Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ensemble d'édifices à cour commune de La Tonnerie.

Dossier IA72001360 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Destinationsensemble d'édifices à cour commune
Parties constituantes non étudiéesgrange, étable, porcherie, remise
Dénominationsensemble d'édifices à cour commune
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Nogent-le-Bernard
Lieu-dit : La Tonnerie
Cadastre : 1835 C 663-670 ; 2010 C 501, 504-505, 508 ; 2010 C 726-732,  ; 2010 C 776-779

Données historiques

Mention en 1392 du lieu de la Tonnerie, relevant à cens de la sergenterie fieffée de Nogent-le-Bernard, au début du XVe siècle de La Petite et de La Grande Tonnerie, en 1669 de la commune du lieu de la Tonnerie, en 1698 de la rue frarachale de La Tonnerie d'ahault, vers 1707 de la frarache de La Petite Tonnerie et en 1730 du lieu et bordage de La Tonnerie, partagé entre plusieurs propriétaires. En 1835, L'écart de La Tonnerie était en 1835 l'un des quatre lieux-dits de ce nom de la commune, il était alors composé de trois fermes dont deux partageaient une cour commune, toutes trois divisées et augmentées après cette date.

Synthèse.

Rien ne permet de relier les mentions anciennes de la Tonnerie à l'un ou l'autre des lieux actuels, sauf à noter l'existence ancienne d'une cour commune. Il est également difficile de démêler les partages, sans doute multiples, qui ont conduit à l'extension après 1835 de la cour commune des deux anciennes fermes (A et B du plan 1) à l'ensemble des édifices étudiés ici.

Le logis de la ferme 1, de type court et construit en pan-de-bois est un édifice homogène en pan-de-bois remarquable par l'épaisseur de son mur-pignon portant la cheminée à consoles en pyramide inversée à arête supérieure moulurée, construit peu après 1554 (date abattage des bois printemps 1553 et automne-hiver 1553-1554). Il fut prolongé par la remise sous même faîte dans la seconde moitié du XIXe siècle. La seconde remise, isolée, date du milieu du XXe siècle, les autres parties agricoles, qui ont peut-être inclus, après 1835, une partie de la grange-étables de la ferme B, n'existent plus.

La ferme 2 est formée de l'ancienne ferme B et d'une partie de la ferme C. Le logis, très remanié, n'a pas été daté. Le logement, ancien logis de la ferme B, était au vu de sa charpente un édifice en pan-de-bois probablement contemporain du logis de la ferme 1, remanié partiellement en maçonnerie de moellons (élévation antérieure) et augmenté d'une chambre haute de maître, peut-être à la limite des XVIIIe et XIXe siècles. La partie droite de la grange-étable a été construite en pans-de-bois (actuellement parpaings de béton) avant 1835, la partie gauche en pans-de-bois et en maçonnerie de moellons a été construite après cette date, en au moins trois campagnes.

La ferme 3 peut dater de la limite des XIXe et XXe siècles ou de la première moitié du XXe siècle, date à laquelle le logis à chambranles de baies et corniche en briques, semble avoir été approprié dans les anciennes parties agricoles de la ferme B (partie de l'élévation postérieure en pan-de-bois conservée), et augmenté à gauche de nouvelles parties agricoles (actuellement remaniées). La remise construite de l'autre côté de la rue peut dater de cette campagne.

Période(s)Principale : 3e quart 16e siècle , datation par dendrochronologie
Principale : 17e siècle , (?)
Principale : 18e siècle , (?)
Principale : milieu 19e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 19e siècle , (?)
Principale : limite 19e siècle 20e siècle , (?)
Principale : 1ère moitié 20e siècle , (?)
Secondaire : limite 18e siècle 19e siècle
Dates1554, datation par dendrochronologie

L'ensemble d'édifices à cour commune est composé de trois fermes. La première comprend un logis de type court, avec remise sous même faîte et corps en appentis contre le pignon droit, et une remise isolée, la deuxième un logis remanié, une grange-étables et un logement (ancienne maison de type logis court avec chambre haute à droite), la troisième un logis court avec parties agricoles (?) remaniées sous même faîte et une remise située de l'autre côté de la R.D. 178 bis. Les trois fermes sont actuellement des maisons.

La chambre haute du logement est en rez-de-chaussée surélevé sur étage de soubassement, les autres bâtiments en rez-de-chaussée, avec comble à surcroît pour le logis de la ferme 3 et une partie de la grange-étables.

Le logis de la première ferme est en pans-de-bois (sauf le pignon droit, en moellons avec chaînes d'angles en pierre de taille). Les autres bâtiments sont pour partie en pans-de-bois (parties des élévations postérieures du logement et du logis de la ferme 3 et partie de la grange-étables, partiellement restaurée en parpaings), pour partie en maçonnerie enduite, (appareil mixte de moellons et de grès pour la chambre haute du logement), pour partie en essentage de planches (différents pignons et les deux remises), pour partie remaniés et augmentés en parpaings (logis de la ferme 2). L'élévation antérieure du logis de la ferme 3 est couronnée par une corniche en briques. Les chambranles des baies sont en bois (maison 1 et grange-étables), en pierre de taille calcaire (chambre haute du logement), en briques (logis de la ferme 3) ou remaniés.

Les toits sont couverts de longs-pans, sauf la chambre haute du logement, couvert d'une croupe. La remise de la ferme 1 est couverte de ciment amianté, celle de la ferme 3 de tuiles mécanique, les augmentations du logis de la ferme 2 de tôles ondulées.

La cheminée du logis de la première ferme est une cheminée incorporée, à hotte droite portée par des consoles en pyramide inversée à arête supérieure moulurée, celle du corps en rez-de-chaussée du logement de la ferme 2, également incorporée, est portée par des consoles en talon.

Murscalcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
grès appareil mixte enduit
maçonnerie enduit
bois pan de bois
parpaing de béton
Toittuile plate, tuile mécanique, tôle ondulée, ciment amiante en couverture
Étagesen rez-de-chaussée, étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
toit à longs pans croupe
appentis
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 223/38. Etat des sections de la commune de Nogent-le-Bernard. 1836.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 39-41. Commune de Nogent-le-Bernard. Matrice des propriétés foncières. 3 vol. 1838-1913.

    f° 147
  • AN : KK 1054. Monuments historiques. Registres. Châtellenie de La Ferté-Bernard. «Livre des cens» : état des cens, prestations et métairies. Début XVe s.

  • AN : KK 1053. Châtellenie de la Ferté-Bernard. État du domaine : cartulaire des fiefs et censier de 1384. [1175] 1384-1390.

  • AD Sarthe. 1 J 843. Fabrique de N.D. des Marais à la Ferté-Bernard : titres concernant la Tournerie (Tonnerie) à Nogent-le-Bernard. 1719-1775.

  • AD Sarthe : 4 E 98/690. Etude de Charles Anthoine Menager, notaire à NOgent-le-Bernard. Bail du lieu et bordage de La Tonnerie à Nogent-le-Bernard. 22 octobre 1730.

  • AD Sarthe. G 862. Paroisses de Nogent-le-Bernard et de Nogent-sur-Loir. Cure et fabrique de Nogent-le-Bernard. 1466-1783.

    Rente à la fabrique de Nogent-le-Bernard. 1669.
  • Archives départementales de la Sarthe. Non classé. Archives privées du Mortier à Saint-Georges-du-Rosay. Fin XVIe - XIXe siècle. (déposées aux archives départementales de la Sarthe en janvier 2014).

    Déclarations censives du lieu de La Mercerie à la baronnie de La Ferté-Bernard. 1696.
  • Archives départementales de la Sarthe. Non classé. Archives privées du Mortier à Saint-Georges-du-Rosay. Fin XVIe - XIXe siècle. (déposées aux archives départementales de la Sarthe en janvier 2014).

    Partages de la succession de Nicolas Chemin, lieu de La Mercerie à Nogent-le-Bernard. 1698.
Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Nogent-le-Bernard. 1835. (Archives départementales de la Sarthe ; PC 223).

    Section C feuille 3
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Hardy Julien