Logo ={0} - Retour à l'accueil

École communale de garçons, actuellement école primaire Jean Rostand, 16, 18 rue de la Gare, Connerré

Dossier IA72058711 inclus dans Bourg de Connerré : faubourg du Lion (d'or) et avenue Carnot réalisé en 2018

Fiche

Genrede garçons
Appellationsécole Jean Rostand
Parties constituantes non étudiéeslogement, mur de clôture, portail, cour, préau
Dénominationsécole primaire
Aire d'étude et cantonPays du Perche sarthois - Savigné-l'Evêque
AdresseCommune : Connerré
Adresse : 16, 18 rue de la
Gare
Cadastre : 1836 C2 161 166 167 ; 2018 AB 115 116 118 370 371

Au début du XIXe siècle, les enseignements de base étaient vraisemblablement dispensés aux garçons de Connerré par le curé : en 1834, il est dit que l'école primaire est installée dans un bâtiment du presbytère. Il faut attendre 1847-1848 pour que la commune procède à l'acquisition de maisons à l'entrée du faubourg du Lion pour y installer l'école communale. Le projet d'appropriation est dressé par l'architecte-voyer de l'arrondissement David. L'histoire de l'école Jean Rostand est celle d'une école toujours trop petite au vu de la croissance de la population de Connerré, elle sera sans cesse agrandie aux XIXe et XXe siècles.

Dès la 2e moitié du XIXe siècle, l'école de garçons, qui sert également de mairie, est déjà jugée trop petite et vétuste. En 1874, la municipalité fait procéder à sa démolition complète pour en construire une nouvelle plus spacieuse, selon les plans de l'architecte Pascal Vérité. La première pierre est posée le 8 avril 1875, les travaux sont terminés et acceptés début 1876. La nouvelle école comprend la grande maison d'habitation à trois travées et à toiture brisée (dont une pièce est réservée à la mairie) ainsi que les deux salles de classe accolées, toujours visibles aujourd'hui.

Rapidement, les bâtiments s'avèrent de nouveau trop exigus : en 1881, le conseil municipal décide d'agrandir le logement dans une des classes et de construire deux nouvelles salles de classe et un préau dans la cour. Toutefois, les ressources nécessaires manquent et l'agrandissement de l'école de filles est jugé prioritaire, les travaux sont donc ajournés. On se contentera, en 1891, de convertir la salle de mairie en classe, la mairie étant transférée dans un local provisoire. En 1931, une quatrième classe de garçons doit être ouverte à l'école de Connerré. L'architecte départemental Paul Grosch, puis son successeur Cagnault, sont sollicités pour étudier le projet d'une surélévation du bâtiment des classes, mais le devis est trop élevé. Il faut attendre 1938 pour que la commune achète la maison voisine, actuel n°18 rue de la Gare (maison reconstruite en 1873 d'après les matrices cadastrales) pour loger les instituteurs adjoints.

Pendant la Seconde guerre mondiale, de nouvelles classes, peut-être provisoires, sont édifiées dans la cour de l'école et payées par le service des Réfugiés, mais détruites par un incendie le 15 novembre 1947. Le projet de reconstruction d'un bâtiment à usage de salles de classe, vestiaire, cuisine et réfectoire est confié par la commune à l'architecte Raymond Baroin. Les travaux, divisés en six lots, sont lancés en 1949 (Louveau et Corbin pour la maçonnerie, Fouquet pour la charpente) et inaugurés le 15 juillet 1950. La mixité n'est mise en place dans les écoles primaires de Connerré qu'en 1963. Après avoir compté jusqu'à six classes, l'école Jean Rostand en compte aujourd'hui quatre : elle accueille les élèves du CE2 au CM2. Le préau actuel a été construit dans les années 2010.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle
Dates1875, daté par source
1949, daté par source
Auteur(s)Auteur : Vérité Pascal
Auteur : Baroin Raymond
Raymond Baroin

Architecte au Mans au milieu du XXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

L'école primitive comprend la maison d'habitation à toiture brisée et le bâtiment des classes accolé, orientés au sud-ouest et donnant sur la rue de la Gare. La maison, à façade en pierre de taille à trois travées sur trois niveaux, est ornée d'un solin, de trois bandeaux horizontaux, d'une corniche à modillons et de pilastres d'angles. Les ouvertures en arc segmentaire présentent des encadrements moulurés et des appuis saillants. La toiture à longs pans et à croupes brisés est couverte d'ardoise et percée de trois lucarnes à pignon triangulaires et à fenêtres en arc segmentaire chanfreinées. Celle au centre est ornée de pilastres et d'une agrafe saillante. La façade sur la cour, en moellons enduits et à trois travées, est plus sobre et possède pour seul décor une corniche moulurée. Le bâtiment des classes, en rez-de-chaussée surélevé, est éclairé de baies en arc segmentaire, à encadrement en pierre de taille côté rue et à linteaux en brique côté cour. La corniche est également en pierre côté rue et en brique côté cour.

L'ancienne maison dans le prolongement présente, côté rue, trois travées, un solin, une corniche plate, des encadrements de baies saillants et des appuis moulurés à l'étage. La porte présente un encadrement orné de sept fleurs sculptées. La façade sur cour, à deux travées dont une fenêtre en arc segmentaire, est uniquement décorée d'une corniche et précédée d'une petite terrasse. L'une des caves en sous-sol a conservé son voûtement de brique. Dans la cour se situent le préau et un bâtiment en L en rez-de-chaussée abritant des salles de classe et l'ancien réfectoire. Dans le jardin, on trouve également un four et un lavoir.

Murscalcaire pierre de taille
Toitardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours en charpente
État de conservationbon état
Techniquessculpture
Précision représentations

Porte d'une ancienne maison ornée de sept fleurs.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1834-1940 : écoles de Connerré.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 2 O 90/5
  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 O 199, 200. 1840-1900 : alignements sur le chemin de grande communication n°21 de Tuffé au Grand Lucé, commune de Connerré.

  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 91. Matrices cadastrales, registres des augmentations et diminutions de construction de Connerré.

Documents figurés
  • 1854 à nos jours : délibérations du conseil municipal de la commune de Connerré. (Archives municipales de Connerré).

  • 1851-1937 : plans de projets de construction pour les écoles de Connerré.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 1 FP 126
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Barreau Pierrick
Pierrick Barreau

Chercheur auprès du Pays du Perche sarthois.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.