Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les églises de l'aire d'étude : La Forêt de Bercé

Dossier IA72001503 réalisé en 2012

Fiche

Aires d'étudesForêt de Bercé
Dénominationséglise

Les six églises paroissiales de l'aire d'étude sont dédiées à saint Pierre (Saint-Pierre-du-Lorouër et Jupilles), à saint Vincent (Saint-Vincent-du-Lorouër), à saint Christophe (Pruillé-l'Éguillé) et à la Vierge (Notre-Dame à Beaumont-Pied-de-Bœuf, Notre-Dame de la Visitation à Thoiré-sur-Dinan). Toutes remontent en partie au XIIe voire au XIe siècle. Les nefs conservent tout ou partie du bâti roman : petit appareil de moellons de calcaire et de silex, baies étroites et hautes (Thoiré-sur-Dinan), décor sculpté (portail roman à Beaumont-Pied-de-Bœuf, pointes de diamant à Pruillé-l'Éguillé). Il est significatif que toutes les églises aient été agrandies pour gagner un nouveau chœur voire un bas-côté (Saint-Vincent-du-Lorouër) à partir de la seconde moitié du XVe siècle et jusqu'au milieu du XVIe siècle, pour des raisons probablement démographiques, liées à la possibilité d'un financement du chantier, et dans le cadre du renouveau liturgique.

Ces travaux notables ont laissé des marqueurs stylistiques de la Première Renaissance française : portes latérales en arc surbaissé, chapiteaux corinthiens, décors de losanges, demi-losanges, disques et demi-disques sur les pilastres en pierre de taille, engoulants sur les entraits de charpente, vitraux et peintures murales (Pruillé-l'Éguillé) dont il ne reste plus que des fragments. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les fabriques sont tout à fait actives mais l'ampleur des travaux de réaménagement est difficile à évaluer, faute d'archives suffisantes : construction et reconstruction de sacristies (Beaumont-Pied-de-Bœuf, Jupilles), remaniements liés aux changements liturgiques avec la mise en place de retables accompagnés de statues de terre cuite, et même nouveau clocher-tour indépendant à Pruillé-l'Éguillé (1788).

Le XIXe est le grand siècle des travaux de rénovation internes (nouveau pavage, réfection d'enduit, pose de voûtes en plâtre) et externes (réfection ou réalisation d'un perron, réfection de charpente) des églises, tandis qu'à l'extérieur le cimetière quitte le site. Au XXe siècle, les restaurations se succèdent, permettant parfois comme à la fin du XIXe siècle à Saint-Pierre-du-Lorouër de découvrir des peintures murales qui avaient été masquées sous l'Ancien Régime.

Période(s)Principale : limite 11e siècle 12e siècle
Principale : 11e siècle
Principale : 12e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 18e siècle

Matériaux

Le grès roussard, matériau non local, a parfois été utilisé (probablement au XIIe siècle). Il apparaît en moellons, mêlés à des moellons de calcaire, sur des chaînages d'angle (tour-clocher de Saint-Vincent-du-Lorouër, nef de Pruillé-l'Eguillé) ou en contreforts épais. Le calcaire et le silex, en moellons, enduits, constituent l'essentiel des murs des constructions. On les retrouve aussi en contreforts. La pierre calcaire, qui peut être du tuffeau, taillée en moyen ou grand appareil, a pu été utilisée, sans être enduite, pour les murs (Beaumont-Pied-de-Bœuf). Elle est abondamment utilisée en chaînages d'angle et en encadrements de baies. La chaux et le sable mélangés à un tiers deux tiers constituent l'enduit des murs. L´ardoise couvre les toits des églises paroissiales mais il n'est pas possible d'assurer que cela fut toujours le cas.

Plan

Il est très simple : une nef à vaisseau unique, un transept quasi inexistant et un chœur à chevet plat. Seule l'église de Beaumont-Pied-de-Bœuf présente un plan en croix latine probablement dès l'origine. Les bas-côtés sont rares : un bas-côté sud est ajouté au XVIe siècle à Saint-Vincent-du-Lorouër. Des chapelles seigneuriales flanquent le sud de l'église à partir des XVe et XVIe siècles (Saint-Vincent, Thoiré, chapelle orientée à Beaumont-Pied-de-Bœuf).

Voûtement

Aucune église n'est voûtée en pierre. Toutes sont charpentées et lambrissées. Lors des grands travaux du XIXe siècle, de fausses voûtes en plâtre ont été réalisées, à Saint-Pierre-du-Lorouër par exemple.

Clocher

Différents partis ont été pris pour les clochers, qui pour la plupart sont probablement postérieurs à la première campagne de construction. On note deux clochers-tours : l'un accolé à la nef, sans entrée extérieure, à Saint-Vincent-du-Lorouër, et l'autre indépendant de l'église à Pruillé. Le clocher a été installé en début de nef et consolidé par une tribune à Saint-Pierre-du-Lorouër et Jupilles, en bout de nef à Thoiré, ou bien à la croisée du transept à Beaumont-Pied-de-Bœuf.

Décor

Les églises ont fait l'objet de décors portés soignés, pour beaucoup disparus : peintures murales médiévales (Saint-Pierre-du-Lorouër, Thoiré) voire postérieures (XVIe siècle à Pruillé-l'Eguillé, XVIIIe à Thoiré), peintures sur lambris (le lambris daté de 1634 à la nef de Saint-Vincent-du-Lorouër a subsisté tandis que celui du chœur, daté 1557, a disparu), litres seigneuriales (quasi effacées), vitraux. Les grands travaux du XIXe siècle, qui se poursuivent au XXe siècle, ont permis de faire des découvertes d'importance.

Décompte des œuvres bâti INSEE 6
repérées 6
étudiées 6

Références documentaires

Bibliographie
  • BERGEOT, Karine, DAVOUST, Pierre, LEDUC-GUEYE, Christine, PALONKA-COHIN, Anetta [et al.]. Les églises de la Sarthe. Le Mans : éditions de la Reinette, 2006.

  • CAUVIN, Théodore. Géographie ancienne du diocèse du Mans. Le Mans : Gallienne, 1845.

  • GASTINES, Michel de (abbé). Les églises de Château-du-Loir et de sa région, Lyon : Lescuyer, 1971. 40 p.

  • LATRON, André. Les églises rurales du Maine, Conseil général de la Sarthe, 1991. Tapuscrit, 2 vol.

Périodiques
  • BERRANGER, Henri de. Nos églises sarthoises : le legs de la Renaissance. Revue historique et archéologique du Maine, 1946, tome 102 ; 1949, tome 105.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Syndicat de Pays de la Vallée du Loir - Aquilon Stéphanie
Aquilon Stéphanie

Chargée de mission Inventaire du Patrimoine PETR Pays Vallée du Loir


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.