Logo ={0} - Retour à l'accueil

Mairie, école puis ferme (disparue), 9 rue Georges-Clemenceau

Dossier IA85002196 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, puits, étable
Dénominationsmairie, ferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Vix
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 9 rue
Georges-Clemenceau
Cadastre : 1836 C 402 à 406 ; 2019 AI 631 est

La partie est de la cour actuelle du 9 rue Georges-Clemenceau était occupée par une ancienne construction qui a abrité au début du XIXe siècle la mairie-école. Ce bâtiment longiligne, perpendiculaire à la rue, apparaît sur le plan cadastral de 1836 et est alors divisé en trois logements et deux dépendances. Ces dépendances se situaient au plus près de la rue, précédant la petite mairie-école, laquelle était suivie de logements.

Déjà au XVIIIe siècle et au début du XIXe, Vix bénéficie des services d'un régent puis d'un instituteur pour prendre en charge les enfants de la commune. En 1833, pour se conformer à la loi Guizot de 1831 qui oblige les communes à se doter d'une école communale, la municipalité envisage d'abord de construire une école sur la partie ouest de la place de l'église, mais l'opération est trop coûteuse et l'on décide plutôt d'acheter une bâtisse située à l'ouest du bourg. Après avoir fait l'objet d'une visite-expertise, le 18 août 1834, par Mathurin Rousseau, maçon, et Jean Phelippeau, charron et charpentier, le bâtiment est vendu les 29 mars et 5 avril 1835 à la commune par Anne Sansac, veuve de François Simonneau, demeurant au Petit Bernay, à Marans. Il s'agit d'une maison contenant une chambre basse de 6 mètres sur 5, avec un grenier accessible par un escalier en pierre, le tout sous un toit en roseau et en tuile.

Malgré une reconstruction partielle en 1842 puis en 1848, ce local s'avère vite insuffisant et vétuste. En 1850, la mairie quitte les lieux pour s'établir dans une maison sur le côté ouest de la place de l'Eglise. L'école reste là jusqu'en 1858, avant de déménager à son tour sur la place, côté est, dans une maison plus vaste.

Vendu le 24 août 1858 à François Ameil, maréchal-ferrant, le bâtiment est reconstruit dans les années 1850-1870. Un des logements, à l'extrémité nord, est transformé en étable. L'ensemble a été démoli à la fin du XXe siècle.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle

Une photo partielle du bâtiment avant sa démolition montre une construction de type bloc en longueur, alignant logis et dépendances (l'étable était reconnaissable à sa petite ouverture en brique). La façade, soulignée par un solin, présentait au minimum trois travées d'ouvertures et quatre baies au rez-de-chaussée, avec appuis saillants.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, étage en surcroît
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
TypologiesFerme bloc en longueur ; 3/4
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée, 1 O 812. 1833-1897 : édifices religieux et publics de Vix (église, presbytère, mairie, cimetière, écoles), aménagements et travaux.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 3392 à 3401, 3725 (complétés par les registres conservés en mairie). 1837-1971 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Vix.

  • Archives municipales, Vix. 15 M 1 à 5. 1834-1955 : construction ou aménagement des écoles publiques de Vix.

  • Archives municipales de Vix. Registres des délibérations du conseil municipal.

Documents figurés
  • Plan cadastral de Vix, 1836. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 303).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis