierre. 1772-1777. 56 plans pos. en 1 album : encre et gouache ; 46 X 60 cm. (Microfilm : Archives départementales de la Mayenne, 1 Mi 351 R 34 166). (Collection particulière).

    pl. 7
  • [Le manoir de l'Epine à Saulges, pendant la réfection de la toiture] / photogr. par Sergent (propriétaire). S.d. [années 1990]. 1 phot.pos.

    Collection particulière
Bibliographie
  • ANGOT, Alphonse-Victor (abbé), GAUGAIN, Ferdinand (abbé). Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne. Laval : A. Goupil, 4 vol., 1900-1910.

    t. 2, p. 103 ; t. 4, p. 320
  • MAITRE, Léon. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes. Mayenne. Paris : Imprimerie nationale, 1878.

    p. 118
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Foisneau Nicolas

Chercheur à l'Inventaire général, au service puis direction du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne, de 2001 à 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Davy Christian
Davy Christian

Chercheur au service Patrimoine de la Région Pays de la Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.