Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulins à vent de Monsieur (ruinés), Chaumont, Montsoreau

Dossier IA49010731 inclus dans Montsoreau : présentation de la commune réalisé en 2010

Fiche

Le premier de ces deux moulins caviers est le plus ancien moulin à vent de Montsoreau. À l'état de ruines, ces moulins sont d'intéressants vestiges d'une activité de meunerie qui fut notable à Montsoreau avant de disparaître dans les premières décennies du XXe siècle.

Précision dénominationmoulin à vent
Appellationsmoulins de Monsieur
Dénominationsmoulin
Aire d'étude et cantonFontevraud-l'Abbaye - Montsoreau - Saumur-Sud
AdresseCommune : Montsoreau
Lieu-dit : Chaumont
Cadastre : 1813 B 837 à 841; 2011 B 564

Le site des Moulins de Monsieur comprend deux moulins, aujourd'hui ruinés.

La documentation consultée atteste qu'un premier moulin s'élève déjà sur le plateau de Chaumont dans le dernier quart du XVIIe siècle. Au vu de ces sources et des vestiges architecturaux du premier moulin (le moulin situé au nord-ouest), il est possible qu'il s'agisse d'une construction du XVIIe siècle. Les baux des années 1676 et 1681 le désignent comme le moulin situé "près de Chaumont" et le nom de "Moulin de Monsieur" apparaît dans la documentation dans le premier quart du XVIIIe siècle, date où il est déjà déclaré en mauvais état. Le nom de "Monsieur" renvoie assurément à son commanditaire, le comte de Montsoreau, dont il relève et qui l'afferme à un meunier ; on peut noter qu'au milieu du XVIIe siècle, un moulin voisin, aux mains de l'abbaye de Fontevraud (vraisemblablement le moulin de Mestré), était surnommé "Moulin de Madame" (ici, l'abbesse).

Un second moulin est construit sur ce même site entre 1747 (un seul moulin représenté sur l'atlas Trudaine de la route de Montsoreau à Loudun) et 1813 (deux moulins visibles sur le plan du cadastre napoléonien). La date de 1778 portée sur les vestiges du moulin situé au sud-est pourrait donc correspondre à la date de construction du second de ces désormais deux « Moulins de Monsieur ».

Ces moulins fonctionnent encore au long du XIXe siècle, jusqu'à ce que le vieux moulin (au nord-ouest) soit déclaré "en ruines" en 1886 par l'administration fiscale, et que le second moulin ne le soit à son tour peu avant 1894 (vers 1891-1893 ?).

Période(s)Principale : 17e siècle , (?)
Principale : 4e quart 18e siècle , (?)
Dates1778, porte la date
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Les moulins de Monsieur sont deux moulins caviers aujourd'hui largement ruinés et recouverts d'une végétation, où seuls émergent les vestiges du massereau du plus vieux moulin. Le premier est édifié au nord-ouest et le second lui est accoté au sud-est.

Le vieux moulin est constitué d'une masse de plan quadrangulaire, en moellons de tuffeau avec contreforts en pierre de taille. Dans l'état actuel, la distribution intérieure est difficile à restituer. Au centre du moulin se trouve la tour du massereau, constituée de deux coupoles superposées en moyen appareil de tuffeau, d'où partent deux caves voûtées appareillées en berceau anse de panier : au nord et à l'est. Une troisième cave voûtée est comprise dans l'angle nord-est du moulin ; elle ne semble pas communiquer avec les autres salles du moulin et n'est accessible que par l'extérieur.

Largement effondré, le moulin neuf, au sud-est, est lui aussi constitué d'une masse quadrangulaire édifiée en moellons de tuffeau. La partie orientale, qui abritait en son centre la tour du massereau, a disparu, mais les trois caves parallèles d'axe est-ouest qui forment la partie occidentale du moulin sont bien conservées. Ces caves sont couvertes de voûtes appareillées en berceau plein-cintre. Elles communiquaient entre elles par des portes et la cave centrale et la cave nord devaient aussi permettre l'accès à des salles du vieux moulin. Dans la cave sud subsistent des vestiges du mécanisme du moulin : la meule courante et une longue pièce de bois de section hexagonale qui correspond à l'arbre d'un sas de blutoir.

Il ne reste aucune trace des maisons de meunier qui flanquaient ces constructions, au sud pour le vieux moulin et au nord pour le moulin neuf (cette dernière maison est signalée « en ruines » en 1914), ni des autres annexes connues par la documentation (puits, grange, etc.). Au sud du site, de l'autre côté du chemin rural qui borde les moulins, se trouve une tranchée descendante formant cour excavée, probablement creusée dans la première moitié du XIXe siècle et qui distribuait des cavités troglodytiques à usage de dépendances de ces moulins (écuries, etc.).

