Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison puis boucherie, actuellement maison, 15 rue de la Poste

Dossier IA72001329 réalisé en 2010

Fiche

  • Elevation sur rue
    Elevation sur rue
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • bergerie
    • étable
    • écurie
    • abattoir
    • cellier
    • toit à porcs
    • communs
Parties constituantes non étudiéesbergerie, étable, écurie, abattoir, cellier, toit à porcs, communs
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Nogent-le-Bernard
Adresse : 15 rue
de La Poste
Cadastre : 1835 D 577, 582 ; 2012 D 504-505

En 1835, le fonds était composé de deux parcelles, l'une irrégulière flanquant la Rue Haute, l'autre régulière en jardins. La première parcelle était bordée par cinq bâtiments, deux mitoyens sur la rue, deux non contigüs au nord et un grand au sud, percés au total de 17 portes et fenêtres.

En 1893, Alexandre Guilbert, boucher et propriétaire, déclarait la construction d'une boucherie, d'un abattoir et d'une buanderie. Le fonds fut divisé avant 1908 par distraction du grand bâtiment sud et d'une partie de la cour. A cette date, un porche commun avec poterne desservait les deux fonds, l'accès à la cour se faisait par un portail latéral créé sur la nouvelle limite parcellaire ou par un portail entre la cour et les jardins. Le logis, sur rue, était distribué au rez-de-chaussée en corridor central, boutique puis salle à manger à gauche et pièce à droite, divisée par une cloison et réservée par la propriétaire. De nouveaux bâtiments (cuisine en retour d'équerre du logis, puis clapier, fosse à engrais, bergerie et toits à porcs) bordaient la nouvelle délimitation de la cour, les deux bâtiments nord, augmentés, étaient distribués en fournil (également réservé), hangar, communs (lieux et cellier), charcuterie et écuries, puis tuerie et deux étables. En 1909,on tuait par semaine dans l'abattoir pavé de briques doubles à fougères, une vache, un veau, un mouton et un porc, l'aire de la charcuterie était en béton cimenté. La boucherie aurait fermée dans le 4e quart du XXe siècle.

Synthèse

La composition d'ensemble connue en 1835 (cour accessible depuis la rue par un porche, grand logis sur rue et nombreuses dependances) évoque les dispositions d'une auberge. Les divisions parcellaires de la maison et du jardin témoignent de l'usage mixte de l'édifice dans le 1er quart du XXe siècle (partie louée en maison et boucherie et partie réservée par le propriétaire).

Le logis, qui a peut-être un fonds ancien (percements irréguliers de l'élévation sur cour et charpente), a été entièrement remanié dans le 4e quart du XVIIIe siècle. Il en subsiste le second niveau de l'élévation sur rue et l'escalier à balustres plats. Au nord, le fournil en retour d'équerre et la partie centrale des communs, percée de portes couvertes d'un linteau délardé en arc segmentaire et de la porte-haute à fronton pignon orné d'un bonnet phrygien, datent de cette même campagne. Les autres corps de bâtiments, à chambranles de baies en briques, ont été construits dans le 4e quart du XIXe siècle. Le premier niveau de l'élévation sur rue du logis a été refait dans le 4e quart du XXe siècle, après la fermeture de la boucherie.

Le corps de porche, encore visible sur des cartes postales de la première décennie du XXe siècle, a été remplacé peut après cette date par la maison du 13, rue de la Poste.

Période(s)Principale : Temps modernes , (?)
Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle

Le fonds traversant entre les rues de la Poste et des Acacias est composé de quatre parcelles contigües. La principale est bordée sur la rue de la Poste par le logis (cadastré en deux parcelles) et sur les flancs nord et sud par les communs, les parties agricoles (écuries, étables, bergerie et toits à porcs) et l'abattoir désaffecté. Elle ouvre à l'ouest, par un portail à deux piliers en pierre de taille, sur les deux parcelles de jardins dont l'une contient le hangar (non cadastré).

La maison est en rez-de-chaussée surélevé sur étage de soubassement et à étage carré, les autre bâtiments sont en rez-de-chaussée avec comble à surcroît. Sauf exception (pignon en brique de l'un des corps de communs et hangar sur poteau essenté de tôles), le gros oeuvre est en maçonnerie enduite, avec chaînes d'angle, bandeau joignant l'appui des fenêtres de l'étage, entablement et corniche en pierre de taille pour l'élévation sur rue du logis. Les chambranles des baies sont en pierre de taille (logis, communs), en briques ou en ciment (parties agricoles et abattoir), la porte d'accès à l'étage de soubassement du logis est couverte d'un arc segmentaire, les appuis des fenêtres de l'élévation sur rue sont portées par deux consoles ornées de canaux, deux portes des communs sont couvertes d'un linteau délardé en arc segementaire et la porte-haute couronnée d'un fronton pignon orné d'un bonnet phrygien.

Le toit à porcs est couvert en appentis, les autres bâtiments de longs pans couvrant les pignons.

L'escalier du logis monte du rez-de-chaussée au comble. La distribution du rez-de-chaussée est remaniée, celle de l'étage n'a pas été vue.

Murspierre moellon enduit
pierre maçonnerie enduit
brique
essentage de tôle
Toittuile plate, ardoise
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, en rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
appentis
pignon couvert
noue
Escaliersescalier dans-œuvre : escalier tournant à retours sans jour en charpente, suspendu
États conservationsbon état
Techniquessculpture
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 223/38. Etat des sections de la commune de Nogent-le-Bernard. 1836.

  • AD Sarthe : 3 P 223/44. Commune de Nogent-le-Bernard. Matrice des propriétés bâties. 1882-1911

  • AD Sarthe. 5 M 238. ÉTABLISSEMENTS INSALUBRES ET DANGEREUX. Tueries particulières. Nogent-le-Bernard (avec plans). 1908-1938.

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Nogent-le-Bernard. 1835. (Archives départementales de la Sarthe ; PC 223).

    section D
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Hardy Julien