Ensemble d'édifices à cour commune, actuellement trois maisons
Auteur
Guillotin Yves
Guillotin Yves

Photographe, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes Maine 301 - Bonnétable
  • Commune Rouperroux-le-Coquet
  • Lieu-dit l' Ardrillère
  • Cadastre 1835 B 359-368  ; PCI 010 ZD 6 à 9, 44-45
  • Dénominations
    ensemble d'édifices à cour commune
  • Destinations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    maison, ferme, grange, étable, écurie, remise

En 1763 le lieu et bordage de l'Ardrière est composé de trois bâtiments situés dans une cour avec puits commun et mitoyen avec les voisins. Les trois sont en pan-de-bois hourdé de torchis ou essenté de planches, sauf les pignons à cheminée construits en maçonnerie de moellons, et couverts de bardeaux et de tuiles. Le premier, situé au sud de la cour devant la mare, est qualifié de maison de maître distribuée en une pièce à cheminée et une ancienne chambre froide réaffectée en étable. Le second, à l'est, où loge le fermier, est distribué en une chambre à feu, chambre froide dans laquelle est pratiquée une laitterie, grange au bout du côté du nord et hangar pour retirer des seilles adossé à l'arrière. Le troisième est un toit à porcs. Les trois sont en mauvais état, en particulier la maison de maître qui semble désaffectée (cf. annexe). En 1835 le fonds est composé d'une cour commune entre quatre propriétaires différents, où sont construits cinq bâtiments divisés en quatre maisons et trois bâtiments ruraux. Après cette date, les bâtiments est et ouest sont agrandis, une grange est construite à l'ouest de la cour. Deux bordages et une closerie sont recensés en 1851 et une dizaine d'habitants dans les années suivantes. L'une des maisons au centre de la cour est déclarée démolie en 1855, l'autre en 1926. Synthèse L'ensemble décrit en 1763 n'est qu'une partie de l'écart (mention du puits commun et mitoyen avec les voisins) et a été divisé avant 1835. Il n'en subsiste probablement que le logement du fermier, qui peut correspondre au logis-grange-étable partiellement en pan-de-bois de la ferme II. Après 1763, l'élévation antérieure est reconstruite en maçonnerie de moellons et, après 1835, la laiterie est ajoutée à l'arrière et de nouvelles parties agricoles construites en maçonnerie ou sur poteaux en prolongement des anciennes. La modeste maison de maître décrite en 1763 occupait vraisemblablement l'emplacement du logis de la ferme III. Ce dernier est reconstruit après 1926 et remanié par la suite. La grange isolée en demi-briques peut dater de la seconde moitié du XIXe siècle au plus tôt. La ferme I, absente de la description de 1763, est un logis simple, avec partie agricole en prolongement à l'est, construit avant 1835. Après 1835, l'étable en prolongement à l'ouest est ajoutée et la façade du logis reprise (corniche en briques).

  • Période(s)
    • Principale : Temps modernes
    • Principale : 19e siècle
    • Principale : 20e siècle

L'ensemble d'édifices à cour commune est aujourd'hui divisé en trois fonds. La Ferme I est composée d'un bâtiment à deux corps à comble à surcroît en maçonnerie enduite. Le premier est distribué en logis simple (corniche en briques) et partie agricoles remaniées, le second en étable-fenil. La Ferme II comprend deux bâtiments. Le premier, de près de 45 m de long, est formé de plusieurs corps accotés : logis simple avec laiterie en appentis à l'arrière, grange et étable ou cellier, étable-fenil et remise-écurie-fenil. Le logis, la grange et l'étable ou cellier sont en rez-de-chaussée et sont partie en pans-de-bois (élévation antérieure de la grange, remaniée, et élévations postérieures), partie en maçonnerie enduite (élévation antérieure du logis et laiterie). Les autres corps, à comble à surcroît, sont en maçonnerie enduite ou sur poteaux de bois essentés de planches (remise). La remise est partiellement couverte de tôles. Le second bâtiment est une petite partie agricole en pans-de-bois enduit. La ferme III est composée d'un logis à comble à surcroît très remanié couvert de tuiles mécaniques et d'une grange isolée construite en demi-briques (pavés ?) enduites.

  • Murs
    • pierre
    • bois
    • torchis
    • brique
    • enduit
    • maçonnerie
    • moellon sans chaîne en pierre de taille
    • pan de bois
  • Toits
    tuile plate, tuile mécanique, tôle ondulée
  • Étages
    rez-de-chaussée, comble à surcroît
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
  • État de conservation
    remanié
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • AD Sarthe. B 19. N° 764. Minutes du greffe des experts de la Sénéchaussée. Visite et montrée du bordage de l'Ardrillère à Rouperroux. 24 mai 1763.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 2 Mi 289/59. Listes nominatives de la commune de Rouperroux-le-Coquet. 1906 - 1936.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 2 Mi 289/134. Listes nominatives de la commune de Rouperroux-le-Coquet. An IV - 1901.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 263/13. Matrice des propriétés foncières. 1843-1913.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 263/15. Matrice des propriétés bâties 1882-1911.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 263/16. Matrice des propriétés bâties 1911-1933.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 263/12. Eta de section (tableau indicatif des propriétés foncières, de leurs contenances et de leurs revenus). 1842.

Documents figurés

  • Plan cadastral de la commune de Rouperroux. 1835. (Archives départementales de la Sarthe ; PC 263/2 à 10).

Annexes

  • Annexe n°1
Date d'enquête 2012 ; Dernière mise à jour en 2012
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général