Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Michel de Saint-Michel-Chef-Chef, place de l'Eglise

Monument aux morts, église paroissiale Saint-Michel de Saint-Michel-Chef-Chef

Dossier IM44008704 réalisé en 2012
Dénominationsmonument aux morts
Aire d'étude et cantonPays de la Loire - Pornic
AdresseCommune : Saint-Michel-Chef-Chef
Adresse : place de l' Eglise
Emplacement dans l'édificele monument aux morts est situé dans le bas-côté sud dans la chapelle édifiée au revers de la façade occidentale

Le monument commémoratif de la paroisse de Saint-Michel-Chef-Chef s'élève dans une chapelle qui est entièrement dédiée aux morts de la guerre. Cette chapelle fait pendant à la celle des fonts dont le décor a été conçu à l'identique. Le monument s'organise autour d'un autel-tabernacle du XVIIIe siècle provenant de l'ancienne église. Déplacé du bras sud du transept, il fut restauré avant d'être érigé dans la chapelle des morts. Le monument commémoratif fut exécuté en 1920 par des artistes nantais : le sculpteur, Joseph Vallet (1841-1920), pour les plaques, le peintre-décorateur Roulleau pour le décor des parois et le maître-verrier, Henri Uzureau. Le monument aux morts de Saint-Michel-Chef-Chef est une commande à la fois municipale et paroissiale. Le choix du lieu de l'érection à l'église et le sujet de la verrière furent décidés d'un commun accord entre les autorités civiles et religieuses. Il en coûta 6000 francs, sans la grille qui fut posée dans un second temps. La somme fut collectée par les membres de l'ancienne l'équipe municipale et le curé de la paroisse. La cérémonie d'inauguration se déroula le 30 octobre 1920. Elle débuta par une Grand'Messe suivie de l'inauguration de la chapelle, puis de la bénédiction des plaques gravées des noms des soldats morts au cours de la Grande Guerre. En décembre 1932, la grille de la chapelle des morts fut posée à l'occasion d'une mission dans la paroisse. Auguste Hamon, de Saint-Michel-Chef-Chef, la forgea sur le modèle de celle des fonts baptismaux qui avait été dessinée par l'architecte Liberge, pour un coût de 1800 francs pris en charge par la ligue des jeunes filles de la paroisse. Trois plaques furent ajoutées postérieurement après les derniers conflits, Deuxième Guerre mondiale, guerre d'Indochine et guerre d'Algérie. La chapelle renfermait également un véritable petit musée de la Grande Guerre : affiche, de la mobilisation de 1914, télégrammes officiels, objets, aujourd'hui disparus (Yves Pilven Le Sevellec, p.75). Ce monument était le seul de la ville avant l'érection dans le dernier quart du XXe siècle d'un monument communal dans le cimetière.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1920
1932
Auteur(s)Auteur : Roulleau peintre
Auteur : Vallet Joseph sculpteur
Auteur : Uzureau Henri peintre-verrier
Auteur : Hamon Auguste forgeron

La chapelle étroite et haute, fermée par une grille en fer forgé, est entièrement consacrée aux morts de la Grande Guerre. Le monument commémoratif est composé d'un autel-tabernacle en bois (réemploi) encadré de deux plaques de marbre, surmontés de la dédicace et d'une verrière. L'ensemble est complété par un décor peint, à l'huile, sur un enduit de plâtre, sur les trois murs. Composé d'un semis réalisé au pochoir, il est orné dans la partie supérieure des murs latéraux d'une grande croix latine. Les plaques de marbre blanc, de format rectangulaire vertical, sont sculptées aux angles de croix pattées dorées qui sont liées dans la partie supérieure par trois fourragères militaires. Les noms et prénoms y sont gravés et peints en dorés et l'inscription "disparus" en bleu. Le vitrail historié est placé dans un décor néo-roman, il est divisé en deux scènes, l'une de format rectangulaire vertical et, l'autre, de format quasiment carré. Ce décor néo-roman a été réutilisé en 1923 pour la verrière commémorative qu'Henri Uzureau réalisa à l'église Saint-Solème de Quilly (Loire-Atlantique).

Catégoriespeinture murale, marbrerie, menuiserie, vitrail
Matériauxenduit, support peint
marbre, taillé, gravé, peint
verre, peint
bois, taillé, peint, doré
fer, forgé
Précision dimensions

h = 650 ; la = 240 ; pr = 200. Il s'agit des dimensions totales de la chapelle. La hauteur est approximative. Les plaques de marbre avec les noms font 120 cm de hauteur et 60 cm de largeur. L'autel tabernacle : 275 cm de hauteur et 230 cm de largeur.

Iconographiesornement à forme végétale, lys, olivier
figure cruciforme, croix pattée, croix latine
scène, saint Michel, soldat, Français, ciel, village
scène, soldat, Français, Allemand, combat, fusil, baïonnette, casque
Précision représentations

Sur les murs, le décor ornemental est composé d'un semis de croix pattées, de fleurs de lys et de baïonnettes cruciformes stylisées autour desquelles sont enlacés des rameaux d'olivier. La lancette reçoit deux scènes. Dans la partie inférieure, un combat entre trois soldats Français et cinq Allemands séparés les uns des autres par une poutre de bois et un pan de mur qui coupent l'image en deux. Les premiers en uniforme bleu, un fusil à baïonnette à la main, dominent l'assaut malgré leur nombre restreint. Du côté des Allemands, en uniforme vert et casque à pointe, une victime est allongée sur le sol, un autre soldat se retourne et se cache la tête entre les mains car deux camarades sont en train de se faire tuer, alors qu'au premier plan le cinquième, fusil à main, tente de répliquer. Dans la partie supérieure du vitrail, au-dessus d'un village en ruines, saint Michel emporte au ciel un poilu. Vêtu de son uniforme bleu, tête nue, le soldat est représenté de trois quarts levant les yeux au ciel, la main droite pliée sur le cœur.

Inscriptions & marquesdédicace, peint, sur l'œuvre
inscription, gravé, peint, sur l'œuvre
signature, peint, sur l'œuvre
date
Précision inscriptions

La dédicace peinte au-dessus des plaques de marbre est : "A LA MEMOIRE DE SES GLORIEUX MORTS / St MICHEL- CHEF- CHEF / 1914 1919". Les noms des cinquante et un soldats morts pendant la Grande Guerre sont classés par ordre alphabétique. Les noms des quarante morts sont suivis de ceux des onze disparus. La signature et la date du vitrail sont peintes sous la scène de combat : "Hri. UZUREAU. NANTES. 1920".

État de conservationbon état
mauvais état
œuvre composite
œuvre restaurée
Précision état de conservation

Le monument est composite : l'autel et le tabernacle du XVIIIe siècle sont un réemploi. Ils ont été restaurés à la fin de la Première Guerre mondiale, avant d'être placés dans la chapelle. Trois plaques de marbres ont été ajoutées avec les noms des morts de la Deuxième Guerre mondiale, de la guerre d'Indochine et de la guerre d'Algérie. L'ensemble est en bon état de conservation, à l'exception de la partie supérieure du mur sud où la peinture est écaillée à la suite d'infiltrations d'eau.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Liste des morts

    Plaque de gauche

    Jean-Marie ALLAIS / Auguste ANDRE / Francis ANGER / Joseph AVERTY / Eugène AVRIL / Joseph BOCHEREAU/ Joseph BOUCARD / Pierre BOUTEAU / Pierre BROSSEAU / Gustave BURGAUD / Joseph BURGAUD / François CHRETIEN / Eugène CLAVIER / Jean CLAVIER (bourg) / Jean CLAVIER / Louis CLAVIER / Pierre CLAVIER / Jean COMBAUD / Joseph COURONNE / Louis CRESPIN / Louis CRESPIN (bourg) / Jean-Baptiste DOLU / Eugène DUPIN / Auguste DOUSSET / Joseph DOUSSET / Eugène GUISSEAU.

    Plaque de droite

    Jean-Marie LEBLANC / Michel LEGE / Mathurin LEROUX / Adolphe MARGANTIN / François MORICE / Théodule MUSSET / Francis PIGEARD / Auguste PORCHER / Frédéric PORCHER / Jean-Baptiste RENAUD / Edmond ROBIN / Michel ROGUET / Pierre ROUAUD / Marcel TERRIEN.

    Disparus

    Louis BOCHEREAU / Pierre BOISMAIN / Louis BROSSAUD / Louis GAUTHIER / Joseph GUILBAUDEAU / Léon HAMON / Alphonse HERY / François LOIRAT / Eugène MARIOT / Clotaire PELLETIER / Julien ROULEAU.

  • Saint-Michel-Chef-Chef, Registre de paroisse (1906-1988)

    Nantes Archives diocésaines Saint-Michel-Chef-Chef : registre de paroisse (1906-1988), 3 octobre inauguration de la chapelle dédiée aux morts de la Guerre :

    "Ce dimanche, 3 octobre, a eu lieu l´inauguration de la Chapelle et la bénédiction des plaques dédiées aux morts de la Guerre.

    Les peintures ont été faites par Mr Roulleau, peintre décorateur, le même qui a fait les peintures de la chapelle de la Ste Vierge.

    Le vitrail sort des ateliers de Mr Uzureau peintre-verrier, à Nantes.

    Les plaques ont été gravées chez Mr Vallet sculpteur à Nantes.

    L'autel, en bois, remonte à 1771, au moins pour les gradins, le tabernacle et l'exposition. Il a été sculpté par Mr Querrolt dont la signature existe encore dans le sous-bassement du tabernacle.

    Dans la vieille église, cet autel était dédié à la Ste Vierge. Dans la nouvelle, à Saint-Jean-Baptiste, en attendant l'érection de l'autel du Sacré-Cœur, qui devait le remplacer.

    Sur avis d'experts, lui ayant reconnu une valeur sérieuse, Mr le curé, s'est décidé à le faire restaurer et à le placer dans la chapelle dédiée aux morts de la Guerre.

    Tous les travaux (non compris la grille, qui sera faite plus tard) ont coûté six mille francs. La majeure partie de cette somme, a été recueillie, à domicile, par les membres de l'ancien conseil municipal, à la tête duquel se trouver Mr P.P. Porcher. Le reste provient de dons remis directement à Mr le curé, qui avait reçu, par ailleurs de Mr le Maire, au nom de son conseil, les sommes recueillies et toute liberté de faire ce qu'il jugeait de meilleur pour le monument.

    Au jour de l'inauguration et de la bénédiction, l'église était trop étroite pour contenir la foule. C'est dans un profond recueillement, mêlé de larmes, qu'elle a entendu le sermon de circonstance donné par le R. P. Aguesce, des missionnaires de l'Immaculée Conception, de Nantes et a assisté à la cérémonie qui a eu lieu immédiatement après la Grand'Messe.

    L'idée, l'exécution, le lieu (dans l'église) de cette chapelle, ont répondu au sentiment, il faut dire unanime de la population, qui l'a manifesté publiquement à plusieurs reprises.

    Quelques jours après cette cérémonie a été célébré un service très solennel pour les morts de la guerre".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives diocésaines de Nantes. Saint-Michel-Chef-Chef : registre de paroisse (1906-1988), 3 octobre inauguration de la chapelle dédiée aux morts de la Guerre.

Bibliographie
  • BECKER, Annette. La guerre et la foi. De la mort à la mémoire 1914-1930. Paris : Armand Colin, 1994.

Périodiques
  • LE SEVELLEC, Yves Pilven. Une étude des monuments aux morts de la Loire-Atlantique. Deuxième partie Les Monuments aux morts de la guerre 1914-1918. Visions contemporaines, Revue d'histoire. n° 4, mars 1990, p. 6-131.

    p. 75, 81
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Leduc-Gueye Christine