Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite la Maison Neuve et Saint-Pic, actuellement maison

Dossier IA85001886 réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, portail, grange, étable, écurie, logement, mur de clôture, jardin
Dénominationsmaison, ferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Puyravault
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 2 et 4 rue
Saint-Pic
Cadastre : 1834 B 10, 12 et 14 ; 2017 AB 193 et 265

La propriété apparaît dès 1648 sur une carte des marais desséchés du Petit-Poitou, puis au début du 18e siècle sur une carte de la région par Claude Masse, sur la carte de Cassini (sous le nom de Maison Neuve) au milieu du 18e siècle, et enfin sur le plan cadastral de 1834. Située sur la rive droite du canal de Vienne, elle comprend déjà au 17e siècle deux entités distinctes, qui ne devaient former à l'origine qu'une seule propriété : à l'est, un ensemble de bâtiments répartis tout autour d'une cour rectangulaire, ensemble appelé la Maison Neuve ; à l'ouest, trois bâtiments plus petits appelés Saint-Pic. Au nord, le plan de 1834 situe des terres et des jardins avec des fossés. Une tour ronde occupe déjà l'angle de la propriété à proximité du pont. Cette tour, dont l'origine remonte probablement à la fin du Moyen Age ou au 16e siècle, semble indiquer que la propriété existait avant les dessèchements de marais du 17e siècle, et qu'elle constituait un élément défensif à l'entrée ouest de Puyravault.

En 1694, la partie appelée Saint-Picq (qualifiée de "Maison Neuve de Saint-Picq", en marge du document) est mentionnée dans un terrier des biens et dépendances de la commanderie de Puyravault. Elle appartient alors à Nicolas Poupart, marchand et syndic perpétuel à Sainte-Radégonde-des-Noyers où il décède en 1709, et à sa soeur, Catherine Poupard, épouse de Jacques Girard, demeurant à Esnandes. Ils en ont probablement hérité de leurs parents. L'autre partie, Maison Neuve, appartient en 1706 à Pierre Benotteau, sieur de la Maison Neuve, qui donne à cette date une terre à la cure de Puyravault. En 1728, un registre des cens et devoirs dus à la commanderie porte la déclaration de Suzanne Benotteau, épouse séparée de Me Jacques Serrant, "absent depuis plusieurs années", demeurant à Champagné, pour "un corps de logis appelé la Maison Neuve", délimité par un clos de murs et des fossés ou "douves", murs interrompus par un grand portail. La propriété, dont elle a hérité de ses parents, touche à celle de M. Joly de Saint-Picq, lieutenant particulier à Fontenay-le-Comte, à qui elle est échue par son épouse, née Poupart (sans doute fille et héritière de Nicolas Poupart, ci-dessus). Après eux, Saint-Picq passe à leur fils, Augustin-François Joly de Saint-Picq (1719-1759), homme de loi et subdélégué de Fontenay-le-Comte.

En 1789, le terrier de la commanderie de Puyravault comprend la déclaration de Jean-Baptiste Bourreau, fermier de la cabane du Petit Bordet, marié à Marie Manceau, et demeurant à Maison Neuve qui comprend "deux chambres basses, deux hautes et un cabinet, grange, écurie, cour, courroir, entrée et issue avec boeufs et charrettes sur le quaireux de Mesdemoiselles de Saint-Picq, toit à boeufs, vaches et pourceaux, avec un jardin, le tout renfermé de murs, excepté du côté du nord où il y a un fossé". La demeure confronte à l'ouest à la propriété des demoiselles de Saint-Picq, également appelée Maison Neuve.

Le cadastre précise qu'en 1834, Saint-Pic est détenu par M. Parenteau La Voûte, et que la Maison Neuve appartient à Marie-Marguerite Goussard, veuve de Henry Pillaud (1768-1829). Propriétaire, originaire de Pouzauges, celui-ci fut l'un des acquéreurs de biens nationaux à Puyravault au moment de la Révolution. Sa première épouse, Marie-Jeanne Manseau, est décédée le 12 janvier 1813 dans leur maison "près le pont de la commune de Puyravault".

Au 19e siècle, la Maison Neuve est profondément remaniée. Le cadastre mentionnne une construction nouvele de maison en 1860, pour le compte de Célestin Métais, ce qui pourrait correspondre au logis actuel. L'écurie en retour d'équerre par rapport au logis semble plus ancienne, probablement du 18e siècle (ouvertures en arc segmentaire, porte charretière en plein cintre). De l'ancienne propriété, il reste aussi la tour ronde à l'angle sud-est, qui a toutefois été récemment remaniée. Parmi les anciens bâtiments de Saint-Pic, la grange-étable au centre de la cour pourrait aussi être antérieure au 19e siècle.

Période(s)Principale : Moyen Age, 18e siècle, 3e quart 19e siècle
Dates1860, daté par source

Située à l'entrée ouest du bourg de Puyravault, près du pont qui enjambe le canal de Vienne, la propriété est divisée en deux parties. A l'est, le logis et des communs occupent le centre et le côté d'un espace utilisé en cour et en jardin, délimité par un muret de clôture, avec une tour ronde dans l'angle sud-est. Le logis, en retrait par rapport à la voie, est couvert d'un toit à croupes, souligné par une corniche. Il comprend un soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage. Un bandeau sépare sobrement les niveaux. Côté cour (au nord) comme côté jardin (au sud), la façade présente cinq travées d'ouvertures, réparties symétriquement autour d'une porte centrale. Celle-ci possède un encadrement mouluré et une corniche. Côté nord, elle est accessible par un escalier à doubles volées, avec garde-corps en ferronnerie.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvrements
Couverturestoit à longs pans croupe
TypologiesFerme à bâtiments séparés, Grange à façade en pignon
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée. 135 G 3. 1534-1706 : baux et ventes relatifs aux biens de la cure de Puyravault.

  • Archives départementales de la Vendée. H 224. 1694 : registre portant arpentement et papier terrier des biens et dépendances de la commanderie de Puyravault, établi à la demande de frère Jean-Baptiste de Sesmaisons, commandeur de Coudry, Puyravault et du Blison.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 2113, 2115, 2116 et 3625. 1835-1954 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Puyravault.

  • Archives départementales de la Vienne. Registre n° 554 à 559. 1665-1789 : registres de cens et rentes de la commanderie de Puyravault (avec plans dans le registre de 1789, n° 559).

Documents figurés
  • 1648 : Plan et description particuliere des maraits desseichés du petit Poictou avecq le partaige sur icelluy faict par le sieur Siette escuier conseiller ingenieur et geografe ordinaire du roy et controleur general des fortiffications de Daulfiné et Bresse, le 6 aoust 1648. (Bibliothèque nationale de France, GE DD 2987)

  • 1701 : Carte contenant une partie du Bas Poitou et de l'Aunis où se trouve Marans et l'embouchure de la Seyvre Niortaise, par Claude Masse. (Service historique de la Défense, J10C 1293, pièce 7).

  • 1834 : plan cadastral de Puyravault. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 185).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis