Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les moulins de Candé

Dossier IA49001521 réalisé en 1999

Fiche

Aires d'étudesPays Segréen
Dénominationsmoulin
AdresseCommune : Candé

Le nombre des moulins, à énergies hydraulique, éolienne ou thermique, existant ou ayant existé sur le territoire actuel de la commune de Candé est de 17 unités. On dénombre 8 moulins à eau, 8 moulins à vent et 1 moulin à vapeur ; 2 seulement des premiers, ceux de Fief-Briand et Moiron subsistent, tandis que 3 des seconds sont conservés entièrement ou à l’état de vestiges, ceux de la Saulaie, Meslier et l’un des moulins de Morion. Les maçonneries de ces moulins-tours ne sont pas antérieures au XVIIIe siècle et des reprises du XIXe siècle sont observables, notamment le rehaussement du moulin de la Saulaie datant de 1865. Les moulins à eau ont été implantés sur les cours d’eau qui entourent la ville, l’Erdre, les ruisseaux de Mandi et de Fief-Briand, dès le Moyen Âge (Le Moulin-Neuf, construit au cours de la 2e moitié du XIe siècle), puisque leurs retenues d’eau devaient probablement participer à la défense du château. Celui de Fief-Briand est un peu plus tardif, puisque son étang fut creusé entre 1284 et 1301. Ces moulins servaient à moudre des céréales, mais également à fouler des draps, tel le Moulin à Drap qui se trouvait à l’emplacement de l’actuel Pont Saint-Denis, ou bien à écraser le tan nécessaire à la tannerie installée très anciennement au nord de la ville, près de Saint-Nicolas. Les moulins à vent se sont implantés plus tardivement que les premiers, et la mention la plus ancienne relevée est de 1437. Ces moulins sont des moulins-tours, dont les mécanismes sont contenus dans une tour cylindrique en maçonnerie, au sommet de laquelle peut tourner un toit conique servant à mettre les ailes au vent. Celui de la Grée Saint-Jean, a été précédé par un moulin à chandelier, mentionné de 1679 à 1712. Au nord de la ville, sur l’affleurement d’ardoise qui domine le ruisseau de Mandi, appelé la Grée Saint-Jacques, ont existé trois moulins en bois à chandeliers, mentionnés dès le XVe siècle, et relevant censivement du temporel du prieuré Saint-Nicolas de Candé ; cependant, leur localisation est très imprécise et il est impossible de savoir s’ils étaient situés sur le territoire de Candé ou sur celui de Vritz (Loire-Atlantique). Ces moulins à vent écrasaient tous des céréales. Le moulin de la Saulaie est inscrit monument historique depuis 1975. Le moulin à vapeur, dit Minoterie du Haut-Bourgneuf, avait été installé au cours de la seconde moitié du XIXe siècle dans les bâtiments d’une ancienne forge, au sud-est de la ville. Cet établissement possédait deux moteurs à vapeur et broyait le grain avec des cylindres. Il fut désaffecté en 1930 et détruit en 1986.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

Le moulin de la Saulaie, après son rehaussement et l’installation d’ailes à planches du système Berton, comprend deux étages carrés.

Typologiesmoulins à eau à chaussée insubmersible (7) ; moulins à vent tours (6) ; moulin à vent à chandelier (1) ; moulins à vent de type non identifié (2) ; moulin à vapeur (1)
Toitsardoise
Mursschiste
enduit
moellon
Décompte des œuvres bâti INSEE 17
repérés 5
étudiés 2

Références documentaires

Documents figurés
  • Dessin extrait de "Plans des fiefs et domaines de la manse conventuelle de l'Abbaye royalle de Notre-Dame de Pontron et des terres sujettes à la dixme de laditte abbaye, plan XXI, paroisse d'Angri", [1783] (Archives départementales de Maine-et-Loire ; 1 Fi 505).

Liens web

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine - Cussonneau Christian