Logo ={0} - Retour à l'accueil

École communale de filles, actuellement école primaire Jules Ferry, rue du Sergent Louis Mantien, Connerré

Dossier IA72058720 inclus dans Bourg de Connerré : cité intra-muros réalisé en 2018

Fiche

Genrede filles
Précision dénominationécole primaire
Appellationsécole Jules Ferry
Parties constituantes non étudiéeslogement, cour, préau
Dénominationsécole
Aire d'étude et cantonPays du Perche sarthois - Savigné-l'Evêque
AdresseCommune : Connerré
Adresse : rue du
Sergent Louis Mantien
Cadastre : 1836 C2 307 ; 2018 AC 355 875 877

Cet emplacement est attesté par le plan terrier de 1787 comme celui de l'ancien collège des filles, comprenant un logement pour l'institutrice, une modeste salle de classe, des dépendances, une cour et un jardin. Par un acte de 1730, une certaine demoiselle Agnès Fillette fit donation d'une maison située rue Haute (où l'enseignement était déjà donné aux filles depuis cinq ans) à une certaine Jeanne Roze, désignée par elle et le curé pour éduquer les filles, porter secours aux pauvres et visiter les malades. L'institution est ensuite confiée à une congrégation religieuse, les sœurs de la Charité d'Evron, vers les années 1780. Il ne reste aujourd'hui de l'ancien collège aucun vestige si ce n'est, peut-être, la cloche qui provient à l'évidence d'un établissement religieux et porte la date 1768 (?) et le nom de Gervaiseau (Charles), curé de Connerré de 1763 à environ 1780. Avec la suppression des écoles religieuses à la Révolution, le collège est destiné à être vendu comme bien national : il est toutefois conservé par la commune pour accueillir très brièvement la brigade de gendarmerie à pied.

En 1802, en vue de l'installation de l'école communale de filles de Connerré dans les locaux, d'importantes réparations sont confiées à l'entrepreneur Antoine Chatain. L'établissement reste d'abord placé entre les mains des religieuses d'Evron. En 1851, la municipalité confie à l'architecte Nourry-Blotin la réalisation de plans et devis pour la reconstruction urgente de l'école qui menace ruine. Les travaux sont réalisés à partir de 1854 et réceptionnés en 1858. D'après ces plans, l'établissement, encore très modeste, comprenait un logement à deux travées et étage carré, flanqué à gauche de deux salles de classe en rez-de-chaussée surmontées d'un grenier. En 1877, une maison d'habitation (5 rue du Sergent Louis Mantien, actuel RASED) est achetée pour agrandir l'école. Selon les matrices cadastrales, cette maison avait été édifiée en 1861 (enregistrement en 1864).

Suite aux lois de Jules Ferry (1881-1882), la municipalité de Connerré doit confier l'enseignement des filles à des institutrices laïques, mais les sœurs d'Evron fondent dès 1883 une école privée concurrente (aujourd'hui école Sainte-Anne). La 2e moitié du XIXe siècle voit une croissance importante de la population de Connerré et donc du nombre d'enfants à scolariser. La question de l'agrandissement de l'école de filles est une préoccupation récurrente de la municipalité. L'échange de l'école avec le presbytère est même envisagé en 1884, mais se heurte au refus de l'évêque, du curé et de la fabrique. La construction des bâtiments actuels (comprenant trois classes et une école maternelle dans le même ensemble) est finalement lancée en 1885 et confiée à l'architecte Marcel Poivet et aux entrepreneurs Fonteix frères. C'est toutefois sans compter sur la forte concurrence de l'école des sœurs d'Evron, qui conduira à la fermeture de classes en 1899 et 1922. Selon un état de la paroisse de 1903, l'école privée compte environ 140 écolières, contre 120 pour l'école laïque.

