Logo ={0} - Retour à l'accueil

Carrière souterraine, puis demeures et édifice artisanal de production de prunes séchées, aujourd'hui maison dite Bellevue, 1 place des Dames-de-Tourzel, Montsoreau

Dossier IA49010756 réalisé en 2010

Fiche

Ce site est exceptionnel, en ce qu'il est un témoignage très bien conservé d'une installation, réemployant un site de carrière de tuffeau, d'un ensemble de fours à prunes à une échelle proto-industrielle qui remonte au moins au XVIIIe, voire au XVIIe siècle. On y observe également des éléments sans doute complémentaires de cette activité (entrepôts surélevés), mais aussi d'autres formes de réemploi de ces carrières, notamment dans le cadre d'une activité de vinification.

Bellevue témoigne, enfin, du succès de Montsoreau dès la fin du XIXe siècle comme lieu de villégiature, pour son pittoresque et son panorama sur la vallée de la Loire.

Appellationsmaison de Bellevue
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesabri troglodytique, maison, four à prunes, entrepôt agricole, pressoir, jardin d'agrément
Dénominationscarrière souterraine, four à prunes, maison
Aire d'étude et cantonFontevraud-l'Abbaye - Montsoreau - Saumur-Sud
AdresseCommune : Montsoreau
Adresse : 1 place des
Dames-de-Tourzel
Cadastre : 1813 B 492, 493, 500, 501 ; 2011 B 248, 254, 255

propriété de Bellevue occupe la marge orientale du site d'une ancienne carrière de tuffeau, probablement exploitée dans les derniers siècles du Moyen Âge et à l'époque moderne. Les galeries de tête de la carrière connurent des effondrements avant le XVIIIe, voire le XVIIe siècle. Au XIXe siècle, l'extraction ne semble plus avoir été là que très résiduelle et, après abandon, l'accès de la plupart des galeries a été obstrué.

En marge de l'extraction de tuffeau, toutefois, de nouvelles activités économiques prennent progressivement place dans les espaces effondrés (ou fontis) délaissés par les carriers : vinification et surtout production de fruits séchés à une échelle proto-industrielle, attestée au XVIIIe siècle et qui pourrait avoir été développée là dès le XVIIe siècle.

Un partage de succession de 1789, puis une vente de 1792 témoignent de ce que l'organisation générale de la propriété est alors en très grande partie comparable à ce que l'on peut encore observer aujourd'hui : on y décrit un habitat troglodytique et semi-troglodytique (déjà visible sur un plan de 1747), huit fours, un pressoir et un puits, ainsi qu'un jardin planté de pruniers. Les archives ne permettent pas de dater clairement l'édification de ces fours, dont la présence n'est assurée qu'à partir des années 1760 (graffiti daté). Il est toutefois plus que probable qu'un acte notarié qui, en 1736, évoque les "fours dans lesquels on cuit les pruneaux [...] construits dans les caves quy sont pratiquées dans le rocher ou costeau dudit Montsoreau" se rapporte à ce site, d'une ampleur sans équivalent dans la commune. Selon toute vraisemblance, la construction des fours pourrait ainsi remonter au moins au XVIIe siècle, puisque le même texte évoque le fait que l'usage de ces fours était considéré, en 1736, comme "très ancien et de temps immémorial".

La production de prunes était assurée par les nombreux vergers mentionnés à Montsoreau comme dans les communes voisines ; au XVIIIe siècle, les archives mentionnent à Montsoreau et à Fontevraud la culture de prunes des variétés Sainte-Catherine et Rochecorbon. Séchés, les fruits étaient ensuite transportés par marine de Loire pour connaître une large diffusion commerciale.

Il semble qu'à partir de la fin du XVIIIe siècle, le séchage des fruits ne soit plus l'activité principale sur ce site, puisque les propriétaires qui s'y succèdent dès lors sont tisserands, marchands, puis tonneliers. Dès les années 1870, il semble que le pittoresque du site attire un nouveau type de propriétaires : la maison semi-troglodytique construite à l'entrée du site est rebâtie en 1881 et, sous le nom de Bellevue, devient résidence de villégiature.

Période(s)Principale : Moyen Age
Principale : Temps modernes
Principale : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

La maison de Bellevue et les anciennes carrières de tuffeau dont elle commande l'entrée sont situées en partie haute du coteau qui surplombe le secteur nord-est du bourg.

Il s'agit d'un site où l'extraction, vraisemblablement très ancienne, a dû se traduire par le décapage de pans entiers des strates sommitales du plateau pour constituer certaines des falaises calcaires que l'on y voit désormais et les aplats qui les précèdent. Cette exploitation, qui a ainsi contribué à la formation d'un paysage très artificialisé, put se faire à ciel ouvert ou bien résulte de l'effondrement et du dégagement des décombres d'une exploitation par galeries souterraines.

À l'articulation de ces éléments de relief, Bellevue présente donc, en surplomb du chemin du Coteau, des parcelles de jardin en terrasse qui précèdent une falaise rocheuse percée d'une bouche de cavage, entrée d'une galerie d'extraction souterraine. De part et d'autre de celle-ci, se trouvent des abris troglodytiques et une maison accolée au coteau.

Depuis la rue, une porte flamande, puis une rampe empierrée de moellons de « perrons » donnent accès à la propriété.

1. Les habitations

La maison située en tête de carrière intègre en partie postérieure certaines pièces semi-troglodytiques. Très haute, elle compte un rez-de-chaussée, deux étages-carrés et un étage en surcroît. À l'ouest, au premier étage-carré, la maison ouvre de plain-pied sur l'impasse du Coteau. Remaniée, elle conserve ses caractéristiques de la fin du XIXe siècle : une façade des plus sobres, une élévation intégralement en moyen appareil de tuffeau et un toit à longs pans couvert d'ardoises. Un large balcon en ferronnerie lui confère un point de vue sur la vallée de la Loire au sortir de sa confluence avec la Vienne.

À l'est de la bouche de cavage, se trouvent deux petits abris troglodytiques. L'un est à usage de resserre. L'autre, de plan très irrégulier, est une habitation et dispose d'une cheminée ; le couvrement en roche est ici habillé d'un lambris.

2. La carrière

La bouche de cavage de Bellevue n'était pas le seul accès à cette carrière et une large parcelle voisine, totalement décapée depuis au moins le début du XIXe siècle, donnait également sur les galeries souterraines à partir de la rue de la Bonnardière. De hauts murs élevés en moellons de tuffeau ferment désormais ces autres accès et la carrière qui forme la partie postérieure de la propriété de Bellevue se présente comme un itinéraire en partie sous roche qui traverse deux effondrements (fontis) successifs.

Les traces de l'activité d'extraction du tuffeau se lisent ici en négatif et on peut restituer une exploitation par tranches superposées (jusqu'à 5 par endroits) formant de grandes salles. La stabilité des strates supérieure était assurée par le maintien de piliers rocheux (méthode du pilier tourné). L'activité d'extraction dut cesser un temps, sans doute avant le XVIIIe voire le XVIIe siècle, peut-être en raison des effondrements à l'origine des fontis. Dans le dernier de ceux-ci, deux galeries relèvent d'une reprise d'exploitation du tuffeau usant, cette fois-ci, de techniques plus récentes (XIXe ?) : la progression continue et linéaire (méthode à piliers longs) sur un seule tranche, avec dégagement d'alcôves latérales. Cette activité dut rester ponctuelle et ces nouvelles galeries, relativement courtes, sont barrées par des éboulements qui contribuèrent probablement à l'abandon définitif de l'extraction.

3. Les fours à prunes

Après la première phase d'exploitation du site comme carrière, les fontis qui dès lors formaient autant de puits de lumière naturelle connurent l'installation de nouvelles activités.

Sous les corniches rocheuses formées par les vestiges de la carrière, les bas-côtés des fontis abritent ainsi plusieurs de fours, deux dans le premier et sept dans le second. Il s'agit d'un atelier de fourniers produisant des prunes séchées, opération qui est réalisée dans ces fours (comparables à des fours à pain), où un feu très vif est allumé, puis éteint avant que l'on y enfourne les fruits pour plusieurs heures, afin qu'ils soient desséchés sans cuire. Les plates-formes qui surplombent les ensembles de fours du second fontis, à l'abri des précipitations, devaient à la préparation des fruits ou à leur stockage. L'environnement minéral du site évite, en outre, tout risque de propagation d'incendie.

La disposition par nombre pair des fours et l'abandon du seul four isolé, pour en décaisser la sole et en faire une petite cave (le « caveau » signalé en 1789), semblent révéler un système de rotation des tâches dans les opérations de cuisson des fruits et ainsi, de recherche d'une meilleure productivité. L'agencement en équerre des deux batteries doubles, qui doit limiter la manutention entre les bouches des fours, renforce cette impression.

L'activité des fourniers à prunes de Bellevue peut donc être élevée au rang d'une proto-industrie agro-alimentaire.

À moins qu'il ne s'agisse d'entrepôts construits pour abriter les stocks des tisserands et marchands qui occupent le site au XIXe siècle, c'est peut-être dès le XVIIIe siècle, dans le cadre de l'activité des fourniers à prunes que furent édifiées, sur ce site, d'amples entrepôts. Cette dernière hypothèse semble plus probable, du fait que ces entrepôts sont surélevés, sans doute pour que les fruits, avant ou après séchage, soient hors de portée d'animaux nuisibles. Immédiatement au revers de la bouche de cavage, dans le premier fontis, est conservé l'un de ces entrepôts fait de planches de bois assemblées et accessible par une échelle. Arrimé aux parois de la carrière et à l'abri des précipitations avec la roche pour couvrement, cet entrepôt est supporté par une poutre reposant sur des piliers de tuffeau (l'un d'eux ayant été supprimé, la partie nord de la poutre est aujourd'hui suspendue). Les ateliers maçonnés établis sous ce lieu de stockage sont des ajouts du XIXe siècle. Un second entrepôt probablement du même type existait sous l'arche menant du premier au second fontis. Désormais disparu, il en reste toutefois des vestiges : les traces des poutres autrefois fichées dans les parois rocheuses et surtout l'escalier droit en maçonnerie qui lui donnait accès.

4. Vinification

Les cavités et abris latéraux de ces fontis ont accueillis d'autres activités.

Bellevue connut une activité de vinification, attestée au XVIIIe siècle et poursuivie au XIXe siècle et on trouve ainsi les vestiges de pressoirs dans une cavité latérale du premier fontis. En fond de cavité, on trouve les traces de deux anciens pressoirs casse-cou. Au-devant, sont visibles les ancrages dans la roche d'un plus important pressoir à roue, sans doute plus récent (XIXe siècle ?), avec maie carrelée et enchère. À l'emplacement des pressoirs casse-cou, enfin, la maie fut rénovée au XIXe siècle et un pressoir plus moderne fut installé, à vis et à cage, conservé en place. On peut noter la préservation, ici, de planches de bois à fixation de métal, qui couvrent les bords de la maie pour en éviter l'usure. Les galeries de reprise d'extraction de tuffeau du second fontis furent réemployées en caves à vin, fermées de portes à claire-voie : le long des parois on y trouve des « chantiers », alignements de blocs de tuffeau sur lesquels étaient entreposées barriques et bouteilles.

5. La villégiature

Le panorama qu'offre ce site et son pittoresque contribuèrent dès la fin du XIXe siècle à sa reconversion en résidence de villégiature. Les terrasses devinrent jardins d'agrément et une fabrique de jardin en belvédère sur le village et la Loire fut aménagé sous la forme d'un petit kiosque métallique, aujourd'hui très dégradé.

Mursessentage de planches
moyen appareil
moellon
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage en surcroît
Couvrementsroche en couvrement
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier intérieur
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Document 1

    AD Maine-et-Loire. 5 E 37 / 1 Notaires. Attestation d'habitants de Monstoreau sur l'exploitation de fours à pruneaux (6 janvier 1736).

