Dossier IA72002006 | Réalisé par
Chapelle castrale Saint-Aubin
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
  • (c) Collection particulière

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Lude (Le) - Le Lude
  • Commune Le Lude
  • Lieu-dit
  • Cadastre 1971
  • Dénominations
    chapelle
  • Vocables
    saint Aubin
  • Appellations
    castrale Saint-Aubin

Les origines d'une chapelle saint-Aubin restent confuses. Vers l'An Mil, un prêtre angevin nommé Hamelin aurait construit, à proximité du prieuré Saint-Jouin du Lude (actuel emplacement de l'église paroissiale Saint-Vincent), une chapelle placée sous le vocable de saint Aubin. Peut-on imaginer qu'elle est la chapelle castrale de l'hébergement de la châtellenie de la Motte-sous-le Lude ? La chapelle est mentionnée avant la mort de Jean de Daillon en 1482. On ne connaît pas son emplacement à la fin du XVe siècle. La seule chapelle formant un édifice propre est celle se trouvant, dans la tour sud-est de la basse-cour du château construite à partir de la fin du XVe siècle mais datant plus vraisemblablement de la fin du XVIe siècle. À partir des années 1787, l'architecte Vincent Barré rénove complètement la forteresse du Lude : la basse-cour et l'aile ouest du château sont rasées. Le plan du nouveau château présente un "U" ouvert à l'ouest accessible par un nouveau pont. L'aile sud est conservée, une aile est construite pour fermer la cour, l'aile nord est remaniée. Les tours sud-ouest, sud-est et nord-est sont maintenues, et le plan régularisé oblige la construction d'une quatrième tour ex-nihilo au nord-ouest. C'est dans cette tour que Barré projette d'installer la nouvelle chapelle saint-Aubin qui ne sera pas réalisée.

Les sépultures des Daillon ont toujours été dans la crypte de l'église saint-Vincent profanée à la Révolution et vidée de son contenu.

La chapelle Saint-Aubin identifiée à partir de la fin du XVIe siècle est une petite chapelle allongée logée à l'intérieur d'une tour ronde. En 1680, un promenoir est décrit tout autour, dans lequel se trouvait le "trésor" et la salle d'archives du château. Cette chapelle est alors couverte d'une sorte de dôme. Une tribune permettait de suivre les offices au fond de la galerie du Zodiaque qui longeait le mur sud de la basse-cour. Elle est détruite en même temps que la basse-cour dans les années 1780. Au milieu du XVIIIe siècle, les relevés du rez-de-chaussée du château et les inventaires de mobilier révèlent la présence d'une petite chapelle - sorte d'oratoire - au bout de la grande salle basse, à l'ouest. Lorsque Barré soumet son projet de réinstallation de la chapelle dans la nouvelle tour nord-ouest, il donne des dessins (cf. illustrations). Malheureusement, les travaux sont interrompus par la Révolution et seuls les soubassements de cette nouvelle tour seront construits. La chapelle aurait occupé un peu plus de la moitié du rez-de-chaussée de la tour. Elle était couverte d'un plafond à caissons, largement éclairé côté nord et précédé d'un vestibule. Le reste était consacré à une bibliothèque. Dans les années 1860, l'architecte Delarue abandonne le projet de chapelle et l'ensemble du volume est dévolu à la bibliothèque.

  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    1 étage carré
  • État de conservation
    œuvre non réalisée
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bâtiment projeté.

Documents d'archives

  • Archives départementales de la Sarthe ; B 4764. Justice seigneuriale du comté du Lude.

Annexes

  • Justice seigneuriale du comté du Lude (Archives départementales de la Sarthe. B 4764).
Date d'enquête 2010 ; Dernière mise à jour en 2010
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
Articulation des dossiers