Auteur
Guillotin Yves
Guillotin Yves

Photographe, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes Maine 301 - Bonnétable
  • Commune Briosne-lès-Sables
  • Lieu-dit le Bois d'Atilly
  • Cadastre 1835 B 291-298  ; PCI 010 B 230-231-790-794-797
  • Dénominations
    ferme
  • Destinations
    ferme
  • Parties constituantes non étudiées
    grange, étable, fenil, porcherie, cellier, remise, hangar agricole, fournil, cour

Le Bois d'astillé, mentionné en 1404 comme fief et domaine du seigneur du Houssay, puis dans le 3e quart du XVe siècle comme métairie appartenant à la confrérie des chanoines de Saint-Michel du Cloître, consistait à cette dernière date en maisons, granges, étables, fournil, pressoir, 82 journaux de terre, dont 60 en un tenant, partagés en cour, jardins, labours, buissons, garennes et trois pièces de bois. Partiellement amputée vers 1737-1738 par la création de la route royale, la ferme consistait vers 1756 en une vase cour avec puits et mare, dans laquelle se trouvaient le logis de plan en L distribué en maison et deux chambres, la grange, le pressoir, un bâtiment distribué en trois étables et des toits à porcs, et deux jardins dont l'un desquels était construit le fournil.

Vendu en 1791 comme Bien national avec 60 journaux de terre labourable, 4,5 hommées de pré et un demi-journal de taillis, le fonds comprenait en 1835 trois parcelles et sept bâtiments, dont deux maisons, répartis dans deux cours. L'une d'elles fut convertie en bâtiment rural en 1838 pour M. de Reneaulme, propriétaire au Mans. Après cette date, la ferme fut réaménagée pour cette dernière famille ou pour Alphonse Paignard, conseiller général, propriétaire à partir de 1892 : régularisation de la cour, construction de nouvelles parties agricoles. Dans la 2e moitié du XXe siècle, de nouvelles parties agricoles ont été construites à l'est de cette cour.

Synthèse

Le logis constitué à l'origine d'un corps principal en rez-de-chaussée et d'une chambre haute en retour d'équerre, et la grange en pans-de-bois sont antérieurs au milieu du XVIIIe siècle. La partie gauche du corps principal du logis et les étables couvertes de croupes datent probablement de la seconde moitié du XVIIIe siècle ou de la limite des XVIIIe et XIXe siècles. Les trois bâtiments ont très remaniés dans la 2e moitié du XXe siècle.L'édifice vaut surtout pour sa transformation dans la 2e moitié du XIXe siècle ou à la limite des XIXe et XXe siècles : cour régularisée en parcelle rectangulaire bordée par les trois bâtiments anciens et par de nouvelles parties agricoles : remise, porcheries construites en deux campagnes puis cellier à pommes de terre en briques creuses. Les porcheries, de près de 25 m de long, sont parmi les plus grandes repérées.

  • Période(s)
    • Principale : Temps modernes
    • Principale : 2e moitié 18e siècle , (incertitude)
    • Principale : 19e siècle
    • Principale : 1ère moitié 20e siècle
    • Principale : limite 18e siècle 19e siècle , (incertitude)

La ferme est composée de logis, fournil, étables, grange prolongée par un cellier à pommes de terre, porcherie et remise, organisés autour d'une cour presque rectangulaire de 50 m de long sur 25 de large environ. Le logis est de plan en T. Les bâtiments sont en rez-de-chaussée, sur sous-sol pour le corps en retour du logis, surélevé sur étage de soubassement pour le cellier et avec surcroît à usage de fenil pour les étables et la remise. Le gros œuvre est en moellons sans chaînes en pierre de taille, en pans-de-bois hourdé de torchis ou essenté de planches (corps en retour du logis et grange), sur poteau hourdis de briques (remise) ou de moellons (fournil), ou en briques creuses (cellier). Les pignons de la remise et du fournil sont essentés de planches. Les baies ont des chambranles en pierre de taille (logis, portes jumelles de la porcherie), en briques (logis), ou sont simplement couvertes d'un linteau en bois (logis, cellier). La porte du cellier est desservie par un quai de déchargement. Sauf les étables et les porcheries, couvertes de toits à croupes, les toits sont à longs pans, et couvrent les pignons du cellier et de la remise. Le logis et l'élévation sur cour des étables sont remaniés : remplacement du pan-de-bois par des parpaings de béton, baies nouvelles à chambranles en ciment. La grange est partiellement couverte de tôles. Au nord et au sud de la cour, plusieurs hangars agricoles, dont deux à charpente métallique essentés et couverts de tôle, concentrent aujourd'hui l'essentiel des fonctions agricoles.

  • Murs
    • calcaire
    • grès
    • bois
    • torchis
    • brique
    • brique creuse
    • métal
    • enduit
    • essentage de planches
    • essentage de tôle
    • moellon sans chaîne en pierre de taille
    • pan de bois
  • Toits
    tuile plate
  • Plans
    plan régulier
  • Étages
    sous-sol, étage de soubassement, rez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • croupe
    • noue
    • pignon couvert
  • Typologies
    ferme à cour régulière
  • État de conservation
    inégal suivant les parties
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • AN Paris R5 117. Papiers des princes. Apanage de Provence. Aveux rendus pour le vicomté de Bresteau. 1404 (copie de 1545).

  • Papier des baulx et actes concernans les fermes du temporel des chapelains et clercs de la confrairie de l'église du Mans. Bail de la métairie du Bois-d'Astillé, paroisse de Briosne. 1652-1672.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : G 75
  • Déclarations du lieu, fief et domaine du Bois d'Astillé, en Briosne, rendus à messire François-Henri de Menon, chevalier, comte de Turbilly et de Bresteau.... 1722 et 1738.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : G 78
  • AD Sarthe. G 215. Huitième compte sommaire que présente et rend Louis Dubail Des Ouches à MM. les vénérables et discrets chapelains, clercs et confrères de l'églize du Mans...» 1736-1737.

  • AD Sarthe. 2 Mi 93. Fonds Charles GIRAULT. Biens nationaux : notices de ventes des biens de 1ère et 2e origine, classées par districts. Vol. 1 : Château-du-Loir - La Ferté-Bernard.

  • AD Sarthe. 3 P 49/13. Etat de section de la commune de Briosne. 1835.

  • AD Sarthe. 3 P 49/14. Commune de Briosne. Matrice des propriétés foncières. 1838-1913.

  • AD Sarthe : 1 Mi 23 (R 32). Chartrier de Chéronne à Tuffé. Fief des Brulonnières, t. II et III : inventaire de 1756, plans, terrier. (1753-1768). copie microfilmée.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 1 Mi 23 (R 32)

Documents figurés

  • AD Sarthe. PC\049\8. Plan cadastral de la commune de Briosne. Section B, feuille 2. 1835.

Date d'enquête 2011 ; Dernière mise à jour en 2010
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Pays du Perche sarthois
Articulation des dossiers