Logo ={0} - Retour à l'accueil

Verrière de la vie de saint Joseph

Dossier IM44008594 réalisé en 2006

Fiche

Dénominationsverrière
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Adresse : place Saint-Aubin
Emplacement dans l'édificebras sud du transept
mur sud
baie 8

Verrière hagiographique de Henri Uzureau, peintre-verrier à Nantes, réalisée en 1935. En pendant à la verrière du Rosaire, de l'autre côté du transept, qui en 1885 annonce l'art nouveau, la verrière de saint Joseph semble rétrograde par le style néogothique de sa composition.

Entièrement consacrée à saint Joseph, est particulièrement complète puisqu'elle présente douze scènes. La dévotion à saint Joseph connaît un nouvel essor après 1870, lorsque le pape Pie IX le proclame patron de l'Église universelle. Il semble cependant que la verrière qu'on restaure en 1860 au même endroit lui était déjà dédiée, bien que J. Desmars, citant Paul Potier de Courcy, signale en 1869, une réparation maladroite dans le transept sud des scènes de l'Ancien Testament, qui les rendrait inintelligibles. D'après Fernand Guériff, la verrière actuelle, de 50 m2 pour un coût de 23 900 francs, serait réalisée en 1935 par Henri Uzureau dont l'atelier se situait 21 passage Sainte-Anne à Nantes.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1935
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Pays de la Loire, 44, Nantes
Auteur(s)Auteur : Uzureau Henri peintre-verrier

Faisant face à la grande verrière de la Vierge située dans le pignon nord du transept, une verrière dédiée à saint Joseph, au pignon sud, éclaire la chapelle de saint Joseph. Elle est divisée par un remplage identique de six lancettes surmontées d'un réseau, et de la même manière composée de scènes distribuées dans un décor végétal. Les douze scènes sont insérées dans des médaillons ovales bordées d'un rai de perles. Les scènes se lisent de gauche à droite et de bas en haut, sur deux registres, et sont sous-titrées. Chaque scène se détache sur un fond bleu-violet devant un décor d'architecture différent. La première scène, inspirée de textes apocryphes et rarement représentée, évoque la vocation de Joseph comme protecteur de la Vierge Marie : le grand-prêtre, demandant à Dieu un signe désignant l'époux qu'Il lui destinait, réunit tous les hommes célibataires de la tribu de Juda dans l'espoir que le bâton de l'un d'eux fleurît. Le bâton de Joseph fleurit et une colombe survole la tête de l'élu comme dans la scène évangélique du baptême de Jésus, signifiant l'intervention du Saint-Esprit. Joseph est figuré barbu, selon une tradition discutée qui lui attribue quelques décennies de plus que Marie. Viennent ensuite le mariage de Marie et de Joseph, et celui-ci porte le lys fleuri, symbole de la virginité dont il a fait vœu, puis une représentation exceptionnelle du vœu de virginité des époux : Marie agenouillée et Joseph debout derrière font à Dieu le don de leurs personnes. La quatrième scène représente le songe de Joseph, qu'un ange dissuade de répudier Marie enceinte. Dans la cinquième scène tous deux arrivent à Bethléem, Joseph portant un simple baluchon, et parcourent à pied les rues non pavées de la ville. Une curieuse étoile, carrée, les précède. Le refus de l'hôtelier est visible. La sixième scène clôt le registre inférieur avec la Nativité, où la crèche est survolée par les anges musiciens. Au second registre sont présentes cinq scènes traditionnelles : la fuite en Égypte, le repos pendant fuite en Égypte, la vie à l'atelier de Nazareth, le recouvrement de Jésus au Temple et la mort de saint Joseph. Sur la route d'Égypte Marie est assise en amazone sur l'âne, puis à la halte Joseph cueille les fruits d'un arbre qui ressemble plus à un palmier qu'à un chêne, tandis que Jésus tresse des couronnes. Au sol est posée la gourde évoquant la source que Joseph fit jaillir selon les apocryphes. À la scène d'atelier de la vie à Nazareth est ajoutée une scène supplémentaire dans laquelle on voit Marie et Joseph enseigner la prière à Jésus, à l'occasion du bénédicité.

Dans le remplage, la verrière montre saint Joseph debout, son bâton fleuri à la main, entouré d'anges louant saint Joseph par leurs instruments de musique et par les mots inscrits sur leurs phylactères.

Catégoriesvitrail
Structureslancette, 6 tympan ajouré
Matériauxverre transparent, coloré
plomb, réseau
Précision dimensions

h = 1600 ; la = 800

Inscriptions & marquesinscription concernant l'iconographie
Précision inscriptions

Inscription (sous chaque scène) : Bâtons d'amandiers ; Mariage de St Joseph ; Vœux de chasteté ; Sommeil de St Joseph ; Ils arrivent à Bethléem ; La Nativité ; Fuite en Egypte ; Repos de la Ste Famille ; Travail dans l'atelier ; Repas de la Ste Famille ; Ils le trouvent parmi les docteurs ; Mort de saint Joseph ; Jésus Marie Joseph ; fils de ; Joseph père.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé au titre immeuble, 1840

Références documentaires

Bibliographie
  • COLANTONIO, Laurent. Les vitraux de la collégiale Saint-Aubin de Guérande, dossier de licence d'histoire, université de Paris VIII Saint-Denis, 1993.

    p. 11-13.
  • DESMARS, J. La presqu'île guérandaise et les bains de mer de la côte. Saint-Nazaire, Pornichet, Le Pouliguen, Le Bourg-de-Batz, Le Croisic, La Turballe, Piriac. Guide du touriste. Redon, L. Guihaire libraire, 1869.

    p. 124.
  • GUÉRIFF, Fernand. La collégiale Saint-Aubin de Guérande. Le Pouliguen, 1985.

    p. 60 et note 46 et p. 67.
  • Répertoire des peintres verriers du XIXe siècle, 3e édition, mise à jour mai 1993, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, Ministère de la culture et de la francophonie, Direction du Patrimoine.

    p. 111.
(c) Conseil général de Loire-Atlantique ; (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Monuments historiques - Daboust Véronique - Vincent Gil