Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite la cabane de la Marquiserie, actuellement maisons ; la Marquiserie, 2 rue de la Marquiserie

Dossier IA85002348 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, jardin, puits, grange, étable, logement
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Vix
Lieu-dit : Marquiserie (la)
Adresse : 2 rue
de la Marquiserie
Cadastre : 1836 J 154 ; 2019 AN 158

La ferme ou cabane de la Marquiserie a dû être créée au moment des dessèchements des marais de Vix, au milieu du 17e siècle. Selon le partage de ces marais entre les membres fondateurs de la Société des marais de Vix, en 1663, cette cabane faisait partie du lot numéro 68, alors attribué à François Cadaran de Bonneville, noble breton demeurant à Bouvron, près de Nantes. En 1757, la Marquiserie appartient à Simon-Quentin Desprez, écuyer, sieur de la Fosse, marié à Renée Desprez d'Ambreuil, demeurant à Saint-Maurice-des-Noues (Vendée). A la veille de la Révolution, elle est détenue par Charles-Joseph Duval de la Vergne (1733-1794), époux de Marguerite Gaultron, président en l'élection de Fontenay-le-Comte puis président trésorier de France au bureau de Poitiers, membre de l'assemblée provinciale du Poitou en 1787. Inquiété en 1792-1793, la cabane est probablement saisie à son encontre comme bien national. En 1810, M. Debleau, de Poitiers, en est propriétaire.

Le plan cadastral de 1836 montre les bâtiments de la ferme, regroupés à l'emplacement de la partie nord du logis actuel. A cette date, la cabane appartient à Gabriel Masson, marchand à Fontenay-le-Comte. Elle passe en 1865 à la veuve d'Henri Perreau, née Robier, propriétaire à Fontenay-le-Comte. La cabane, comme beaucoup à cette époque, est vendue et dispersée entre plusieurs petits ou moyens propriétaires locaux en 1879 et 1885.

A la fin du 19e siècle et au début du 20e, les bâtiments sont détenus par Jean Sureau (1849-1905), cultivateur, époux de Marie Pouzin, puis par son fils, Alfred Sureau, marié en 1906 à Marie-Louise Simonneau. L'essentiel des bâtiments est reconstruit la même année, puis agrandi en 1913, avant de passer au fils d'Alfred Sureau. Henri Sureau (1909-1997), entrepreneur de battages, marié en 1934 avec Andrée Jourdain. Celui-ci fait de nouveau agrandir le logis en 1954, lui donnant son aspect actuel.

Période(s)Principale

Cette ancienne ferme comprend un logis, perpendiculaire à la voie, un autre logement et d'anciennes dépendances dans son prolongement au sud, ainsi qu'une grange-étable à façade sur le mur pignon, au sud-est. Le logis se distingue par son architecture. Haut d'un étage, il est couvert d'un toit à demi-croupes et à débordement, orné d'épis de faîtage en forme de pomme de pin et de rives de faîtage sur le mur pignon nord. La façade est masquée par un avant-corps avec toit en terrasse. On dénombre trois travées d'ouvertures, avec porte centrale qu'abrite une marquise en verre et en métal. Chaque baie possède un encadrement saillant et un linteau en arc segmentaire, avec clé de linteau saillante et larmier. Des briques rouges sont incrustées dans les jambages, alternant avec la pierre. A la base des élévations, un solin est orné de faux moellons.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile mécanique
Étages1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans demi-croupe
TypologiesFerme à bâtiments séparés ; Cabane de marais desséchés ; 3
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 36/418. 1757, 17 décembre : inventaire des biens de Simon-Quentin Desprez de la Fosse (mention d'une quittance relative à la cabane de la Marquiserie).

  • Archives départementales de la Vendée. 62 J, archives de la Société des marais desséchés de Vix-Maillezais, liasse 1, pièce 5. Partage des marais de Maillezay et Vix, avec les procurations, eschanges et procez-verbaux, [19 octobre 1663-1er septembre 1664], Fontenay-le-Comte, chez Petit-Jean, 1664.

  • Archives départementales de la Vendée. 62 J, archives de la Société des marais desséchés de Vix-Maillezais, liasse 15, pièce 3. Vers 1780 : Etat des cabanes des marais de Vix, Maillé, Maillezais et Doix.

  • Archives départementales de la Vendée. 62 J, archives de la Société des marais desséchés de Vix-Maillezais, liasse 82. 1810 : rôle de répartition des contributions de la Société des marais de Vix-Maillezais.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 3392 à 3401, 3725 (complétés par les registres conservés en mairie). 1837-1971 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Vix.

Documents figurés
  • Plan cadastral de Vix, 1836. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 303).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.