Dossier d’œuvre architecture IA44004681 | Réalisé par
Lelièvre Françoise
Lelièvre Françoise

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique
Maison, tribunal, maison, 17 rue Pierre-Jubau, Paimbœuf
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Paimbœuf (commune)
  • Commune Paimbœuf
  • Adresse 17 rue Pierre-Jubau
  • Cadastre 1810 203  ; 1999 A 2ème feuille 1496

Le 3 novembre 1779, le terrain est arrenté par Jean-Marie Lucas, capitaine de navire et Catherine Villaine à Michelle Grou. En 1785, la maison est achevée, les propriétaires avouent au marquis de Bruc une maison nouvellement bâtie : un corps de logis de deux pièces de chaque côté de l'allée centrale (ou couloir) duquel semble partir l'escalier d'accès aux six pièces du premier étage et au comble à surcroît. Quelques pièces, des celliers, les latrines et le puits sont signalés dans la cour. La maison est partagée entre plusieurs propriétaires et locataires imposés en 1790 au titre de la capitation : Jean-Marie Lucas, capitaine de navire ; la veuve Ménard, marchande de tabac ; la veuve Gautrau ; Pierre Gautrau, capitaine de navire ; Maurice Gautrau, officier ; Abraham Gautrau, officier ; Richard, charpentier. Le registre de la propriété foncière mentionne en 1791, en dehors des onze pièces du corps principal, trois pièces dans la cour. En 1791, la maison appartient à la même famille, le registre de la contribution foncière précise la profession de l'un d'eux : Lucas, négociant. Le 2 janvier 1819, l'administration du département de la Loire-Inférieure souhaite y installer un tribunal civil et signe un premier bail de location pour neuf année avec la famille Lucas. Elle acquiert l'ensemble le 10 décembre 1841, confiant sa requalification et la construction des deux pavillons au sud de la cour à l'architecte du département, Saint-Félix Seheult. Le tribunal d'instance de Paimbœuf, relevant à l'origine du Tribunal de Grande Instance de Nantes, fait partie du ressort du tribunal de grande instance de Saint-Nazaire depuis la mise en service du pont en 1976. Ce tribunal a été supprimé en 2010.

Un corps unique, exceptionnellement double en profondeur, compose la maison. A partir d'un large vestibule servant de salle des pas-perdus, un escalier en charpente, ancré dans-œuvre à l'angle sud-est, conduit, à l'étage, à la salle d'audience dont le plafond a été exhaussé. Les ouvertures carrées du comble à surcroît ont été masquées du côté de la rue, laissant supposer une division du comble : un comble servant de grenier du côté de la rue et trois pièces habitables du côté de la cour. Deux pavillons couverts d'un toit à croupes ont été élevés au sud de chaque côté de la cour.

  • Murs
    • gneiss
    • granite
    • tuffeau pierre de taille
    • moellon
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan régulier
  • Étages
    1 étage carré, comble à surcroît
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • croupe
  • Escaliers
    • escalier dans-œuvre : escalier tournant à retours sans jour en charpente
  • Statut de la propriété
    propriété du département

Documents d'archives

  • Administration et comptabilité départementale. Tribunal.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 1 N 452
  • Etude de Me Jacques Charles Trastour aîné. Arrentement des lots au sud de la rue Destin et de la rue Neuve proposé par François Devarneau, demeurant rue de l´Eglise à Paimboeuf et procureur de Michelle Grou demeurant au Port au Vin de Nantes. Actes passés entre le 1er octobre 1779 et le 8 décembre 1779. Arrentement du lot n° 17 rue Pierre Jubau à Jean-Marie Lucas, capitaine de navire et Catherine Villaine sa femme le 3 novembre 1779.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 90/41
  • Etude de Me Trastour. Aveu rendu à Marie François de Bruc par Jean-Marie Lucas, capitaine de navire, Catherine Villaine son épouse et Marie Villaine veuve de Jean-Baptiste Garlois sur une maison nouvellement bâtie rue Neuve consistant en deux chambres basses donnnant sur la rue séparée par une allée dans laquelle est un escalier, deux chambres basses au midi des deux premières, trois chambres au-dessus donnant sur la rue, trois autres chambres au derrière vers midi, chambre et grenier au-dessus cour au midi en laquelle sont des celliers, chambres, latrines, puits et jardin au midi. 2 septembre 1785.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 90/44
  • Registre de la capitation établi le 24 juillet 1790. Habitent la maison : Jean-Michel Lucas, capitaine avec une domestique ; la veuve Ménard, marchande de tabac, la veuve Gautrau, Pierre Gautrau, capitaine, Maurice Gautrau, officier, Abraham Gautrau officier, Richard, charpentier.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : B 3535
  • Registre de la contribution foncière établi en 1791, état de section n° 1. Numéro de la propriété : 119. Propriétaire : Lucas négociant. Nature de la propriété : onze chambres, trois chambres dans la cour avec un jardin.

    Archives communales, Paimbœuf
Date d'enquête 2004 ; Date(s) de rédaction 2004
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
Lelièvre Françoise
Lelièvre Françoise

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.