Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 1 rue du Vieux-Marché-aux-Grains

Dossier IA44004317 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsRoc Maria
Destinationsprison, maison d'hôtes, restaurant
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Adresse : 1 rue du
Vieux-Marché-aux-Grains
Cadastre : 1819 Z 199 ; 1989 AK 127

Les comptes des régaires de l'évêque de Nantes au début du XVIe siècle (1500-1506) font pour la première fois mention des prisons de Guérande. À cette époque le « chatrenier », (le geôlier) est également chargé de fermer et ouvrir la cohue. En 1678, le terrier de Guérande situe la prison au sud de l'actuelle rue du Vieux Marché aux Grains. Il est dit que la Cohue « [ ] se debourne d'un bout de la porte du cimetiaire de l'eglise Saint-Aubin dudit Guerrande, reüe entre deux, d'autre a la prison de ladite ville a present ruisnee aussy le pavé entre deux ».

En 1771, l'auditoire et la prison sont en mauvais état et menacent de ruine. Des travaux sont engagés : remplacement des parquets, pose de deux nouvelles lucarnes, remplacement d'une gouttière, reprise de maçonnerie et réfection de couverture.

Période(s)Principale : 17e siècle
Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Située dans la rue du Vieux Marché aux Grains, cette maison se compose de deux bâtiments : l'un formant l'angle de la rue, l'autre accolé au Sud. Il en résulte un ensemble affectant un plan en L avec une petite cour rectangulaire en cœur d'îlot. Le bâtiment à trois niveaux (rez-de-chaussée, étage carré, étage de comble) est construit en moellon de granite sous couverture d'ardoise. Le mur gouttereau nord est percé de trois travées terminées par des lucarnes sous fronton triangulaire. Le traitement des ouvertures atteste des remaniements successifs. La partie formant l'angle de la rue possède au rez-de-chaussée deux salles séparées par un mur de refend. Chacune possédait une cheminée monumentale détruite. À l'Ouest, le foyer et les jambages sont toujours visibles. À l'Est, la seconde salle possède un placard de style breton et un pavage en carreaux de ciment. Le motif est une alternance de fleurs de lys et de queues d'hermines.

La partie inférieure de l'escalier est un remploi de chaire d'église. Le reste de l'escalier date du XIXe siècle. Le premier étage et le comble n'ont pas conservé d'élément d'architecture notable.

Mursgranite
enduit
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans

Le bâtiment très remanié présente essentiellement un intérêt historique.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Annexes

  • (Archives départementales de Loire-Atlantique ; C 173, l. 58)

    4 juillet 1712 : lauditoire du siege royal de Guerrande est si ancien et caduque quil menace ruine en plusieurs endroits [ ] Martin Desmoullin concierge des prisons Royaux « qu´il a une gouttiere ou jesse dans le derriere qui pourit et gaste un pignon des prisons, dont il pouroit arriver des inconveniants considérables, que les latrines sontrempliës et regorgent et les matieres traversent les murailles, dont une partie a deja commancé à crouller [Dans l´auditoire ] : au plancher avec dessous un parquet, il se trouve quil faut changer douze planches qui sont gatées et pouriës en plusieurs endroitz, et les meilleures seront employées a boucher les troux du plancher au bas de lauditoire.

  • Réparations ordonnées à l´auditoire du siège royal et des prisons royaux par arrêt du conseil du roi du 29 novembre 1712, et ordonnance de monseigneur l´intendant du 19 nbre ensuivant 20 décembre 1712 (Archives départementales de Loire-Atlantique ; C 173, l. 46-49)

    [Idem bail à rabais des réparations de l´auditoire du siège royal de Guérande et les prisons royaux de ladite ville, 26 février 1713] : adjudication des réparations a faire à l´auditoire du siège royal de Guerrande ; 29 novembre 1712 : Mémoire de l´argent quejay avancé a pierre Tressel et Quellien Bertin pour lauditoire [ ] pour la somme de 550 livres : dont marchand d´ardoises, pour acheter des cloux à la foire ; vitres et targettes, carreaux, 4 charettées de terre, le blanchisseur de la prison ; Bail au rabais des reparations de l´auditoire du siège royal de Guérande et des prisons royaux de ladite ville [ ] : dans l´auditoire : « plancher au bas de l´auditoire ; nécessaire de faire un plancher ou carlage « a commencer joignant la chambre du conseil », a parvenir à faire le plancher ou sera le siege des juges et les bans des advocats et procureur, lambris au dessus du plancher ; deux lucarnes dans le lambris « pareilles a celles que en faittes dans le lembry du costé vers soleil levant, lune desquelles sera faite du costé du soleil levant, et lautre du costé du soleil couchant de lauditoire, et l´entrepreneur observera dy faire des chassis dormants pour recevoir des vitres, serrures et ferrures necessaires, affin quelles se trouvent pareilles en touttes choses a celle qui en faittes [ ] il sera changé un appuis de la croizée au bas de lauditoire du bout vers le midy de cinq pieds et demy de longueur, et un pied de large, et lon fera faire une croizée de bois de chesne dans le bas de la croizée, dont les volets seront arrazés, et il y aura un chassis dormant dans le haut de la croisée pour recevoir des vitres que lentrepreneur fournira, et fera mettre en place aussy bien que touttes les ferrures et serrures neuves a la croizée POUR LA PRISON : La goutiere de derriere qui est entre la prison et la maison de louise Pean (Bean ?) du coste du midy est de nulle valleur ; et pourrit la muraille de Reffente, lon juge a propos de l´oster entierement attendu que les pluyes qui tombent de dessus les couvertures dans la goutiere sont si abondantes que ladite goutiere pour grande quelle soit ne peut pas suffire pour les escouler, cest pourquoy on estime que pour y remerdier il faut mettre un chevallet a la hauteur de deux pieds plus haut que le faix de la maison de ladite Louise Pean qui attachera de niveau a la couverture de la prison, et de faire un pignon de massonne sur la longere de ladite prison a la hauteur du chevalet du coste du midy, et desmolir le pignon de la maison de louise Pean qui a neuf pieds et depy de large, et dy faire une lucarne qui donnera sur la rüe du costé du soleil levant, etlon demollira la couverture de la maison de lad Pean et partie de celle de la prison pour y faire deux noës ou jesses dont lune aura son Egout du costé du levant et l´autre du costé du couchant qui passera sur la couverture des lieux qui sera reffaitte a neuf, et lesdites couvertures des lieux et la Noë ou Jesse maisonneront enssemble et seront du mesme egout, et lon fera nestoyer les latrines qui sont entierement comblées et crevée en sorte que les matieres se rependent au travers des murailles, plus il faut carler la premiere chambre haute des prisons [ ] on blanchira lad chambre aletanee de chaux avec le Guisjon, et l´on fera réparer les couverture des dites prisons dans toutte son Estendue.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Loire-Atlantique. B 1511.

    f° 1925 v°.
  • Archives départementales de Loire-Atlantique. C 173.

    liasses 46 à 49 et 58.
Bibliographie
  • GALLICÉ, Alain. Les régaires de l´évêque de Nantes à Guérande au début du XVIeme siècle (1500-1506) : étude de compte. Bulletin de la société archéologique et historique de Nantes et de Loire Inférieure, t. 129, 1993.

    p. 29 et 31.
  • LANCIEN, Josick. Notes manuscrites, janvier 2005.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Ville de Guérande - Dufrêche Frédéric
Frédéric Dufrêche

Société Atemporelle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.