Maison de maître et ferme de La Musardière, actuellement maison
Auteur
Guillotin Yves
Guillotin Yves

Photographe, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes Maine 301 - Bonnétable
  • Commune Briosne-lès-Sables
  • Lieu-dit la Musardière
  • Cadastre 1835 B 291-298  ; PCI 010 B 193-194
  • Dénominations
    maison, ferme
  • Genre
    de maître
  • Destinations
    ferme
  • Parties constituantes non étudiées
    grange, étable, fenil, cour

En 1722, la métairie de La Musardière relevait du fief de Bois-d'Atilly à Briosne, elle était habitée entre 1733 et 1742 par Claude Fossier, écuyer, garde du corps du roi, sieur de La Muzardière. En 1835, La Musardière était un écart composé de trois fermes (Cf Des. 2) avec vignes. Après 1835, deux d'entre elles furent réunies (ferme I du Des. 1), les deux logis n'en formaient plus qu'un, de plan en L, les parties agricoles furent détruites ou remaniées et de nouvelles construites. Dans le dernier quart du XXe siècle, la ferme est devenu maison : le logis fut restauré et plusieurs parties agricoles détruites, notamment des porcheries au droit de l'aile en retour du logis. Le logis de la ferme II fut reconstruit vers 1880 pour Michel Evrard, cultivateur à Beaufay, et les parties agricoles agrandies. Synthèse Le corps en retour du logis semble la partie la plus ancienne de l'édifice, mais son analyse est difficile du fait des remaniements. Les photographies prises avant restauration montrent un corps de bâtiment constitué de deux logis simples, construit en partie en pan-de-bois en deux campagnes successives, peut-être à partir des XVe ou XVIe siècles (demie croisée découverte pendant les travaux) et remanié plusieurs fois (remplacement du pan-de-bois par des maçonneries de moellons, baies à chambranles de briques du XIXe siècle). Avant restauration, le petit corps contre l'élévation postérieure abritait le four à pain, le pignon était essenté de bardeaux, le toit en bâtière. La restauration du dernier quart du XXe siècle a largement transformé les élévations (percement des grandes baies sans chambranles et de la croisée en pierre de taille, restitution de la demie-croisée), le toit (création de la croupe) et l'intérieur (création, inachevée, d'une cheminée de style Renaissance). L'actuel corps principal est probablement une ancienne maison de maître, construite dans le dernier quart du XVIe ou 1er quart du XVIIe siècle en retour du corps ancien. La grange-étable est construite avant 1835, le comble à surcroît sur l'étable est un ajout du milieu du XIXe siècle, date à laquelle les portes sont refaites. La grange est sans doute construite à la limite des XIXe et XXe siècles.

  • Période(s)
    • Principale : limite 15e siècle 16e siècle , (incertitude)
    • Principale : Temps modernes
    • Principale : limite 16e siècle 17e siècle
    • Principale : 19e siècle
    • Principale : limite 19e siècle 20e siècle
  • Dates
    • 1646, porte la date
    • 1719, porte la date

La Musardière est un écart composé de deux fermes (cf. Des. 1). Seule la ferme I a été étudiée. Elle comprend trois bâtiments dispersés dans la cour ouverte. Le logis est de plan en L, le corps principal est en rez-de-chaussée surélevé sur étage de soubassement, l'aile en retour et un petit corps en appentis adossé à son élévation postérieure sont en rez-de-chaussée. Le gros-oeuvre est principalement en moellons de calcaire et de grès sans chaîne en pierre de taille, sauf le corps en retour, construit en partie en pan-de-bois (mur pignon droit, hourdé de briques, vestiges dans le pignon gauche et ancien pignon conservé en refend, hourdé de torchis). Les chambranles des baies sont en pierre de taille, le corps principal est accessible depuis la cour par une porte avec oculus en dessus et côté jardin par des portes jumelées couvertes en plein cintre, dont l'un des piédroits porte les dates 1646 et 1719. L'aile en retour est percée d'une croisée (récente) et d'une demie croisée (refaite), et de deux grande baies récentes sans chambranles, couvertes en plein cintre. Le toit à longs pans du corps principal couvre une partie de l'aile en retour, couverte également d'une croupe. Une cheminée en pierre de taille de style Renaissance, inachevée, existe dans l'aile en retour. Le corps principal est accessible sur l'arrière par un perron (restitué). La grange est construite en moellons avec chaîne en pierre de taille (grès ?). La grange-étable, en rez-de-chaussée et comble à surcroît sur les étables, est construite partie en moellons sans chaîne en pierre de taille et enduits, partie en pan-de-bois hourdé de briques (élévation postérieure de la grange). Le pignon gauche est couvert par le toit. Elle est prolongée à droite par les parties agricoles de la ferme II de l'écart.

  • Murs
    • calcaire
    • grès
    • bois
    • brique
    • enduit partiel
    • essentage de planches
    • moellon sans chaîne en pierre de taille
    • pan de bois
  • Toits
    tuile plate
  • Plans
    plan régulier en L
  • Étages
    étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, en rez-de-chaussée
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
    • croupe
    • noue
    • pignon couvert
  • Escaliers
    • escalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
  • Typologies
    ferme à bâtiments dispersés
  • État de conservation
    restauré, remanié
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Déclarations du lieu, fief et domaine du Bois d'Astillé, en Briosne, rendus à messire François-Henri de Menon, chevalier, comte de Turbilly et de Bresteau.... 1722 et 1738.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : G 78
  • AD Sarthe. G 117. Chapitre de l'Eglise du Mans. Rente de 40 sous sur le lieu de Langelerie à Terrehault : Reconnaissances... par Claude Fossier, écuyer, garde du corps, sieur de La Muzardière, demeurant à Briosne. 1733.

  • AD Sarthe. 3 P 49/13. Etat de section de la commune de Briosne. 1835.

  • AD Sarthe. 3 P 49/14. Commune de Briosne. Matrice des propriétés foncières. 1838-1913.

Bibliographie

  • ESNAULT, Gustave. Inventaire des minutes anciennes des notaires du Mans (XVIIe et XVIIIe siècles). Publié et annoté par l'abbé Em.-Louis Chambois. Le Mans : Leguicheux, 1895-1898

    T. VI, p. 69

Documents figurés

  • AD Sarthe. PC\049\7. Plan cadastral de la commune de Briosne. Section B, feuille 1. 1835.

Date d'enquête 2011 ; Dernière mise à jour en 2010
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Pays du Perche sarthois
Articulation des dossiers