Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, actuellement maison, le Pont aux chèvres, 40 rue du Pont-aux-chèvres

Dossier IA85002311 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, jardin, logement, hangar agricole, toit à porcs, poulailler, four
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Vix
Lieu-dit : Pont aux chèvres (le)
Adresse : 40 rue du
Pont-aux-chèvres
Cadastre : 1836 H 120 ; 2019 AO 62

La maison actuelle s'élève à l'emplacement d'une dépendance qui apparaît sur le plan cadastral de 1836 et qui était liée à une habitation située à l'est (actuellement arrêt de bus et parking). L'ensemble appartenait à Pierre Pouponnot (1802-1892), cultivateur, époux de Marie Geoffroy. En 1858, il fait construire une nouvelle habitation (sans doute l'ancien logement à l'arrière de la maison actuelle, prolongé par des dépendances). Après Pierre Pouponnot, la propriété est partagée entre deux de ses enfants : la partie à l'est, près du canal, revient à son gendre Louis Thevin (ses descendants y tiendront un café), tandis que la partie ouest échoit à son fils Augustin Pouponnot (1842-1921), cultivateur, marié à Elise Phelippeau. En 1888, selon le cadastre, celui-ci fait construire une nouvelle maison, sans doute la maison actuelle, au plus près de la rue. La ferme passe ensuite au gendre d'Augustin Pouponnot, Ernest Pageaud (1885-1961), bourrelier, marié à Louise Pouponnot, puis à leur fils, Pierre Pageaud (1912-1971), marié à Charlotte Cosset.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle
Dates1858, daté par source
1888, daté par source

Cette ancienne ferme comprend un logis, parallèle et en retrait par rapport à la voie, un ancien logement qui lui est perpendiculaire à l'arrière, et différentes dépendances (hangar, toits à volailles et à porcs, four) dans le prolongement de celui-ci. L'ensemble est délimité sur la rue par un portail à piliers maçonnés et par un muret interrompu en son centre par une porte piétonne.

Le logis (construit en 1888) se distingue par sa hauteur (il comprend un étage) et la forme de son toit, à croupes, souligné par une corniche. La façade, marquée par des bandeaux d'appui et un solin, présente trois travées d'ouvertures, réparties symétriquement autour de la porte centrale. Les pleins de travées sont appareillés. Les ouvertures ont un encadrement saillant et un linteau en arc segmentaire.

L'ancien logement (construit en 1858), à l'arrière du précédent, présente des proportions bien plus modestes. Il ne comprend qu'un rez-de-chaussée et un grenier habitable. Sa façade est ornée d'une génoise qui se termine lorsqu'au logement succèdent les dépendances.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans croupe
TypologiesFerme à bâtiments jointifs ; Dépendances perpendiculaires à l'arrière ; 3
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 3392 à 3401, 3725 (complétés par les registres conservés en mairie). 1837-1971 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Vix.

Documents figurés
  • Plan cadastral de Vix, 1836. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 303).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis