Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument aux morts, église paroissiale Saint-Nicolas de Craon

Dossier IM53003768 réalisé en 2012

Fiche

Dénominationsmonument aux morts
Aire d'étude et cantonPays de la Loire - Craon
AdresseCommune : Craon
Adresse : place de l' Eglise
Emplacement dans l'édificele monument occupe tout le mur occidental de nef autour de la tribune des orgues

Le monument aux morts de la paroisse Saint-Nicolas de Craon a la forme originale d'un "Livre d'Or" manuscrit. Le chanoine Jarry, maître d'œuvre de ce monument, en confia la réalisation à Ladislas Dymkowki dès octobre 1918, avant même la signature de l'armistice. Ladislas Dymkowski connaissait bien Saint-Nicolas puisqu' il travaillait à sa décoration depuis la fin du XIXe siècle. Dans cette église néo-gothique, Dymkowski conçut un monument en harmonie avec les peintures du chœur et du transept réalisées dans le style du XVe siècle. Il choisit le parchemin enluminé comme support pour la liste des noms qu'il inséra dans les deux arcs murés situés sous la tribune des orgues. Le projet conçu, il fallut lancer une souscription pour réunir les deux mille francs du montant du devis du peintre. Les premiers dons arrivèrent, dès décembre 1918, le bulletin paroissial se fit l'écho de la liste des souscripteurs qui s'allongea au fil des semaines. Des dons compris entre 1 et 100 francs affluèrent jusqu'au début de la réalisation, en février 1919. Une quatrième et dernière liste de souscripteurs fut publiée en mars 1919, la somme totale récoltée s'élevait alors à deux mille sept cent huit francs et vingt-cinq centimes, somme légèrement plus importante que le montant du devis. En hiver, la brièveté des journées ne permit pas au chantier d'avancer très vite. Aux mois d'avril et de mai, le chantier s'accéléra et mi-juin il était terminé. Les deux listes était peintes sous la tribune des orgues. La partie supérieure du mur le fut, dans un second temps, en 1920. La cérémonie d'inauguration se déroula le mardi 17 juin 1919, à 10h du matin. Le maire de Craon et les autorités civiles et militaires furent invitées à y participer. La date de l'événement fut annoncée dans le bulletin paroissial dès le mois de mai, alors que monument n'était pas achevé, puis rappelée deux fois dans celui du mois de juin. Le numéro suivant livra le détail de la grandiose cérémonie religieuse et patriotique qui réunit toutes les autorités et la foule auprès des poilus démobilisés, des mutilés et des familles des victimes. L'église était richement décorée avec "un catafalque monumental, dans la nef et le choeur de vastes écussons aux armes de Craon, aux insignes militaires, aux attributs de la victoire, voire même aux engins de guerre, le tout accompagné de drapeaux dont le nombre atteignait près de deux cents". C'est à Ladislas Dymkowski que la confection des écussons fut confiée. Cette cérémonie funèbre à Saint-Nicolas fut la première du craonnais organisée en l'honneur des soldats morts pendant le Grande Guerre. De nombreuses manifestations suivirent à l'occasion de l'érection d'un monument commémoratif dans chacune des paroisses. Dès le mois de janvier de l'année suivante, le curé de Saint-Nicolas faisait part de ses voeux de voir terminer le Livre d'Or par un frontispice dominant la liste des morts et le buffet des orgues. Le peintre conçut alors un nouveau projet dont il chiffra le montant à trois milles francs. Une nouvelle souscription fut lancée et en mars, la moitié de la somme était réunie. Les travaux débutèrent en juillet et s'achevèrent le 30 octobre 1920, juste avant la Toussaint. C'est au cours de ce mois que deux médailles militaires décernées à Albert Dubois et Jean-Joseph Rivet, furent ajoutées par le peintre à côté de leurs noms sur le parchemin. L'église conserve une seconde liste de morts pour la France au cours de la Grande Guerre, gravée sur une plaque de marbre scellée sur le mur ouest du bas-côté de la nef. Elle comporte cinquante noms classés par ordre alphabétique, dont les noms de soldats morts dans les colonies, mais seulement six d'entre eux sont également présents sur le Livre d'Or peint qui en compte cent vingt-et-un. Le monument aux morts communal érigé en 1921, sur la place devant la mairie, possède lui la liste la plus longue. Elle compte en effet deux cent-trois noms ; mais huit de la plaque de marbre n'y figurent pas.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1919
1920
Auteur(s)Auteur : Dymkowski Ladislas peintre attribution par source
Personnalité : Jarry commanditaire attribution par source

Le monument aux morts est composé d'une immense peinture murale qui couvre entièrement l'architecture du mur occidental de la nef, à l'exception des arcs laissés en pierre apparente. Elle forme deux registres de part et d'autre de la tribune des orgues. Un crucifix en bois peint est fixé dans la partie sommitale du registre supérieur. Les deux arcs brisés aveugles, au registre inférieur, reçoivent la liste des morts. Celle-ci est surmontée du titre et des dates de début et de fin du conflit. L'ensemble est inséré dans un décor végétal symbolique. Le décor de la partie supérieure, au dessus de la tribune, s'organise autour du Crucifix, et mêle également des motifs végétaux avec des symboles religieux. L'ensemble se détache sur un fond rouge. Quelques tracés préparatoires au crayon ont été repérés en partie basse. Le récit détaillé du chantier paru dans le bulletin de la paroisse fait également mention de travaux préparatoires, notamment des croquis réalisés par le peintre dans son atelier. La technique utilisée paraît être la peinture à l'huile sur un simple badigeon posé sur la pierre.

Catégoriespeinture murale, sculpture
Matériauxbadigeon, peint
bois, taillé, peint
Précision dimensions

h = 2000 ; la = 910. Il s'agit de la dimension totale du monument, au plus large. Les deux listes mesurent chacune, approximativement, hauteur : 550 cm et largeur : 120 cm sans la bordure fleuries (la = 22 cm).

Iconographiesornement végétal, pensée, chêne, vigne, palmette, violette, olivier, laurier
ordre et décoration français, croix de guerre, ordre de la Légion d'honneur, médaille militaire
Chrisme, la couronne d'épines, soleil, croix
ornement à forme architecturale, arcature, quadrilobe
Précision représentations

Au registre inférieur, les deux arcs renferment la liste des morts peinte, en lettres gothiques, sur deux feuilles imitant le parchemin. Ces feuilles sont tendues à l'aide de pointes dorées et pour achever le trompe-l'œil l'extrémité inférieure est enroulée comme un parchemin. Le sommet renferme une croix d'or aux extrémités tréflées, chargée d'une couronne de laurier et, au centre d'une pensée tricolore aux couleurs du drapeau national. Des feuilles de laurier et des pensées servent d'encadrement à chacune des listes. La moulure extérieure des ogives reçoit des rameaux de chêne chargés de glands. Un décor identique se poursuit autour du cartouche recevant le titre en lettres gothiques. Au centre de celui-ci, les dates sont entourées d'une couronne de laurier et placées dans un quadrilobe à redent, à fond noir, autour duquel sont disposés des rameaux d'olivier et des palmes. La croix du Christ porte en son centre un quadrilobe à fond rouge avec le monogramme du Christ et le chrisme. De la croisée partent des rayons lumineux qui pointent vers les extrémités des bras de la croix en traversant une couronne d'épines. Le pied de la croix caché derrière le pinacle néo-gothique de l'orgue est encadré de pampres de vigne qui se déploient autour des arcades. Celle-ci sont soulignées de palmettes enroulées sur une tige et de rameaux de chêne. A la différence de ceux du registre inférieur, les feuilles de chêne se détachent sur un fond marron et non pas noir. Entre ces riches bordures et le crucifix, le fond rouge est couvert d'un semis de petites croix et de couronnes de laurier placées à l'intérieur de rameaux d'olivier.

Inscriptions & marquesinscription concernant le titre, peint, sur l'œuvre, français
inscription, peint, sur l'œuvre, français
Précision inscriptions

Toute les inscriptions sont en lettres gothiques. Sous le buffet d'orgues, le titre "Livre d'Or de nos Soldats Morts pour la France" est encadré des dates "1914 1918". Les initiales de la liste des morts sont alternativement rouges et bleues. La liste des cent ving et un morts, divisée en deux colonnes, est surmontée par l'alpha et l'oméga, placés sous les bras de la croix. Les noms des militaires sont accompagnés de leur grade et de leurs médailles. Sur la colonne de gauche, les premiers nommés sont les officiers, ils sont au nombre de huit. Tous ont la croix de guerre et les six premiers la légion d'honneur. Viennent ensuite les sous-officiers et les soldats, avec indication de la date de leur décès, parfois de leur grade et de leurs médailles (croix de guerre ou médaille militaire). Enfin, deux noms terminent cette longue liste après l'inscription "Ont bien mérité de la Patrie", ceux du marquis de Champagné, maréchal des logis, (croix de guerre et médaille militaire), mort à Craon, le 29 septembre 1918, des suites de blessures contractées lors des combats au front et du docteur Bodinier, décédé le 25 septembre 1918 après avoir été pendant trois ans, volontaire et bénévole des ambulances de Craon.

État de conservationmanque
œuvre restaurée
Précision état de conservation

Le registre inférieur du monument est en bon état, à l'exception de sa partie haute où quelques lézardes sont visibles. En revanche, le couronnement, au-dessus des orgues, a souffert. Les fissures, plus ou moins larges, qui traversaient l'ensemble de la surface ont été bouchées et repeintes uniformément en rouge comme les grandes lacunes situées sur les côtés, au-dessus des deux petites arcades.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Souvenir de nos morts pour la France. Bulletin Paroissial de Saint-Nicolas de Craon. Octobre 1918, p. 6-7.

    "Il est une liste nécrologique, douloureuse mais glorieuse dont un tout jeune soldat craonnais tient la tête depuis le 10 août 1914, Auguste Lainé.

    Au cours des quatre années, les noms ont succédé aux noms, tantôt à de longs intervalles, tantôt hélas ! avec précipitation.

    Cette liste de héros, dont, chaque année, lecture est faite au cours de l'office funèbre célébré à leur intention, nous rêvons de la voir gravée pour toujours sur les murs sanctifiés de notre belle église. Déjà, nous dit-on, en beaucoup de sanctuaires, cette pratique est en usage. Sur des plaques de métal ou de marbre, sont inscrits les noms des soldats de la paroisse ou de la région tombés au champ d'honneur.

    A Saint-Nicolas, nous pouvons et nous devons faire mieux encore.

    A-t-on remarqué, au bas de l'église, sous la tribune de l'orgue, deux belles ogives, murées de pierre blanche, que l'on dirait destinées, dès leur origine, au noble usage que nous voulons en faire ?

    Elles contiendront, d'après l'ordre chronologique de la fin glorieuse de nos héros, les noms des soldats de Craon, ou ayant des attaches intimes de famille à Craon, morts pour la France.

    Mais en notre belle église, déjà enrichie de magnifiques peintures murales, style XVe, il ne saurait être question d'inscriptions froides et vulgaires, comme en comportent les monuments funéraires de nos cimetières, il faut que ce "souvenir de nos morts pour la France" soit à l'honneur et enregistré, en quelque sorte, en des motifs de décoration qui rempliront toute cette partie basse de l'église.

    Le plan en est superbe. A nous d'en faciliter la réalisation. Deux mille francs nous sont nécessaires. Nous ne doutons pas, qu'à l'aide d'une souscription paroissiale, nous n'arrivions à notre but religieux et patriotique".

  • Souvenir de nos soldats morts pour la France. Bulletin Paroissial de Saint-Nicolas de Craon, novembre 1918, p. 4-5.

    C'est définitif, les travaux sont commandés, et l'artiste en achève les croquis.

    Les noms glorieux de nos chers soldats morts pour la France seront fixés pour toujours sur les murs de notre église.

    Ils sembleront nous dire, et dire à tous ceux qui liront la longue liste : "Nous avons combattu pour la France et pour vous ; nous avons répandu notre sang et donné notre vie pour vous épargner les horreurs du joug de l'étranger ; nous avons sauvé notre patrie.. Nous vous demandons en retour, de vous souvenir de nous et de prier pour nous.."

    Cette liste aura pour titre

    LIVRE D'OR DE NOS SOLDATS MORTS POUR LA FRANCE GUERRE 1914-19..

    Ce sera, en effet, sous forme de deux "feuillets" d'un grand livre, style XVe siècle, que l'artiste entend nous présenter ce document nécrologique.

    Quant à l'énumération nominale de nos héros, nous entrevoyons certaines difficultés. Afin d'en faciliter la solution, nous vous proposons d'afficher, à l'avance, au bas de l'église, la liste que nous aurons composée. Les familles de nos soldats pourront ainsi la consulter, en toute liberté.

    Et maintenant, est il besoin de rappeler la somme considérable qui nous sera nécessaire pour arriver à bonne fin ?

    Que l'on se reporte au bulletin précédent ; elle est indiquée en toutes lettres.

    Désormais la souscription est ouverte. Les noms des souscripteurs, à moins de défense de la part ce ceux-ci, seront insérés dans le Bulletin paroissial".

Références documentaires

Bibliographie
  • ERNOUL, Evelyne, BOUFLET, Bertrand. Pour quelques feuilles d'or. Un patrimoine menacé. Craon, Editions du Syndicat d'Initiative du Craonnais, 2008.

    p. 46, 62
Périodiques
  • ERNOUL, Evelyne. Des couleurs en plus. Le livre d'Or, Maine Découvertes, n° 58, 2008.

    p. 14-16
  • Bulletin Paroissial de Saint-Nicolas de Craon : Souvenir de nos morts pour la France, octobre 1918, p. 6-7. Souvenir de nos soldats morts pour la France, novembre 1918, p. 4-5. "Le Livre d'Or" de nos soldats morts pour la France, décembre 1918, p. 10. L'"ex-voto", janvier 1919, p. 4-6. "Le livre d'or" de nos soldats morts pour la France, janvier 1919, p. 7-9. "Le livre d'or" de nos soldats morts pour la France, février 1919, p. 5-7. "Le livre d'or" de nos soldats morts pour la France, mars 1919, p. 7. Pour nos glorieux, mai 1919, p. 4-5. Venons prier pour eux.., juin 1919, p. 3-4. Choses et autres. Un voeu, juin 1919, p. 11. Service solennel du 17 juin, juillet 1919, p. 5-7. "Le livre d'or" de nos soldats morts pour la France, juillet 1919, p. 9-10. Choses et autres. Du voeu à la réalisation, juillet 1919, p. 11. A la mémoire de nos soldats, octobre 1919, p. 9. Complément de notre "Livre d'Or", novembre 1919, p. 4. Achèvement du "livre d'Or", février 1920, p. 6. Monument aux morts, mars 1920, p. 5-6. Choses et autres. L'artiste est à l'oeuvre, août 1920, p. 7. Médaille militaire, octobre 1920, p. 6. "Livre d'Or". Son achèvement, novembre 1920, p. 4-5.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Leduc-Gueye Christine