Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecole primaire privée Saint-Hilaire, presbytère ; 6 et 8 rue de la Fuye

Dossier IA85002072 réalisé en 2018

Fiche

Dénominationsécole primaire, presbytère
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : L'Île-d'Elle
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 6 et 8 rue
de la Fuye
Cadastre : 1834 D 745 ; 2017 AB 388, 390 et 429

Dès 1850, trois religieuses institutrices de l'Union chrétienne arrivent à L'Île-d'Elle pour tenir l'école communale des filles, reconstruite en 1863. En 1864, l'école est dirigée par Antoinette Bernard, en religion soeur Marie de la Conception. L'établissement est installé en 1877 dans de nouveaux locaux construits sous l'impulsion du curé Bégaudeau, soit la partie la plus ancienne de l'école actuelle, le corps de bâtiment central et ses deux ailes en rez-de-chaussée ; la date 1877, confirmée par le cadastre, est inscrite sur le fronton au sommet de la façade sud.

Le cadastre précise que le "couvent" est racheté en 1883 à la congrégation de l'Union chrétienne par Pierre-Jean Simon, notable de la commune, demeurant à Bellevue ; une cession destinée à protéger l'établissement contre les lois anti-cléricales. En 1888, l'école est dirigée par Rosalie Jeanne Joly, en religion soeur Marie de la Conception. Cette même année, le curé Fuziller fait agrandir l'école pour accueillir une classe maternelle (sans doute la salle de classe perpendiculaire à l'ensemble, au nord).

Le 16 mai 1894, Constant Simon et son épouse, Estelle Cochonneau, demeurant à Bellevue, propriétaires de l'école à la suite de Pierre-Jean Simon, la cèdent à l'abbé Aimé Ménard, supérieur de l'institution Saint-Joseph de Fontenay-le-Comte. Un nouveau mur de clôture est construit en 1897 par MM. Laboureux et Ferrand, maçons à L'Île-d'Elle. En 1902, l'école est menacée de fermeture par les autorités, ce à quoi s'oppose une pétition.

Le 25 juin 1909, par acte sous seing privé, l'abbé Ménard cède un terrain jouxtant l'école, à l'ouest, à Joseph Greffard, curé de L'Île-d'Elle. Celui-ci y fait construire un nouveau presbytère en 1911, quatre ans après avoir dû quitter l'ancien (actuelle mairie). Le 24 mars 1927, l'ancien curé Greffard, désormais curé de Saint-Etienne-de-Bois, transfère à l'association diocésaine de Luçon la propriété du presbytère qui comprend alors "quatre chambres basses, quatre chambres hautes, cave et autres corps de logement consistant en serre-bois, buanderie, latrines et jardin".

Quant à l'école, détenue depuis 1923 par le curé Auguste Barbaud, elle est cédée le 25 mars 1936 à la société civile immobilière "L'Abeille de l'Ouest", siégeant à Luçon, constituée le même jour. Cette société la loue à Alphonse Charneau, curé et administrateur de l'école, le 7 mars 1951 (bail renouvelé en 1960). Sécularisées, les institutrices de l'Union chrétienne ont quitté l'école peu avant 1950, remplacées par les soeurs de Saint-Vincent-de-Paul. L'école est agrandie d'une salle de classe en 1958, en même temps que l'on réaménage le logement des religieuses et ceux des enseignants, et que l'on construit un dispensaire dans l'angle sud-est de la cour est.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates1877, porte la date
1911, daté par source
1958, daté par source

L'école se trouve au coeur du bourg. Elle comprend plusieurs corps de bâtiments accolés, délimitant quatre cours. Au sud, deux cours, divisées par un mur et des préaux, sont bordées au nord par une suite de bâtiments.

Au nord de la cour sud-est, le bâtiment principal (de 1877) comprend un corps central, à un étage, encadré par deux ailes en rez-de-chaussée. Le corps central a sa façade sur le mur pignon, couronnée par un fronton que surmonte une croix glorieuse sculptée, ornée du Sacré Coeur. Au centre du fronton, une niche abrite une statue qui représente la Sainte Famille (saint Joseph, debout, la Vierge, assise, et l'Enfant Jésus, debout lui aussi). Le reste du décor est sobre : bandeau, solin, encadrements saillants de la travée d'ouvertures unique, chaînes d'angles harpées. Les deux ailes en rez-de-chaussée qui l'encadrent symétriquement se distinguent chacune par leurs trois ouvertures, dont une porte latérale, avec encadrements saillants et linteaux en arcs segmentaires.

Cet ensemble est prolongé vers l'ouest par un autre corps de bâtiment, ancien presbytère (1911), qui ouvre sur la cour sud-ouest. Il présente en façade quatre travées d'ouvertures, avec encadrements saillants. La quatrième travée, à gauche, s'inscrit dans un avant-corps en pignon, couronné d'un fronton dans lequel une niche reçoit une croix sculptée.

La cour nord-ouest est délimitée par plusieurs bâtiments dont, au sud, un préau et, à l'est, un bâtiment de classes en rez-de-chaussée. Celui-ci, qui sépare cette cour d'avec la cour nord-est, se distingue par sa corniche, ses chaînes d'angles et ses encadrements d'ouvertures en brique. Les linteaux des ouvertures sont en arcs segmentaires.

Murscalcaire moellon enduit
brique
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Couvrements
Couverturestoit à longs pans pignon
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 1222 à 1228, 3559. État de section et matrices des propriétés du cadastre de L'Ile-d'Ellle, 1835-1958.

  • Archives départementales de la Vendée. 1 T 1825. 1823-1938 : fonctionnement des écoles primaires, déclarations d’ouverture des écoles privées.

  • Archives paroissiales, Chaillé-les-Marais. 1776-1984 : archives de la paroisse de L'Île-d'Elle, actes de propriété, actes d'authenticité de reliques, inventaires de mobilier, factures, devis, correspondance relatifs à l'église, au presbytère, à l'école privée et à la salle Notre-Dame.

Bibliographie
  • AILLERY, Eugène (abbé). Chroniques paroissiales : canton de Chaillé-les-Marais, manuscrit, vers 1855, 67 p. (Archives départementales de Vendée, 1 J 2698).

  • TIZON, Henri. Petite histoire de L'Île-d'Elle, ses légendes et son patois, poésies et vieilles chansons, O. et P. Lussaud, Fontenay-le-Comte, 1961, 297 p.

    p. 121, 123, 125, 129, 162-163
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis