Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 55 quai Albert-Chassagne, Paimbœuf

Dossier IA44004544 inclus dans Îlot 1, quai Albert-Chassagne ; quai Edmond-Libert ; chemin des Jardins réalisé en 2004

Fiche

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonPaimbœuf (commune)
AdresseCommune : Paimbœuf
Adresse : 55 quai
Albert-Chassagne
Cadastre : 1810 253 ; 1999 A 3ème feuille 1224

La maison en rive (désignée par la lettre C sur le plan figuré de Paimbœuf de 1749) a été construite en 1732 selon un document opposant les juges-consuls de Nantes au propriétaire, le constructeur de navires Norbert Bronais. Les juges-consuls avançaient l'ordonnance de 1721 interdisant de bâtir sur les rivages de la mer et celle de 1669 stipulant de ne faire aucune clôture à moins de 30 pieds du rivage (10 mètres environ). Le constructeur leur opposait la validation de son installation en rive par les juges de l'Amirauté et l'ingénieur du roi à Nantes, Lafont, en 1733. Cette appropriation de la rive étendue au terrain situé en aval va générer un conflit avec les juges et consuls de Nantes qui accusent le constructeur de prendre possession de terrains appartenant au Domaine et surtout d'une portion de rive nécessaire à l'avitaillement et à l'entretien des bateaux. Le plan figuré de 1749 (commandé par les juges et consuls de Nantes) rend compte de l'importance des acquisitions du constructeur, entre les deux chaussées, signalées par les lettres D et I et de l'autre côté de la rue en Y. Dans le dernier quart du XVIIIe siècle, après avoir appartenu aux héritiers Bronais (la famille Vrignaud), elle passe dans la famille d'un autre constructeur de navire, Guesdon du Rortais, dont le chantier de construction navale était situé en aval. Dans le deuxième quart du XIXe siècle une chapellerie occupe le rez-de-chaussée ce dont témoigne la gravure par Armand de Longchamps en 1841.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle

La maison construite sur un niveau de cave accessible de la Loire, comprenait deux pièces au rez-de-chaussée, deux pièces à l'étage selon les déclarations de 1748 et 1768. Remaniée, elle a aujourd'hui perdu les caractéristiques communes aux maisons construites sur la berge qui présentaient au moins une coursière en charpente, dite galerie, sur l'une et/ou l'autre façade. La description faite en 1768 signale trois galeries, l'une sur la rue et deux du côté de la rivière telles que les représente Ozanne en 1776. Ces dernières, portées par des poteaux en charpente sont fermées aux extrémités par des planches masquant les latrines. Le pignon amont était percé de quatre baies, ce que confirme la carte postale autour de 1900. Deux ont été conservées.

Mursgneiss
granite
enduit
moellon
Toittuile mécanique
Plansplan régulier
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier dans-œuvre : escalier tournant en charpente
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Contrat de vente passé entre Etienne Rirdan et Norbert Bronais sur neuf petites maisons basses et magasins..une grande cour au derrière ; dans la cour trois autres maisons ou magasins se joignant avec un grand jardin au derrière près la chaussée du lest, pour 8000 livres, le 14 09 1740.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : C 676
  • Etude de Me Baullin : aveu rendu par Norbert Brounais, maître charpentier constructeur de navires au marquis de Bruc, le 24 décembre 1749.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 2 109
  • Extrait des minutes du greffe du siège royal de l'Amirauté de Nantes, procès verbal du terrain et vasière situés au-dessus de la chaussée du lest réclamé par Norbert Bronais. 15 avril 1732.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : C 676
  • Minute du greffe du siège royal de l'Amirauté de Nantes. Lettre des juges-consuls de Nantes opposés à la construction de la maison que Norbert Bronais vient de lancer en face de la maison Lafite, lui ordonnant d'en détruire les fondations, ainsi que de libérer le rivage des matériaux qu'il y a entreposés. 15 août 1732

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : C 676
  • Contrat d'arrentement entre Norbert Bronais et François Louis de Neuville, duc de Villeroy : une occupation du rivage contre une rente annuelle de 40 livres. 20, 21 mai 1740

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : C 676
  • Etude de Me Baullin. Aveu rendu au marquis de Bruc par Norbert Bronais. 24 décembre 1749

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E2/109
  • Plainte des juges et consuls de Nantes, auteurs de la commande du plan de la rade de Paimboeuf (1749), contre l'appropriation du rivage par Norbert Bronais, adressée au Conseil du Roi. 4 janvier 1750

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : C 676
  • Etude de Me Baullin. Bail de location proposé par Honoré Vrignaud, visiteur dans les fermes du roi, époux de Marie Bronais, sur la maison près la rivière composée de deux chambre au rez-de-chaussée, 2 chambres au premier étage, trois galeries, une sur la rue et 2 sur la rivière. 2 novembre 1768

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 1/4
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Lelièvre Françoise
Françoise Lelièvre

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.