Dossier d’œuvre architecture IA49010728 | Réalisé par
  • inventaire topographique, Fontevraud-l'Abbaye - Montsoreau
Maison, 13 rue d'Arbrissel, Fontevraud-l'Abbaye
Auteur
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
  • (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Fontevraud-l'Abbaye - Montsoreau - Saumur-Sud
  • Commune Fontevraud-l'Abbaye
  • Adresse 13 rue Robert-d'Arbrissel
  • Cadastre 1813 E 47  ; 2011 F 29
  • Dénominations
    maison

Cette maison témoigne de l'évolution esthétique de la seconde moitié du XIXe siècle qui abandonne le sobre néoclassicisme en vogue depuis la fin du XVIIIe siècle pour se tourner vers une ornementation plus riche et plus éclectique.

Cette demeure est typique d'une maison d'entrepreneur en ce qu'elle dispose à la fois d'une entrée sur rue, accès à la maison, et d'un passage couvert latéral, carrossable, pour desservir les anciens ateliers sur cour intérieure.

La parcelle sur laquelle fut élevée cette maison faisait, depuis le XIIe siècle sans doute, partie du vaste cimetière paroissial de Fontevraud.

En 1741, les procureurs de la fabrique paroissiale de Saint-Michel décident cependant d'arrenter un lot de terres prises sur ce cimetière dans le prolongement occidental des halles pour qu'y soient construites des habitations ; il semblerait que ce secteur n'ait en effet pas connu d'inhumations depuis déjà un certain temps.

Une parcelle de 40 par 62 pieds (soit près de 13 mètres de largeur sur rue par 20 mètres de longueur) est ainsi baillée le 18 juillet 1741 à Joseph Pelletier, vicaire de la paroisse, pour le compte de Étienne Druet du Mousset, marchand, à condition d'y élever une maison. Les sols sur lesquels est fondée la bâtisse doivent au préalable être vidés des sépultures qui s'y trouvent et reversés au cimetière selon une procédure exigée par les procureurs de fabrique.

La construction de la maison est antérieure au plan Trudaine de 1747 ; elle est donc vraisemblablement élevée entre 1741 et 1747 et dispose alors d'une aile à usage d'écuries en retour d'équerre le long du côté est de la cour intérieure ; l'accès à cette cour se fait par un passage latéral, à l'ouest.

La demeure passe au milieu des années 1870 au menuisier Jules Malbois.

Vers 1876 (date d'achèvement de la construction pour l'administration fiscale), celui-ci la transforme et intègre à l'habitation, sous la forme d'un passage couvert, la voie latérale qui permettait de desservir l'arrière-cour. Le bâtiment, largement augmenté, présente donc désormais une travée supplémentaire, à l'ouest.

Sur rue, la nouvelle façade porte un programme ornemental qui traduit le goût qui se manifeste dans la seconde moitié du XIXe siècle pour une modénature plus riche et assez éclectique.

Cette maison est construite en moyen appareil de tuffeau sur solin de calcaire dur de Champigny. Le toits, à longs pans, est couvert d'ardoises.

La maison est constituée d'un rez-de-chaussée surélevé sur cave, d'un étage-carré et d'un comble à surcroît. Elle dispose d'une longue aile en appentis en retour d'équerre le long du côté est de la cour intérieure à laquelle on accède par un passage couvert. Celui-ci est fermé, sur rue, par une porte à deux vantaux particulièrement travaillés et ornés de grilles en fonte.

Au rez-de-chaussée, l'appareil est à joints refendus et forme des bossages continus en table et les baies sont encadrées de canaux formant crossettes ; là, seule la porte de la maison se distingue par un encadrement à ressaut et corps de moulures que couronne une corniche sur modillons.

Couvertes d'une corniche sur modillons à volutes, les baies de l'étage-carré sont séparées par des trumeaux, formant panneaux en renfoncement et animés de tables affleurées à angles échancrés.

Une corniche à modillons à volutes règne sur l'élévation.

Les deux travées qui encadrent la porte d'entrée, en façade principale, sont couronnées de lucarCette maison est construite en moyen appareil de tuffeau sur solin de calcaire dur de Champigny. Le toits, à longs pans, est couvert d'ardoises.

La maison est constituée d'un rez-de-chaussée surélevé sur cave, d'un étage-carré et d'un comble à surcroît. Elle dispose d'une longue aile en appentis en retour d'équerre le long du côté est de la cour intérieure à laquelle on accède par un passage couvert. Celui-ci est fermé, sur rue, par une porte à deux vantaux particulièrement travaillés et ornés de grilles en fonte.

Au rez-de-chaussée, l'appareil est à joints refendus et forme des bossages continus en table et les baies sont encadrées de canaux formant crossettes ; là, seule la porte de la maison se distingue par un encadrement à ressaut et corps de moulures que couronne une corniche sur modillons.

Couvertes d'une corniche sur modillons à volutes, les baies de l'étage-carré sont séparées par des trumeaux, formant panneaux en renfoncement et animés de tables affleurées à angles échancrés.

Une corniche à modillons à volutes règne sur l'élévation.

Les deux travées qui encadrent la porte d'entrée, en façade principale, sont couronnées de lucarnes à ailerons à volutes, coiffées d'un fronton cintré à base interrompue et dont l’œil-de-bœuf est surmonté d'une rosette.es à ailerons à volutes, coiffées d'un fronton cintré à base interrompue et dont l'oeil-de-boeuf est surmonté d'une rosette.

  • Murs
    • calcaire
    • moyen appareil
  • Toits
    ardoise
  • Étages
    sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, comble à surcroît
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • AD Maine-et-Loire. 122 G 2. Clergé séculier. Église paroissiale Saint-Michel de Fontevraud : registre des titres et rentes dus à la fabrique (1750, continué jusqu'en 1836).

    Voir f° 539
  • AD Maine-et-Loire. 4 Q 13507. Domaines, enregistrement, hypothèques. Registre de conservation des hypothèques, article n°34, vente du 9 janvier 1825 (enregistrée le 23 février1825).

  • AD Maine-et-Loire. 3 P 5 / 146 / 2. Cadastre. Matrice cadastrale.

    p. 621 et 839

Annexes

  • Annexe n°1
Date d'enquête 2010 ; Date(s) de rédaction 2010
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine
Articulation des dossiers