Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 3 et 5 rue du Carq

Dossier IA85002179 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, escalier indépendant
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Vix
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 3 et 5 rue du
Carq
Cadastre : 1836 C 296 ; 2019 AI 452 et 525

Cette petite maison (numéro 3) et celle, remaniée, qui la prolonge à l'ouest (numéro 5), sont les derniers témoins d'une importante propriété qui figure là sur le plan cadastral de 1836. Celui-ci montre deux ensembles de bâtiments encadrant, au nord et au sud, une grande cour accessible, comme aujourd'hui, par le nord. Les bâtiments au nord ont disparu. Au sud de la cour, la maison du numéro 5, tout en ayant été surélevée en 1960, a conservé au rez-de-chaussée des ouvertures à linteau en arc délardé ; elles permettent de penser que la maison a été construite à la fin du 18e siècle. C'est ce que semblent confirmer les archives.

Elle est probablement due à Charles Malécot (1765-1829), meunier, originaire de la région de Fontenay-le-Comte, et qui s'est installé à Vix en 1785 en épousant Jeanne Lièvre ((1769-1819), fille du meunier et fermier seigneurial Pierre Lièvre, enrichi par ces fonctions puis par le rachat de biens nationaux. En juillet 1789, Charles Malécot achète à Sébastien Simonneau époux Boutet "deux petites chambres basses (...) avec une pièce de champ où elles sont construites", le tout situé "au terroir du champ des Carques", "le bout en allant vers le calvaire". C'est sans doute pour construire sa nouvelle maison à la place qu'il achète cette bâtisse. En 1796, il achète une autre terre dans le quartier du Bout du bourg, "proche de sa demeure".

Charles Malécot et Jeanne Lièvre vivent là sans doute jusque vers 1810 puis s'installent au 18 rue des Six Moulins où ils décèdent vraisemblablement, respectivement en 1829 et 1819. Le partage des biens de Jeanne Lièvre, en octobre 1819, décrit la demeure : le logis avec trois chambres à feu, une petite chambre et un corridor ; une grange à foin, une écurie, une buanderie, un fournil et un pressoir (sans doute à l'ouest de la cour), ainsi qu'à l'ouest, une parcelle appelée la Luzernée. La propriété est attribuée à l'une des filles de Charles Malécot et Jeanne Lièvre, Louise Malécot (1785-1838), épouse de Pierre Simonnet (1781-1842). C'est à eux qu'elle appartient au cadastre de 1836. Tous deux sont décédés dans leur maison "près du calvaire", en 1838 et 1842.

Période(s)Principale : limite 18e siècle 19e siècle

La maison, perpendiculaire à la voie, dispose d'un petit jardin au sud, délimité par un muret de clôture. Elle ouvre aussi au nord sur la cour de l'ancienne propriété où un escalier extérieur donne accès au grenier. La façade, au sud, présente une travée d'ouvertures et deux baies au rez-de-chaussée ; la troisième, à gauche, au-dessus d'une pierre d'évier, semble récente. Les linteaux de ces ouvertures, ainsi que celui de la porte qui donne au nord, sont en arc délardé, une forme caractéristiques du 18e siècle.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
TypologiesMaison attenante, 1/2
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 63/78. 1819, 19 et 20 octobre : partages des biens de Jeanne Lièvre épouse de Charles Malécot.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 3392 à 3401, 3725 (complétés par les registres conservés en mairie). 1837-1971 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Vix.

Documents figurés
  • Plan cadastral de Vix, 1836. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 303).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis