Logo ={0} - Retour à l'accueil

Auberge des Victoires, dite Grand Maison, actuellement maison, 3, 5 quartier du Groseiller, Connerré

Dossier IA72058732 inclus dans Bourg de Connerré : faubourgs de La Rochelle et de Groisiller (Groseiller) et rue de Paris réalisé en 2018

Fiche

AppellationsGrand Maison, auberge des Victoires
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéescour
Dénominationsauberge
Aire d'étude et cantonPays du Perche sarthois - Savigné-l'Evêque
AdresseCommune : Connerré
Adresse : 3, 5 quartier du
Groseiller
Cadastre : 1836 C2 55 ; 2018 AC 196 à 203 211 à 214 218 219 621

Les origines de cet ensemble nous échappent encore totalement. Il s'agit vraisemblablement d'une demeure du XVIe siècle, comme l'indiquent la forme aiguë de la toiture et la tour d'escalier, qui semble avoir porté le nom de "Grand maison". Les ouvertures ont connu de multiples remaniements : certaines, chanfreinées, peuvent dater de la construction ; d'autres, en arc segmentaire délardé, ainsi que la lucarne en bois, accusent le XVIIIe siècle. D'autres encore, à linteaux droits, ont été remaniées ou percées aux XIXe et XXe siècles. Le petit appentis contre la tour est une adjonction de la 2e moitié du XIXe siècle. La propriété abrite l'auberge des Victoires au moins depuis le XVIIIe siècle.

A cette époque, la création de la première route royale Paris-Nantes via Bellême et Bonnétable délaisse Connerré, aussi un plan dressé vers 1770 indique-t-il que les "magnifiques auberges" de la place du Groisiller sont alors abandonnées. Il faut attendre l'aménagement de la nouvelle route royale passant par La Ferté-Bernard et Connerré, dans les années 1780, pour que le trafic retrouve sa vigueur et que les auberges soient rétablies. Suivant un acte de vente du 7 janvier 1787, la veuve de Pierre Caradret marchand aubergiste achète aux La Ronce la "Grand Maison" à Connerré. Les Caradret sont ensuite mentionnés comme propriétaires de cet ensemble sur le plan terrier de 1787 et divers documents. Les Caradret font agrandir les bâtiments en direction de la nouvelle rue de Paris (construction d'écuries, d'étables et autres dépendances), donnant à la cour des Victoires ses dimensions actuelles. Dans les années 1820-1830, la possession de l'angle de la rue de Paris et de la rue de l'Abreuvoir, qui assure la meilleure visibilité sur la route royale, est l'objet d'une querelle entre Caradret et Gourmy, propriétaires des auberges contigües des Victoires et de Saint-Jean.

Les deux ailes de bâtiments perpendiculaires au logis principal ont été profondément remaniées, voire reconstruites, dès la 2e moitié du XIXe siècle pour y créer des logements particuliers. Les matrices cadastrales mentionnent en effet, entre 1856 et 1888, la construction de nombreuses maisons sur cette parcelle. Ces petits logements d'ouvriers ont été en grande partie remaniés dans la 2e moitié du XXe siècle. L'enseigne d'un café est encore visible sur la façade de la demeure principale sur une carte postale du début du XXe siècle. Jusqu'au milieu du XXe siècle, la cour des Victoires est un quartier défavorisé de mauvaise réputation. L'ensemble abrite aujourd'hui des maisons particulières, seul le nom de la cour des Victoires rappelle encore l'ancienne auberge.

La maison à tour a vu la naissance de Robert Jarry, maire du Mans de 1977 à 2001, le 29 décembre 1924.

Période(s)Principale : 16e siècle, 17e siècle, 18e siècle, 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

La demeure principale, de plan en L avec une tour d'escalier circulaire dans l'angle, est orientée au sud. La façade principale, sur la rue, présente quatre travées. La première présente deux ouvertures en arc segmentaire délardé, la seconde inclut une lucarne en bois en arc segmentaire, la quatrième deux baies chanfreinées. Sur la partie en retour, on remarque également un travée d'ouvertures en arc segmentaire délardé. Un appentis y est accolé. La tour, coiffée d'une poivrière, est percée de deux petites fenêtres dont une chanfreinée. On distingue également la trace d'une ouverture murée. L'accès au sous-sol se fait par un escalier en pierre et une porte en anse de panier chanfreinée.

Les bâtiments de part et d'autre de la cour correspondent à des petites maisons en rez-de-chaussée, avec ou sans comble à surcroît, remaniées pour la plupart. Les ouvertures anciennes sont en arc segmentaire et à encadrement de briques. Les corniches sont également en briques. L'unité de la cour est aujourd'hui perturbée par les murs de clôture privatifs.

Murscalcaire moellon enduit
grès moellon enduit
Toittuile plate
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Escaliersescalier hors-œuvre : escalier en vis en maçonnerie
État de conservationbon état, remanié
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1787, 7 janvier : vente de Grand Maison de Connerré à la veuve de Pierre Caradret aubergiste.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : G 42
  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 O 753. 1794-1900 : voirie urbaine et alignements, Connerré.

  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 91. Matrices cadastrales, registres des augmentations et diminutions de construction de Connerré.

Documents figurés
  • 1771 et 1787 : plan du bourg et plan terrier de Connerré. (Archives départementales de la Sarthe ; 1 Fi 663).

  • 1817 et 1831 : dessins des auberges du faubourg de Groisiller.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 3 O 753
  • 1836 : plan cadastral napoléonien de Connerré. (Archives départementales de la Sarthe ; PC\091).

  • Collection de cartes postales et photographies anciennes, Connerré. (Archives municipales de Connerré).

  • Collections particulières de cartes postales et de photographies anciennes, Connerré. (Collection particulière).

Bibliographie
  • JALINIER, Suzanne. Connerré au fil du XXe siècle. Mulsanne : ITF imprimeurs, 2009.

    p. 14
  • Le patrimoine des communes de la Sarthe. Paris : Flohic éditions, 2000. 2 vol.

    p. 1195
Périodiques
  • MORO, Alain. "Robert Jarry : une enfance à Connerré". La Vie Mancelle et Sarthoise, n°397, février-mars 2008.

    p. 38-39
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Barreau Pierrick
Pierrick Barreau

Chercheur auprès du Pays du Perche sarthois.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.