Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cité ouvrière, Paimbœuf

Dossier IA44004554 réalisé en 2004

Fiche

Appellationscité des Remparts, cité Kuhlmann, cité des Floralies
Dénominationscité ouvrière
Aire d'étude et cantonPaimbœuf (commune)
AdresseCommune : Paimbœuf
Adresse : rue des, Floralies , rue, Paul-Berr , rue des
Castors
Cadastre : 1999 A 3ème feuille 677 à 686 ; 1351 à 1356 ; 1934 à 1944 ; 2119 à 2126

Portée par le directeur des usines Kuhlmann, Pierre Chevry, une étude pour l'établissement d'une cité-jardin est lancée en 1942 sur la commune de Saint-Viaud au sud-ouest de la route nationale 23. L'architecte urbaniste Charles Friésé présente en 1945, les plans d'un groupe d'habitations pour deux mille cinq cents habitants, la cité Lavoisier. Un réseau de voies larges (9 m) et étroites (5 m) hiérarchise un ensemble de zones différenciées selon le statut des habitants, ouvrier, employé et maîtrise, ingénieur. Partant du site d'implantation de l'usine, une voie parallèle à la route nationale bordée par des immeubles commerciaux, ouvrait sur une place semi-circulaire sur laquelle venait se greffer l'angle externe d'une patte d'oie ; à l'origine de la patte, une place rectangulaire ouverte sur les marais au sud accueillait au fond, la mairie, d'un côté la caisse d'épargne et un hôtel, de l'autre la chapelle et l'école, au centre une salle de spectacle et un jardin. La guerre met fin au programme et déplace le projet. Un simple lotissement dessiné sur la moitié sud des terrains acquis par la société Kuhlmann de part et d'autre de l'ancienne route des Remparts (actuelle rue des Floralies) remplace la cité souhaitée. Soixante-dix maisons associées deux à deux doivent y être bâties. Une première campagne de construction de dix maisons jumelées construites par la société pour les employés sur les plans et l'élévation d'une maison type signés par le dessinateur R. Rocheteau en 1948 est achevée au milieu du siècle, le long de l'actuelle rue des Floralies. Le plan de la ville dressé par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme en rend compte en 1950. A partir de 1953, les ouvriers vont construire leur propre maison dans le cadre d'une convention Castors. Des maisons jumelées identiques à celle déjà réalisées sont édifiées. Les cinq parcelles situées à l'extrémité sud-ouest de la rue Paul-Berr sont loties en 1982. L'extension prévue sur les terrains appartenant à la société Kuhlmann au nord de la rue des Floralies n'aura pas lieu ; seules quatre maisons destinées aux ingénieurs ont été élevées à l'est de la rue du Menhir sur des plans approuvés en 1962.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1945, daté par source
1955, daté par source
Auteur(s)Auteur : Friesé Charles
Charles Friesé

architecte urbaniste.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte urbaniste attribution par source
Auteur : Rocheteau R. dessinateur attribution par source

La salle à manger commande les trois chambres, la cuisine et la salle d'eau.

Mursenduit
parpaing de béton
Toittuile mécanique
Plansplan régulier
Étagesrez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Cité ouvrière. 1942-1950 : De la cité Lavoisier à la cité des Remparts

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 210 J 1065
  • Cité ouvrière. 1954-1976 : la cité des Castors

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 210 J 1066
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Lelièvre Françoise
Françoise Lelièvre

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.