Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, actuellement maison - le Bas-Taillis, Saint-Léger

Dossier IA53003137 réalisé en 2005

Fiche

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéescellier, four à pain, porcherie, étable, grange, remise, puits
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes d'Erve-et-Charnie - Sainte-Suzanne
AdresseCommune : Saint-Léger
Lieu-dit : le Bas-Taillis
Cadastre : 1842 D 230 ; 1982 D 214, 215

Le Bas-Taillis ainsi que le Haut-Taillis, détruit après 1842, relevaient de la seigneurie des Pins. Les murs gouttereaux de l'ancien logis ont sans doute été construits en pan de bois à la fin du Moyen Age, puis reconstruit en pierre en conservant en partie la structure primitive, peut-être au XVIIe siècle. La porte actuelle a été percée au XIXe siècle. L'étable contigüe à l'ancien logis a été allongée vers l'est en 1737 (date portée sur un entrait de la charpente). Un nouveau logis a été construit en 1868 et une étable-grange-remise dans la deuxième moitié du XIXe siècle. La porcherie accolée à l'ancien logis au sud date de la même époque. Le logis du Petit Bas Taillis, situé à l'ouest, a été démoli en 1879.

Période(s)Principale : Fin du Moyen Age
Principale : Temps modernes
Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1737, porte la date
1868, daté par source

La maçonnerie de moellons de grès de l'ancien logis masque à l'extérieur le pan de bois originel dont des vestiges significatifs sont visibles à l'intérieur sur les murs gouttereaux : une traverse dans la partie sud du mur ouest ; deux poteaux de fond et deux lignes de traverses reliées à eux au moyen de tenons et de mortaises sur le mur est. Cette structure est indépendante de la charpente, du type à ferme et à panne. Deux pièces occupent le rez-de-chaussée : au sud une pièce dont la cheminée abritait un four à pain, au nord une cave. L'étage en surcroît sous charpente comporte deux cheminées sur mur-pignon. Il était accessible depuis l'extérieur par une porte (aujourd'hui bouchée) à linteau de bois percée sur la partie est du mur-pignon nord. La cheminée sud est dotée d'un coffre en saillie à l'extérieur. Sur le mur-gouttereau est deux arêtiers distinguent nettement la partie centrale du reste de l'élévation. La toiture, en partie effondrée, est en ardoise sur le pan ouest et en tuile plate sur le pan est. La porte principale est en calcaire marbrier taillé, les deux autres baies de la façade sont en moellon et à linteau de bois. L'étable qui s'appuie contre l'ancien logis est ruinée. Elle comportait un comble à surcroît. La partie XVIIIE de sa charpente est du type à ferme et à panne, sans faux-entrait. La porcherie, en rez-de-chaussée, est actuellement couverte de tôle. Le nouveau logis et l'étable-grange-remise ont un comble à surcroît. Le premier dont les ouvertures sont en calcaire marbrier taillé est couvert d'ardoise, le second de tôle. Un puits voûté prend place contre le pignon nord du logis. Le Bas-Taillis appartient au type IIC des fermes.

Mursbois pan de bois
grès moellon sans chaîne en pierre de taille
Toitardoise, tuile plate, tôle ondulée
Étagesétage en surcroît, en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
TypologiesLa typologie des fermes est établie en fonction de l'importance des remaniements entrepris après l'établissement du cadastre en 1842. Type I : simple remaniement de l'existant. Type II : reconstruction partielle ; IIA : remaniement du logis ; IIB : remaniement complet ou reconstruction sur place du logis ; IIC : reconstruction du logis avec remaniement des dépendances principales. Type III : reconstruction complète. Type IV : construction ex nihilo.
État de conservationmauvais état, menacé

Intéressant exemple de construction dont la structure primitive en pan de bois a été chemisée par des murs de pierre. Par son étage en surcroît à cheminées, elle se distingue des maisons de fermes habituelles. Aucune mention de seigneurie n'ayant pour l'instant été trouvée dans les archives, se pose la question du statut de son propriétaire. Le Bas-Taillis serait-elle une seigneurie déclassée ? Pa ailleurs, comment expliquer le ressaut extérieur de son mur-gouttereau est (un poteau traversant cette partie à l'intérieur, on peut difficilement y voir le coffre d'une cheminée) ?

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Mayenne : 471 J 22. Chartrier de Montecler. Censif du fief des Pins. 1782.

  • Archives départementales de la Mayenne : 471 J 35. Chartrier de Montecler. Projet d'aveu de la Marquise de Montecler à Monsieur pour la partie de son marquisat relevant de la baronnie de sainte-Suzanne. Domaine et fief des Pins. 1783.

  • Archives départementales de la Mayenne : 471 J 35. Chartrier de Montecler. Amendes et remembrances des pleds et assises du marquisat de Montecler tenues au château dudit lieu par le fief et seigneurie des Pins en dépendant. 1769-1789.

  • Archives départementales de la Mayenne : 471 J 36. Chartrier de Montecler. Aveu de la Saugère et des Pins à Sainte-Suzanne. 15 mai 1609. [Copie du 18e siècle].

  • Archives départementales de la Mayenne : 3 P 403. Matrices des propriétés foncières bâties et non bâties de Saint-Léger, 1842-1911.

Bibliographie
  • ANGOT, Alphonse-Victor (abbé), GAUGAIN, Ferdinand (abbé). Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne. Laval : A. Goupil, 4 vol., 1900-1910.

    t. 3, p. 737
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Foisneau Nicolas

Chercheur à l'Inventaire général, au service puis direction du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne, de 2001 à 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Davy Christian
Davy Christian

Chercheur au service Patrimoine de la Région Pays de la Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.