Mursmoellon
moyen appareil
Plansplan massé
Couvrementscoupole
voûte en berceau
Énergiesénergie éolienne
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • AD Maine-et-Loire. 4 Q 13830. Domaines, enregistrement, hypothèques. Registre de conservation des hypothèques, article 12 : transcription de la vente par Moreau-Allard des moulins de Chaumont à Moreau-Gondouin, reçue Me Cosnard (27 janvier 1861).

    Denis Moreau père, meunier, et son épouse Marie Allard, vendent en 1861 à Denis Moreau fils, meunier, et son épouse Eugénie Gondouin des biens issus de la succession de M. François Moreau (père et grand-père des parties), décédé à Montsoreau le 8 septembre 1830 :

    « [...] 1. Deux moulins à vent faisant du blé de farine dits les Moulins de Monsieur, tournant et virant, garni de tous leurs ustensiles, toiles, marteaux, tous leurs accessoires, logement d'habitation, situé savoir :

    - sous la masse et autour du moulin neuf de trois voûtes, dans l'une desquelles se trouve un four, un toit à porcs, une chambre à cheminée, grenier au-dessus, couvert en ardoises, une petite cour au nord renfermée de murs où se trouve une petite chambre et un hangar ;

    - à l'angle nord-ouest ouvrant au levant sur le grand chemin de Montsoreau à Fontevrault, au couchant dudit moulin neuf, une petite voûte derrière le cul de four, une petite chambre à cheminée, grenier au-dessus couvert en ardoises ;

    - sous la masse et autour du moulin vieux de trois voûtes, de deux chambres à cheminée, grenier perdu au-dessus, couvert en ardoises, située au midi du moulin vieux, cour où est un puits, au midi dudit moulin vieux, renfermé de murs ouvrant au midi par une petite porte sur le chemin.

    Une grange à l'est de ladite cour, un petit jardin au nord dudit moulin vieux, contenant environ un are quatre-vingt et trois centiares, renfermé de murs.

    Le tout se tenant, situé à Chaumont, commune de Montsoreau, joignant du levant le grand chemin de Montsoreau à Fontevrault, du couchant et du nord les sieur et dame vendeurs.

    2. Une cour non renfermée de mur, dite la cour batteresse, sise au midi dudit article premier et duquel elle est séparée par un chemin, où se trouve une place à fumier, un abreuvoir où est une couloire plantée d'arbres à fruits et d'accacias, écurie en caves sur les côtés de ladite couloire. Ladite couloire se prolongeant sous une pièce de terre appartenant aux vendeurs située audit lieu de Chaumont, dite commune de Montsoreau.

    3. Et du droit, mais seulement pendant la vie et jusqu'au décès du survivant desdits sieur et dame vendeurs [...] de jouir de la cave déjà occupée par lesdits acquéreurs se trouvant à l'est des caves en roc appartenant aux vendeurs située dans le clos de Chaumont, commune de Montsoreau, et de pressurer leurs vendange dans le pressoir des vendeurs situé dans un autre bout desdites caves de Chaumont [...] ».

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Maine-et-Loire. 5 E 38 / 171. Notaires. Bail d'un moulin à vent, reçu Me René Serin (18 novembre 1676).

  • AD Maine-et-Loire. 5 E 38 / 172. Notaires. Bail d'un moulin à vent, reçu Me René Serin (8 août 1681).

  • AD Maine-et-Loire. 5 E 38 / 9. Notaires. Vente du moulin à vent de Monsieur faite par Florent Drouard et sa femme à François Trudeau et sa femme, reçue Me François François (22 février 1723).

  • AD Maine-et-Loire. 5 E 37 / 18. Notaires. Bail à ferme d'un des moulins de Monsieur, reçu Me Lamiche (12 germinal an II, 1er avril 1794).

  • AD Maine-et-Loire. 4 Q 13830. Domaines, enregistrement, hypothèques. Registre de conservation des hypothèques, article 12 : transcription de la vente par Moreau-Allard des moulins de Chaumont à Moreau-Gondouin, reçue Me Cosnard (27 janvier 1861).

Bibliographie
  • COMPERA, Alain, ROUAUD, Anne. Moulins caviers en Saumurois : reconversion des moulins caviers. Mémoire pour l'obtention du diplôme de l'Unité Pédagogique d'Architecture de Nantes, Ecole d'Architecture de Nantes, 2 volumes, 1980.

    p. 125
  • SAVETTE, Paul-Alexandre (colonel). Les moulins à vent de Saumur et des environs. L'Hôpital général ou Hôtel-Dieu de Saumur. Imp. Girouard et Richou, Saumur, 1934.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine - Stalder Florian