Dossier d’œuvre architecture IA85002730 | Réalisé par
Suire Yannis (Contributeur)
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Vallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
Site archéologique de la chapelle Saint-Pient
Auteur
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
  • (c) Conseil départemental de la Vendée

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
  • Commune Maillé
  • Lieu-dit Chapelle (la)
  • Cadastre 1835 C 369  ; 2020 ZB 78, 79, 80

Une chapelle anciennement connue

Le site semble avoir été occupé dès l'époque gauloise et romaine, comme en témoignent des éléments mis au jour lors des fouilles de 1975-1976. Une chapelle aurait été établie à l'endroit où, selon la légende, le bateau transportant saint Pient, évêque de Poitiers au VIe siècle, échoua lors d'une tempête alors que le saint évangélisait la région. Détruite par les invasions normandes, la chapelle est mentionnée à la fin du Xe siècle, puis aurait été reconstruite au XIIe siècle. En 1720, la carte de la région par Claude Masse situe la "chapelle de saint Pien, ruinée". En 1772, le curé de Maillé, l'abbé Herbert en mentionne les vestiges avant de les faire raser, précisant que la chapelle était encore visible, au dire des anciens, dans les années 1660 (voir en annexe). Il parle notamment de la mise au jour de quatre tombeaux avec des ossements, dont trois à l'intérieur de la chapelle et le quatrième en dehors. Il précise : "Ces tombeaux que j'ai laissés dans le lieu, sont de deux morceaux chacun, creusés de manière à y mettre commodément un corps. Il y a une place en rond pour la tête et des accoudoirs pour les bras, et ils sont couverts de deux grandes pierres longues et plates."

En 1790, parmi les biens de la cure de Maillé dont il rend déclaration, l'abbé Herbert mentionne "le petit pré de Saint Pien, proche le lieu où il y avait autrefois une chapelle dédiée à ce saint évêque de Poitiers, de deux journaux ou environ, à cueillir deux charretées de foin, au bord du marais mouillé". L'endroit est ensuite saisi et vendu comme bien national à la Révolution. On retrouve le "pré de la chapelle Saint-Pien", contenant 5 journaux, parmi les biens mentionnés en 1820 dans le testament de Jeanne Marie Quoy, veuve Constantin, bourgeoise de Fontenay-le-Comte, alors attribués à sa fille, Joséphine, épouse de Michel Brossard, notaire au Busseau (Deux-Sèvres). Le lieu-dit "la Chapelle" est enfin indiqué sur le plan cadastral de 1835.

Les fouilles de 1975-1976 et leurs résultats

En 1960 puis 1974, à l'occasion de labours, des ossements humains sont mis au jour sur le site appelé "la Chapelle", dans un terrain appartenant à André Pierceau. Des fouilles archéologiques sont alors décidées. Elles sont menées durant les étés 1975 et 1976 par dix soldats et membres détachés par le Centre militaire de formation professionnelle (CMFP) de Fontenay-le-Comte, sous la houlette de Hubert Joyeux, habitant de Maillé.

Ces deux campagnes permettent de mettre à jour une nécropole composée de 12 sépultures, datant semble-t-il de l'époque mérovingienne pour les plus anciennes, jusqu'aux XIIe-XIIIe siècles. Profondes de 30 à 150 cm, elles contiennent des squelettes. 4 sarcophages monolithes sont par ailleurs découverts, datant du IXe au XIIe siècle (certains sont aujourd'hui exposés au musée local de Maillé, 12 rue de la Poste), ainsi qu'un ossuaire de 5 mètres carrés. Plusieurs sépultures contenaient du mobilier, notamment un peigne en os dans la sépulture n° 20 et un collier de perles et rouleaux de verre dans la sépulture n° 3. Egalement fouillé, un grand puits recelait de nombreux tessons de poteries, une broche ou fibule, une clé, une fusaïole médiévale etc. Le site révèle aussi un fragment de tuile et un morceau de poterie d'époque romaine, une coquille Saint-Jacques (pendentif de pèlerin ?), un passant en bronze, des flacons et vases à encens, le tout estimé du 6e au 12e siècle, et des monnaies du XIIe au XVIIe. Enfin, les fouilles mettent au jour de substructions ou assises maçonnées (vestiges de la chapelle ?).

  • Période(s)
    • Principale : Gallo-romain, 6e siècle, Milieu du Moyen Age

Le site archéologique s'étend au lieu-dit la Chapelle, au nord du chemin qui relie la Pichonnière et Andremont, au nord-est d'un hangar agricole.

  • Couvrements
  • Statut de la propriété
    propriété publique

Documents d'archives

  • Bibliothèque nationale de France, Paris ; Ms Latin 4892, Chronicon Sancti Maxentii, fol. 248 v. Fin du 10e siècle : mention d'une église ancienne dédiée à saint Pient.

  • DRAC des Pays de la Loire, Service régional de l'archéologie. Dossier sur la commune de Maillé ; notes, rapports de fouilles et photographies sur le site de la chapelle Saint-Pient.

  • Archives départementales de la Vendée ; 99 G 3. 1772-1790 : déclarations rendues pour les biens de la cure de Maillé par l'abbé Joseph Herbert.

  • Archives départementales de la Vendée ; 2 Q 6409. 1820, 21 octobre : enregistrement et transcription du testament de Jeanne Anne Quoy, veuve de Joseph Constantin.

  • Informations et documentation fournies par M. Hubert Joyeux, Maillé.

Bibliographie

  • AILLERY, E., abbé. Chroniques paroissiales, tome 5, 1903-1904, p. 441-553 (Maillé).

    p. 446-453 et 502-503
  • BERNARD, Emile. Inhumations médiévales en Bas Poitou, mémoire de maîtrise, Université de Rennes 2 Haute-Bretagne, 1984.

    p. 76-78
  • JOYEUX, Hubert. "Chronique archéologique", Annuaire de la Société d'émulation de la Vendée, 1976, p. 131, et 1977, p. 134.

  • PRUNIER, L.-P. (abbé). Deux patrons de la paroisse de Notre-Dame de Maillé, Luçon, Imprimerie Séraphin Pacteau, 1902.

  • THIVERCAY (VALLETTE), René. "Chroniques", Revue du Bas-Poitou, n° 16, 1903.

Documents figurés

  • 1720, 29 octobre : Carte du 46e quarré de la generalle des costes du Bas Poitou, païs d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse Guienne..., par Claude Masse. (Service Historique de la Défense, Vincennes ; J10C 1293, pièce 17).

  • Plan cadastral de Maillé, 1835. (Archives départementales de la Vendée ; 3 P 132 ; complété par l'exemplaire conservé en mairie).

Annexes

  • Extrait des notes du curé Joseph Herbert à la fin du registre paroissial de l'année 1772, au sujet de la chapelle Saint-Pient et du culte à ce saint..
Date d'enquête 2020 ; Date(s) de rédaction 2021
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Conseil départemental de la Vendée
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers