Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite le Logis de Chantemerle, 23 rue Georges-Clemenceau

Dossier IA85002190 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, jardin, communs
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Vix
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 23 rue
Georges-Clemenceau
Cadastre : 1836 C 534 ; 2019 AI 249

La demeure et ses communs apparaissent sur le plan cadastral de 1836, avec la même emprise au sol. L'aile de communs en retour d'équerre par rapport à la maison pourrait remonter en partie au 18e siècle, comme le laissent penser les petites baies à linteau chanfreiné.

Cette propriété semble tenir son nom d'une famille de notables qui détenait des biens à Vix et dans la région dans la seconde moitié du 16e siècle. Le 21 avril 1555 (devant Misère, notaire à Fontenay-le-Comte), Jehan de Chantemerle, écuyer, demeurant à Vix, vend ainsi à Nicolas Giraud, marchand à Fontenay-le-Comte, une maison située à Saint-Michel-le-Cloucq. Le 1er février 1590 (devant Ménard, notaire à Fontenay-le-Comte), le même Jehan de Chantemerle marie sa fille, Polle de Chantemerle, veuve de Méry de La Fenestre, à Maître Jehan Myon.

On retrouve le domaine de Chantemerle au milieu du 18e siècle. Le 27 janvier 1750, René Denfer de Haute-Roche, fermier seigneurial de Vix, afferme à Jacques Druet, laboureur, époux de Françoise Gastard, demeurant à Ecoué (Montreuil), "la métairie de Champtemerle vulgairement appelée le Grand Logis", précédemment affermée au nommé Arsicault. Chantemerle passe ensuite à la fille de René Denfer de Haute-Roche, Françoise Denfer (1733-1808) et à son mari, Venant François Gaudicheau, marchand et maître apothicaire à Fontenay-le-Comte, qui l'afferme le 14 janvier 1773 à Jean Galiot. Trois ans plus tard, le 22 mai 1776, il vend "le Grand Logis ou Chantemerle" à Pierre Guérin (1743-1804), notaire à Vix, époux de Marie Gaudineau. L'acte, passé en la maison seigneuriale de Vix, indique que le logis touche à l'ouest et au sud à la maison et au jardin de l'abbé François Bonnin, chanoine de la cathédrale de Luçon. La "maison de Chantemerle" est mentionnée à diverses reprises dans des actes notariés, par exemple le 7 février 1808 dans la vente d'un terrain confrontant au sud à la grande rue et à l'ouest au chemin qui conduit à la maison de Chantemerle.

En 1837, la demeure appartient aux héritiers de Nicolas-Augustin Prouzeau (1781-1836), propriétaire, veuf d'Anne-Louise Guérin (1781-1828) et remarié à Marie-Véronique Renoux (1795-1869). Egalement propriétaire (et constructeur) de l'actuelle mairie, il a hérité Chantemerle de son beau-père, le notaire Pierre Guérin. A la mort de Nicolas-Augustin Prouzeau, Chantemerle échoit à son fils, Armand Prouzeau (1817-1893) (donateur de l'actuelle mairie) qui la fait reconstruire en 1849. La maison abrite ensuite plusieurs notaires successifs et leurs familles : d'abord Charles Jobert et son épouse Alexandrine Héraud, dans les années 1850-1860, puis en 1901 Victor Parion (1848-1906), célibataire, André Puiroux (1876-1936), époux de Louise Prax, en 1909, et enfin son fils Jacques Puiroux, également notaire, époux de Hélène Garnet.

Période(s)Principale : 18e siècle, milieu 19e siècle

La propriété, située au coeur du bourg, comprend une maison et des communs en retour d'équerre au sud-est, l'ensemble délimitant une vaste cour. Un jardin s'étend en pente à l'arrière de la maison, au nord. La maison, à un étage, présente en façade trois travées d'ouvertures, réparties symétriquement autour de la porte centrale. Celle-ci possède un encadrement saillant, sous une petite corniche, avec aussi une marquise en verre et métal. Une autre corniche couronne la façade que souligne un solin.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
TypologiesMaison indépendante, Maison de maître, 3
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée, B 1234. 1776, 22 mai : vente du Grand Logis ou Chantemerle, à Vix, par Venant Gaudicheau et Françoise Denfer à Pierre Guérin.

  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 35/11. 1590, 1er février : contrat de mariage entre Jehan Myon et Polle de Chantemerle.

  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 37/E. 1555, 21 avril : vente d'une maison à Saint-Michel-le-Cloucq par Jehan de Chantemerle à Nicolas Giraud.

  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 63/36. 1750, 27 janvier : ferme de la métairie de Chantemerle par René Denfer de Haute-Roche à Jacques Druet.

  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 63/51. 1773, 14 janvier : ferme d'une maison appelée le Grand Logis, à Vix, par Venant François Gaudicheau à Jean Galiot.

  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 63/71. 1808, 7 février : acte de vente d'un terrain proche de la maison de Chantermerle par Jean Néron à Mathurin Vincent.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 3392 à 3401, 3725 (complétés par les registres conservés en mairie). 1837-1971 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Vix.

Documents figurés
  • Plan cadastral de Vix, 1836. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 303).

Bibliographie
  • MAILLAUD, Jean. Notes généalogiques.

    tome 2
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis