Dossier IA85002763 | Réalisé par
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Ferme dite la métairie du Bois de La Rochelle, actuellement maison, 7 route du Bois de La Rochelle
Auteur
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
  • (c) Conseil départemental de la Vendée

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
  • Commune Damvix
  • Lieu-dit le Bois de La Rochelle
  • Adresse 7 route du Bois de La Rochelle
  • Cadastre 1835 E 10  ; 2022 AM 99, 334
  • Dénominations
    ferme
  • Parties constituantes non étudiées
    grange, étable

Des bâtiments figurent à cet endroit sur la carte de la région par Claude Masse en 1720. La métairie du Bois de La Rochelle apparaît ensuite sur le plan cadastral de 1835. Elle est construite sur un petit îlot, le seul situé sur la rive gauche de la Sèvre Niortaise, détaché de la presqu'île de Damvix. La ferme se situe par ailleurs à proximité de la conche de la Baronnerie, en fait l'ancienne rivière du Vieux Béjou qui, prenant naissance au port de Damvix, serpente dans les marais mouillés pour aboutir à Bazoin. Cette situation permettait aux habitants de la ferme de circuler facilement par voie d'eau, faute encore de route (construite à la fin du XXe siècle). Au début du XIXe siècle, la ferme est exploitée par Jean Lucas (1785-1860), batelier, et son épouse Françoise Guenon. Leur fille Louise naît là en 1811, et Françoise Guenon y décède en 1837.

En 1835, la métairie appartient à Gabriel Hypolite Manceau (1785-1859), maire de La Foye-Monjault, près de Niort, de 1820 à 1830, puis demeurant au château du Breuil, à Aigonnay, à l'est de Niort. Le plan cadastral montre alors l'existence de trois corps de bâtiments : l'un à la place du logis actuel, un autre au nord, un troisième, le plus vaste, à l'est d'une grande cour. Ils sont reliés au Vieux Béjou par un réseau de petits fossés. Selon le cadastre, la ferme est reconstruite en 1872 pour le compte de son propriétaire d'alors, Maximilien GIraud.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 19e siècle

De cette ancienne ferme située au bord des marais mouillés, il reste le logis et l'ancienne dépendance (étable ?) qui le prolonge au nord, le tout perpendiculaire à la voie. Le logis présente en façade trois travées d'ouvertures et cinq baies au rez-de-chaussée.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    rez-de-chaussée, comble à surcroît
  • Couvrements
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Typologies
    Ferme de plan allongé ; 3/5
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Archives départementales de la Vendée ; 3 P 873, 874, 875, 876, 878 et 3522. 1836-1950 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Damvix.

Documents figurés

  • 1720, 29 octobre : Carte du 46e quarré de la generalle des costes du Bas Poitou, païs d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse Guienne..., par Claude Masse. (Service Historique de la Défense, Vincennes ; J10C 1293, pièce 17).

  • Plan cadastral de Damvix, 1835. (Archives départementales de la Vendée ; 3 P 78).

Date d'enquête 2021 ; Dernière mise à jour en 2022
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Conseil départemental de la Vendée
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers