Dossier IA49010767 | Réalisé par
Maison, 25 rue de la Maumenière, Montsoreau
Auteur
Rousseau Bruno
Rousseau Bruno

Photographe auprès du Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine jusqu'en 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
  • (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Fontevraud-l'Abbaye - Montsoreau - Saumur-Sud
  • Commune Montsoreau
  • Lieu-dit la Maumenière
  • Adresse 25 rue de la Maumenière
  • Cadastre 1813 E 386  ; 2011 E 147
  • Dénominations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    abri troglodytique

Cette maison est d'une grande simplicité et ses traits généraux sont des plus caractéristiques de l'architecture courante des XVIIIe et XIXe siècles en Saumurois et dans un plus large Val de Loire. La particulière sobriété de la façade associée à l'emploi généralisé de la pierre de taille relèvent plus particulièrement des mises en œuvre ordinaires à la fin du XIXe et du tout début du XXe siècle.

Une maison est attestée en cet emplacement sur le plan cadastral de 1813. Divisée au fil d'héritages, ce n'est que vers 1874 que le carrier François Pironneau parvient à en rassembler toutes les parts. Il la reconstruit alors, dans les années 1880-1890.

D'une manière générale, la maison ne connaît pas de transformations notables, à l'exception de la disparition de sa lucarne et de l'aménagement récent du comble avec des fenêtres de toiCette maison est édifiée à l'alignement de l'ancienne route de Loire, devenue rue de la Maumenière. Sise au bas du coteau, elle n'est adossée à la roche qu'en partie basse.

Il s'agit d'une maison en appentis, qui comprend un rez-de-chaussée, un étage-carré et un comble à surcroît. Elle est couverte d'un toit en ardoise à pignons découverts. Elle est construite en moyen appareil de tuffeau.

Elle compte trois travées ordonnancées. La travée centrale, où se trouve la porte se distinguait par la présence d'une lucarne à fenêtre pendante (aujourd'hui tronquée pour ne laisser qu'un jour dans le surcroît).

La façade est des plus sobres : elle n'est animée que d'un bandeau et d'une corniche et les baies ne sont soulignées que d'un appui saillant. La porte d'entrée, à châssis de tympan, est surmontée d'une petite marquise.

Une ancienne étable troglodytique est située à l'est de la maison ; on y distingue des anneaux creusés à même la roche pour attacher le bétail. Derrière la maison, en site d'abri sous roche, se trouve un four, à pain voire à fruits séchés, qui pourrait remonter au XVIIe ou XVIIIe siècle et est associé aux vestiges d'une ancienne maison déjà à l'état de ruine au début du XIXe siècle.

Cette maison est édifiée à l'alignement de l'ancienne route de Loire, devenue rue de la Maumenière. Sise au bas du coteau, elle n'est adossée à la roche qu'en partie basse.

Il s'agit d'une maison en appentis, qui comprend un rez-de-chaussée, un étage-carré et un comble à surcroît. Elle est couverte d'un toit en ardoise à pignons découverts. Elle est construite en moyen appareil de tuffeau.

Elle compte trois travées ordonnancées. La travée centrale, où se trouve la porte se distinguait par la présence d'une lucarne à fenêtre pendante (aujourd'hui tronquée pour ne laisser qu'un jour dans le surcroît).

La façade est des plus sobres : elle n'est animée que d'un bandeau et d'une corniche et les baies ne sont soulignées que d'un appui saillant. La porte d'entrée, à châssis de tympan, est surmontée d'une petite marquise.

Une ancienne étable troglodytique est située à l'est de la maison ; on y distingue des anneaux creusés à même la roche pour attacher le bétail. Derrière la maison, en site d'abri sous roche, se trouve un four, à pain voire à fruits séchés, qui pourrait remonter au XVIIe ou XVIIIe siècle et est associé aux vestiges d'une ancienne maison déjà à l'état de ruine au début du XIXe siècle.

  • Murs
    • moyen appareil
  • Toits
    ardoise
  • Étages
    rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • appentis
    • pignon découvert
  • Statut de la propriété
    propriété privée
Date d'enquête 2010 ; Dernière mise à jour en 2010
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine
Articulation des dossiers