Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite de la Régie, puis école provisoire de garçons, puis mairie, actuellement école de musique, 4 Grande-Rue

Dossier IA72058890 inclus dans Bourg de Montfort-le-Gesnois : ancien bourg de Montfort-le-Rotrou réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Genrede garçons
Précision dénominationécole de musique
Dénominationsmaison, mairie, école
Aire d'étude et cantonPays du Perche sarthois - Savigné-l'Evêque
AdresseCommune : Montfort-le-Gesnois
Adresse : 4 Grande-Rue
Cadastre : 1836 C1 293 ; 2019 206 AC 295
Précisionsanciennement commune de Montfort-le-Rotrou

Un bâtiment figure à cet emplacement sur le plan cadastral napoléonien de 1836 : le soubassement est la partie la plus ancienne conservée, avec deux caves, l'une plafonnée, l'autre voûtée datant de l'époque moderne. La porte d'accès possède un linteau chanfreiné, remployé. La façade actuelle de la maison n'est toutefois pas antérieure à la 2e moitié du XIXe siècle.

La maison, alors propriété de M. de Nicolaÿ et dite "de la Régie" (?), est achetée par la commune en 1948 pour servir d'école de garçons provisoire. En effet, la précédente école, située à l'emplacement du groupe scolaire actuel et édifiée un siècle plus tôt, menaçait de s'effondrer à tout moment. L'école occupe cette maison entre dix années 1948 et 1958, date de l'ouverture du groupe scolaire. En 1960, la mairie de Montfort-le-Rotrou y est transférée depuis l'ancienne école de filles (actuel centre social Lares). Elle y restera jusqu'à la fusion de la commune avec Pont-de-Gennes. Par la suite, le bâtiment est rénové et transformé en école de musique (espace Saint-Jean).

Période(s)Principale : Temps modernes, 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle, 1er quart 21e siècle

La façade principale, orientée au nord, présente deux travées, des baies à encadrement mouluré ainsi qu'une corniche moulurée en plâtre, surmontée d'une lucarne en bois. Sur le toit en pavillon, la souche de l'ancienne sirène rappelle la fonction de mairie qu'a connu le bâtiment. L'intérieur a été remanié, à l'exception de l'ancienne salle à manger avec sa cheminée en marbre ornée de fleurs, surmontée d'un décor de pilastres ioniques. Le soubassement, également conservé, est accessible par une porte à linteau chanfreiné : il comprend deux pièces, l'une plafonnée, l'autre voûtée en anse de panier. On peut y observer un arc maçonné dont la fonction exacte n'a pas été élucidée.

Mursmoellon enduit (?)
Toitardoise
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit en pavillon
État de conservationbon état, remanié
Techniquessculpture
Représentationsornement végétal, fleur ornement architectural, pilastre, ordre ionique
Précision représentations

Cheminée en marbre ornée de fleurs, surmontée d'un décor de pilastres ioniques.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • L'ancienne école de garçons et pensionnat de Montfort-le-Rotrou.

    L'ancienne école de garçons avec pensionnat, parfois appelée "collège", avait été édifiée en 1845-1846 par M. et Mme de Nicolaÿ, châtelains de Montfort. Par cet acte de générosité, ceux-ci offraient à la commune, dépourvue de moyens financiers, un établissement scolaire digne de son rang de chef-lieu de canton. Délibérément construite au centre de l'agglomération, l'école accueillait les élèves des deux communes de Montfort-le-Rotrou et de Pont-de-Gennes. Connu par des plans et des cartes postales anciennes, l'établissement comprenait un vaste soubassement compensant la déclivité du terrain, abritant notamment un préau, un rez-de-chaussée avec salles de classes et réfectoire, le dortoir à l'étage, ainsi qu'un vaste grenier sous les toits. L'architecte n'est pour l'heure pas connu.

    L'acte de donation de l'établissement à la commune, du 24 novembre 1846, précise : "un établissement pouvant recevoir quarante pensionnaires au moins [il sera écrit plus tard qu'il ne pouvait en réalité en recevoir que 28] et servir en même temps d'école primaire aux commune de Montfort et Pont-de-Gennes, lequel est construit à murs, charpente en sapin du nord couvert en ardoise et composé : au rez-de-chaussée, sur la cour de derrière d'une grande salle de récréation, deux caves et une buanderie ; au premier étage, sur cette cour et rez-de-chaussée par devant deux classes, cuisine, réfectoire, parloir, escalier et corridor ; à l'étage supérieur, un dortoir avec deux chambres de professeurs à côté, infirmerie, lingerie, chambres à feu et cabinet de travail, grenier sur le tout, deux chambres de domestique et un séchoir". Principal ornement, le fronton central était surmonté d'une cloche.

    En 1855, suite au constat de nombreuses détériorations, le bâtiment qui menace déjà ruine est l'objet d'une procédure judiciaire entre la commune et l'entrepreneur Jacques Cossonneau pour vices de construction. Son fils Clément Cossonneau semble avoir été contraint à quelques réparations, mais le pensionnat est abandonné, l'établissement devenant alors "une simple maison d'école communale". Finalement, le bâtiment, "magnifique dans l'ensemble, laissait cependant à désirer dans les détails", comme on le trouve dans une correspondance de 1864 : pas de logement distinct pour le directeur, qui n'a pas de local pour recevoir les parents, pas de boulangerie, contiguïté des classes et des sanitaires...

    En 1886, la commune de Pont-de-Gennes se dote à nouveau de sa propre école de garçons : l'entretien des locaux devenant une charge trop lourde pour la seule commune de Montfort, ceux-ci se dégradent peu à peu et, à la fin des années 1930, ils apparaissent comme un danger pour les enfants : les murs s'écartent et se lézardent, les planchers s'affaissent, les plafonds sont étayés, les fenêtres sont pourries et parfois brisées, les crépis se détachent des murs et les moulures menacent de tomber. Une réfection complète et une consolidation avec une armature en fer sont prescrites par l'architecte départemental Cagnault, mais les réparations s'avèrent trop coûteuses pour la commune et la guerre diffère les projets. Provisoirement, l'école est transférée en centre-bourg en 1947, dans une maison face à la place Notre-Dame (actuelle école de musique) et l'ancien établissement est abandonné. Il sera démoli pour laisser la place au groupe scolaire actuel.

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1959-1984 : mairie de Montfort-le-Rotrou.

    Archives municipales, Montfort-le-Gesnois : 1 M 1
  • 1946-1948 : transfert de l'école de garçons de Montfort-le-Rotrou dans un local provisoire.

    Archives municipales, Montfort-le-Gesnois : 4 M 4
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Barreau Pierrick
Barreau Pierrick

Chercheur auprès du Pays du Perche sarthois jusqu'en octobre 2020. Depuis novembre 2020, chercheur auprès du Conseil départemental de la Mayenne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.