Logo ={0} - Retour à l'accueil

Écart, actuellement maison - le Rémonay, Saint-Jean-sur-Erve

Dossier IA53002969 réalisé en 2003

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesporcherie, four à pain
Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes d'Erve-et-Charnie - Sainte-Suzanne
AdresseCommune : Saint-Jean-sur-Erve
Lieu-dit : le Rémonay
Cadastre : 1842 A 92, 93, 95, 96, 98 à 102, 107 à 109 ; 1937 A 136 à 138, 140, 144 ; 1982 ZA 21

En 1841, le Rémonay regroupait 20 habitants répartis en cinq unités familiales, une de cultivateur, trois de "closiers", une de "castreur". L'état des sections de 1843 recense neuf logis ou anciens logis, dont quatre "maisons-bâtiments" correspondant à de petites exploitations agricoles. Les deux logis accolés situés au nord du hameau, à l'est de la route de Saint-Léger (parcelles A 93 et A 92 du plan cadastral de 1842), ont été démolis, le premier avant 1937 et le second après 1982. Les trois logis alignés à l'ouest ont été convertis en bâtiments agricoles : le logis 3 (parcelle A 109) dans les années 1840 (il a alors été en partie reconstruit et est aujourd'hui ruiné), le logis A 107 en 1865 (il a été détruit depuis 1982) et le logis 2 (A 108) - datable du XVIe siècle ou du XVIIe siècle et remanié dans la deuxième moitié du XIXe siècle-, avant 1937. Le bâtiment de la parcelle A 98, démoli après 1982, avait également perdu sa fonction d'habitation dans les années 1840. Tous les quatre ont à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle formé une ferme, complétée par l'un des logis accolés situés à l'est (logis 4 correspondant à la parcelle A 99), qui peut être daté du XVIe siècle ou du XVIIe siècle et dont les ouvertures ont été refaites au XIXe siècle, et par deux bâtiments construits à neuf : la porcherie et l'étable (transformée en maison dans le dernier quart du XXe siècle). Le second des logis accolés à l'est (A 100) été détruit après 1982. Le logis sud-ouest (logis 1, parcelle A 102) qui touchait l'alignement de logis ouest est un ancien logis-dépendance construit au XVIe siècle ou au XVIIe siècle et remanié, pour ses ouvertures au moins, dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Le bâtiment situé au nord de la mare le long de la route est une réalisation de la deuxième moitié du XIXe siècle. Les bâtiments sont actuellement désaffectés, sauf l'étable convertie en maison. Un logis isolé appelé le Petit Rémonay se situait au sud-est du hameau du Rémonay. Il a été détruit vers 1865.

Période(s)Principale : Temps modernes
Principale : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

Jusqu'à la destruction des bâtiments situés au nord, l'écart du Remonay formait un même regroupement humain avec la Loctière et la Buizardière. Ses six bâtiments subsistant sont dispersés autour d'une cour, sur laquelle prend jour leur façade principale, sauf celle de la construction établie au nord de la mare (un logis ?) qui est alignée sur la route de Saint-Léger à l'est. Ils sont construits en moellons de grès et majoritairement couverts d'ardoises, à l'exception de la porcherie et des versants postérieurs des logis 1 et 2, dotés de tuiles plates. Ils sont en rez-de-chaussée simple, sauf l'ancienne étable (logis actuel) que surmonte un comble à surcroît. Les baies des logis 1, 2 et 4 sont surmontées de linteaux de bois et encadrées de briques. Celles de la porcherie, du logis 3 (dont la façade a été entièrement reprise lors de sa conversion en étable) et du logis actuel (en partie récentes) sont en moellons de grès et à linteaux de bois. Un four à pain s'adosse au pignon sud du logis 1. Les deux autres -au moins- qui existaient en 1842 ont disparu. Le Rémonay appartient au type II des écarts.

Mursgrès moellon sans chaîne en pierre de taille
Toitardoise, tuile plate
Étagesen rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
TypologiesLa typologie des écarts est établie en fonction du nombre de logements comptabilisés sur le cadastre de 1842. Type I : écart de 2 ou 3 logements. Type II : écart de 4 logements ou plus.

Exemple d'écart constitué de petits logis et logis-étables groupés. La diminution du nombre des logis et le renforcement des fonctions agricoles s'est faite dans la deuxième moitié du 19e siècle à l'économie par le changement de fonction des bâtiments, non par leur reconstruction.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Mayenne : 6 M 397. Recensement de la population de Saint-Jean-sur-Erve, 1841.

  • Archives départementales de la Mayenne : 3 P 989. État des sections du cadastre, 1843.

Bibliographie
  • ANGOT, Alphonse-Victor (abbé), GAUGAIN, Ferdinand (abbé). Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne. Laval : A. Goupil, 4 vol., 1900-1910.

    t. 3, p. 394 ; t. 4, p. 774
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Nicolas Foisneau

Chercheur à l'Inventaire général, au service puis direction du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne, de 2001 à 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Davy Christian
Christian Davy

Chercheur au service Patrimoine de la Région Pays de la Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.