Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite la Maison Blanche ; Marais du Sablon

Dossier IA85002364 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesjardin, étable
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Vix
Lieu-dit : Marais du Sablon
Cadastre : 1836 J 375 et 377 ; 2019 ZD 6

Une maison figure à cet endroit sur la carte du bassin de la Sèvre Niortaise par Mesnager en 1818, puis sur le plan cadastral de 1836. Une autre (qui sera démolie en 1873), se trouve alors au nord-est, de l'autre côté d'un passage, désormais comblé, reliant alors le Contrebot de Vix et la Sèvre Niortaise. A ces deux maisons s'ajoutaient une troisième ou hutte située sur la digue ou Grande levée de Vix.

L'endroit est déjà habité au 18e siècle (et peut-être dès la fin du 17e) par la famille Sausseau-Saulnier, famille de pêcheurs. En 1690, Simon Saulnier, pêcheur, époux de Denise Mingot, achète une pièce de marais "proche l'écluse de Sablon", qui se situait quelques centaines de mètres en amont d'ici. En 1750, son petit-fils, Pierre Sausseau (1720-1785), pêcheur "demeurant proche la rivière", marié à Françoise Hurtaud (1723-1783), achète à son oncle, André Saulnier époux de Marie Coudrin, une petite maison avec une pièce de marais mouillé, une partie plantée et l'autre en rouche, située "audit lieu proche la rivière" et confrontant du nord à la Grande levée de Vix, et du sud à la Sèvre. En 1785, à la mort de Pierre Sausseau et François Hurtaud, la maison passe à leur fils, Jacques Sausseau (1756-1826), pêcheur, époux de Marie Bordet. L'acte de partage la décrit ainsi : "Une petite maison sans plancher, couverte de rouche, avec une loge ayant une cheminée au mignon du couchant de la dite maison".

Au cadastre de 1836, la maison, appelée la Maison Blanche, est divisée en deux logements appartenant à deux de leurs enfants : l'un, au sud, appartient à François Gaudin (1798-1851), pêcheur, époux de Jeanne Sausseau (1802-1880), l'autre, au nord, à sa belle-soeur, Marie-Anne Sausseau (1790-1857), célibataire. La maison est ensuite réunifiée dans les mains de Henri Gaudin (1832-1912), fils des premiers et neveu de la seconde, époux de Julie Bordet (1833-1885). Il la fait reconstruire en 1901, selon le cadastre.

Période(s)Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Dates1901, daté par source

La maison est située au bord de la Sèvre Niortaise, sur une parcelle de terrain qui a été surélevée pour pouvoir résister plus longtemps à la montée de l'eau en cas d'inondation. Cette parcelle, longue et étroite, est comprise entre la Sèvre d'une part, la route et le Contrebot de Vix d'autre part. En simple rez-de-chaussée, la maison se distingue elle-même par sa longueur, issue de cette contrainte spatiale. Une partie devait être utilisée en dépendance (étable, avec de petites ouvertures à encadrement en brique). Sa façade présente sept baies au rez-de-chaussée.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
TypologiesMaison indépendante, Marais mouillés, 0/7
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 63/36. 1750, 4 mai : vente d'une maison à Vix par André Saunier et Marie Coudrin à Pierre Sausseau.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 3392 à 3401, 3725 (complétés par les registres conservés en mairie). 1837-1971 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Vix.

Documents figurés
  • Plan cadastral de Vix, 1836. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 303).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis