Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, actuellement maison ; Bazoin, 11 chemin de Bazoin

Dossier IA85002639 réalisé en 2020

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, logement, hangar agricole, grange, étable, fenil
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Maillé
Lieu-dit : Bazoin
Adresse : 11 chemin
de Bazoin
Cadastre : 1835 D 1461, 1462, 1466, 1467 ; 2020 OD 1438, 1439

Tant la carte du bassin de la Sèvre Niortaise par Mesnager en 1818, que le plan cadastral de 1835 indiquent l'existence ici d'une ferme à cette époque, alors que le site de Bazoin n'a pas encore été aménagé, et que le lieu est encore situé en pleins marais mouillés, à la confluence entre la Sèvre et le Mignon. Le plan cadastral de 1835 montre une habitation à la place du logis actuel, divisée en trois logements, un autre grand bâtiment, sans doute une dépendance, en arrière, au nord-ouest, enfin une petite dépendance au sud. La rive de la Sèvre Niortaise est alors plus éloignée qu'elle ne l'est aujourd'hui, le fleuve ayant été depuis élargi, et il est le départ d'un dense réseau de fossés qui entoure les bâtiments. Les trois logements, les dépendances et les parcelles alentour sont partagés entre Pierre (dit l'aîné), Jean et Louis Bouchet, soit probablement Pierre Bouchet (1761-1843), époux de Marie Guittard puis de Magdeleine Douit, et ses fils, Jean Bouchet (1789-1863), pêcheur à Bazoin, époux de Marianne Charrier puis Rose Desgrier, et enfin Louis Bouchet (1794-1875), époux de Marie-Anne Magné. Le cadastre mentionne un agrandissement en 1848 pour ce dernier, puis une reconstruction en 1870 pour André Bouchet, deux autres en 1873 et 1878 pour Alexis Bouchet (1833-1910) (fils de Jean), cultivateur à Bazoin, époux de Marie-Madeleine Marie. L'essentiel des bâtiments actuels remonte probablement à ces années 1870. Ils sont en cours de restauration en 2020-2021, avec démolition d'une partie des dépendances.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle

L'ancienne ferme est située au bord de la Sèvre Niortaise, en amont de l'écluse de Bazoin. Elle comprend un logis, en alignement sur la voie, lui-même constitué de cinq logements différents. Le logis était prolongé jusque fin 2020 par un hangar ouvert ou balet, surmonté d'un fenil (balet démoli en 2020). Ce balet était soutenu par trois piliers en pierre de taille, et son toit était en roseau. Il devait servir à abriter des animaux, comme en témoignaient des râteliers. En arrière, se trouvaient d'autres dépendances dont beaucoup ont disparu, notamment un hangar métallique. Il demeure les vestiges d'une grange-étable surmontée d'un fenil et ouvrant par une porte centrale, encadrée par deux petites baies. Quant au logis, chacun des logements qui le composent comprend un rez-de-chaussée et un grenier habitable, et présente en façade une ou deux travées d'ouvertures, avec appuis saillants, ainsi que, parfois, une pierre d'évier.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, étage en surcroît
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
TypologiesFerme à bâtiments séparés ; Marais mouillés ; 6/9
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée ; 3 P 1460 à 1465, 3578, 3579 (complétés par les registres conservés en mairie). 1836-1914 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Maillé.

Documents figurés
  • 1818, 30 septembre : carte itinéraire de la Sèvre Niortaise pour l'intelligence du projet général qui a pour but le perfectionnement de la navigation, la conservation des marais desséchés et le dessèchement des marais mouillés, par l'ingénieur en chef des Ponts et chaussées François-Philippe Mesnager. (Archives départementales des Deux-Sèvres ; 3 S 17).

  • Plan cadastral de Maillé, 1835. (Archives départementales de la Vendée ; 3 P 132 ; complété par l'exemplaire conservé en mairie).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.