    [Les dix-sept cosignataires de ce texte, habitants de Montsoreau] ont unanimement attesté que les fours dans lesquels on cuit les pruneaux dont leurs terroir abonde et quy font une des principalles récolte du pays, sont construits dans les caves quy sont pratiqués dans le rocher ou costeau dudit Montsoreau, que cet usage est non seulement très ancien et de temps immémmorial, mais uniforme et universel dans toutte la coste et que personne ne s'est jusques à présent avizé de s'en plaindre ny de troubler une exploitation sy avantageuze aux habitants et aux estrangers, sauf le sieur Thibault de la Tibaudière et son espouze que lesdits comparans ont apris avoir depuis quelque temps suscité un procès audit François Dexmes pour raison de ses fours, dans lequel procès ledit sieur Thibault a succombé, et comme l'appel de la sentence est pendant au parlement, les comparants suplient nos seigneurs de la Cour de vouloir bien les conserver ainsy que ledit Dexmes dans les usages et possession dont ils offrent la preuve en cas de besoin [...].

    Document 2

    AD Maine-et-Loire. 5 E 37 / 16. Notaires. Partage de la succession d'André Chemineau père et de Marie née Bellouin (9 mars 1789).

    Après le décès d'André Chemineau père et de Marie née Bellouin, leurs biens sont partagés devant notaire entre leurs enfants et héritiers :

    Marie Chemineau, épouse de Michel Nouet, tailleur de pierre, demeurant à Bourgueil, Marguerite Chemineau, Jeanne Chemineau et André Chemineau fils. Les deux premiers lots correspondent à l'ensemble étudié :

    Partage en quatre lots des biens immeubles de deffunts André Chemineau, tixerant, et Marie Bellouin sa femme [...].

    Premier lot, celui auquel il échura jouira et disposera en pleine propriété de portion d'une demeure située sur le coteau, paroisse de Montsoreau, joignant au total vers le soleil levant et midy Henry Roullet, du couchant la demoiselle Ollivier, et du nord, le chemin du côteau, laquelle portion consistera pour le présent lot dans l'atellier servant de boutique, les grandes caves au fond où sont plusieurs fours, un petit caveau à cheminée à côté, un petit jardin, le tout se tenant, cour commune ainsy que le puits à eau et le pressoir avec le second lot [...].

    Second lot, jouira et disposera en plaine proprietté de l'autre portion de laditte demeure, confrontée au premier lot, à prendre par le présent lot dans la grande chambre à cheminée, un caveau derrière, une petite entichambre à côté, un petit apenty couvert d'ardoizes, sous lequel est une chambre basse à cheminée, chambre haute et petit grenier dessus et un petit jardin devant, cour commune ainsy que le puits à eau et le pressoir [...].

    A l'issue de ce partage, le premier lot est pris par André Chemineau fils, le second par Jeanne Chemineau.

    Document 3

    AD Maine-et-Loire. 5 E 37 / 17. Notaires. Vente d'une maison et d'un atelier par André Chemineau fils à Martin Rétiveau, pour 950 livres (27 septembre 1792).

    [...] André Chemineau, texier en toile [...] demeurant audit Montsoreau, paroisse de Saint Pierre de Retz [...] vend, cède, quitte, délaisse et transporte [...] au sieur Martin Rétiveau, marchand demeurant même paroisse de Saint Pierre de Retz dudit Montsoreau [...] sçavoir est un atelier servant de boutique, deux grandes caves au fond où sont huit fours, un petit caveau aussy à côté, un petit jardin affié de pruniers joignant Henry Roullet, le tout se tenant, cour commune au-devant ainsy que le puits à eau et le pressoir qui est dans laditte cour situé sur le costeau de Montsoreau, joignant du levant Louis Perrault et sa femme, du midy le fond des caves, du couchant le sieur Allieret, et du nord le chemin [...].

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Maine-et-Loire. 5 E 37 / 1 Notaires. Attestation d'habitants de Monstoreau sur l'exploitation de fours à pruneaux (6 janvier 1736).

  • AD Maine-et-Loire. 5 E 37 / 16. Notaires. Partage de la succession d'André Chemineau père et de Marie née Bellouin (9 mars 1789).

  • AD Maine-et-Loire. 5 E 37 / 17. Notaires. Vente d'une maison et d'un atelier par André Chemineau fils à Martin Rétiveau, pour 950 livres (27 septembre 1792).

Bibliographie
  • BOYER, André, HAMELAIN, Pierre. Site des rues hautes du bourg. Les caves aux neuf fours. Découverte du patrimoine troglodytique de Montsoreau, 8 mars 2006, n°4, tapuscrit, Association Sauvegarde de Montsoreau.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine - Stalder Florian