Avec le développement industriel de Connerré, l'école devient de nouveau trop petite à partir de la fin des années 1920 (en 1931, on compte 240 élèves et l'inspecteur d'académie réclame la création d'une sixième classe). Des solutions provisoires sont trouvées, en redécoupant l'espace intérieur et en empiétant sur les logements d'institutrices, car l'agrandissement de l'école de garçons, également surchargée, est jugé prioritaire. Un projet proposé en 1937 par l'architecte R. Cagnault, avec achat d'un bâtiment voisin pour créer un préau et surélévation des classes, n'est pas réalisé à cause de la guerre. Il faut attendre 1957 pour que la commune lance la construction d'une école maternelle de trois classes hors les murs de l'école, libérant ainsi les locaux nécessaires au sein de l'école de filles.

En 1961, on supprime les anciens murs divisant la cour, une entrée charretière, une buanderie et on reconstruit les sanitaires. Dans les années 1970, on édifie le préau, on démolit une maison des institutrices pour créer un parking et on aménage le passage couvert à l'emplacement d'une ancienne classe. Ce n'est qu'en 1963 que les écoles primaires de Connerré deviennent mixtes. Aujourd'hui, l'école accueille les enfants du CP au CE2.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates1885, daté par source
Auteur(s)Auteur : Poivet Marcel architecte attribution par source
Auteur : Fonteix Frères entrepreneur attribution par source

Disposés en L, les bâtiments des classes sont en rez-de-chaussée, ornés d'une corniche et couverts d'ardoise. Les ouvertures sont en arc segmentaire et chanfreinées, les fenêtres possèdent des appuis saillants ornés de volutes. La cour, où se trouvent le préau et les sanitaires, est accessible depuis la rue Michel Beaufils (ancienne rue Nationale) par un portillon en pierre de taille, avec les inscriptions "RF ECOLE COMMUNALE", et depuis la rue du Sergent Louis Mantien par un passage couvert.

Dans le prolongement de ce dernier se trouve un ancien logement à trois travées et corniche, dont les fenêtres côté cour sont en arc segmentaire et encadrées de briques. L'intérieur a conservé son escalier en bois suspendu, son carrelage à motifs géométriques en trompe-l’œil et ses cheminées, mais la cave a été remaniée.

Mursmoellon enduit (?)
Toitardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours en charpente
État de conservationbon état
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1834-1940 : écoles de Connerré.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 2 O 90/5
  • 1803-1907 : presbytère et ancien collège de Connerré.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 2 O 90/6
  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 O 93, 94. 1837-1930 : alignements le long de la route d'Authon (puis RN 827 puis CD 302), commune de Connerré.

  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 91. Matrices cadastrales, registres des augmentations et diminutions de construction de Connerré.

  • Biens nationaux non vendus pour service public.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 1 Q 63
  • 1730, 12 mars : donation par Agnès Fillette à Jeanne Roze de l'établissement pour l'enseignement des filles créé cinq ans plus tôt, qui y fera l'éducation des filles, la charité aux pauvres et le soin aux malades.

Documents figurés
  • 1854 à nos jours : délibérations du conseil municipal de la commune de Connerré. (Archives municipales de Connerré).

  • 1771 et 1787 : plan du bourg et plan terrier de Connerré. (Archives départementales de la Sarthe ; 1 Fi 663).

  • 1851 : plans de l'ancienne école de filles de Connerré, par Nourry-Blotin.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 1 FP 126
  • 1937 : plans du projet d'agrandissement de l'école de filles de Connerré (non réalisé), par R. Cagnault.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 1 FP 126
  • 1836 : plan cadastral napoléonien de Connerré. (Archives départementales de la Sarthe ; PC\091).

  • Collections particulières de cartes postales et de photographies anciennes, Connerré. (Collection particulière).

Bibliographie
  • PESCHE, Julien-Rémy. Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, t. 2. Paris : Lorisse, 1999.

    p. 86
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Barreau Pierrick
Pierrick Barreau

Chercheur auprès du Pays du Perche sarthois.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.