Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maîtresse-vitre, dite verrière du Couronnement de la Vierge

Dossier IM44008591 réalisé en 1989

Fiche

Dénominationsverrière
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Adresse : place Saint-Aubin
Emplacement dans l'édificeabside
mur est
baie 0

En 1852, le chanoine Rousteau signale les débris d'un vitrail représentant le couronnement de la Vierge. Sur le registre du bas, l'Assomption remplacerait, selon la tradition, une composition du 16ème siècle ayant pour thème la Pentecôte, ce qui est logique puisque la verrière surmontait l'autel du Saint-Esprit. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, pour remplacer les verres perdus, Eugène Denis puis Armand Réby proposèrent la Pentecôte mais leurs projets ne furent pas retenus, le chanoine Rousteau, conseiller artistique de l'évêché, préconisant une Assomption. La composition est confiée à l'atelier nantais d'Armand Réby et d'Antoine Meuret, qui restaurent la verrière et réalisent ce projet en 1867. Selon l'analyse de Henri Quilgars en 1913, la verrière du XVIe siècle ne comportait plus que quelques fragments anciens, notamment dans le haut et quelques parcelles des couronnes d'anges. En effet, sous la Révolution la détérioration des parties basses avait été beaucoup plus importante et c'est ce qui avait permis le changement de thème iconographique. Cette réfection totale est à l'origine de la différence de facture entre les deux registres. Une nouvelle restauration eut lieu en 1934 par Razin, et une autre entre 1976 et 1978 par Renoncé, successeur de Razin.

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1867
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Pays de la Loire, 44, Nantes
Auteur(s)Auteur : Réby Armand peintre-verrier
Auteur : Meuret Antoine
Antoine Meuret

peintre. peintre-verrier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, peintre-verrier

Maîtresse-vitre composée de six lancettes trilobées couronnées de quatre soufflets, quatre mouchettes et deux écoinçons, et d'une rose à sept jours polylobés et six écoinçons, le réseau étant complété par un écoinçon et huit mouchettes. La représentation principale s'organise sur deux registres s'étendant sur les six lancettes, et comprend l'Assomption, sur une hauteur de quatre panneaux au registre inférieur, et le Couronnement de la Vierge au Ciel, sur une hauteur de dix panneaux au registre supérieur. L'Assomption montre les douze apôtres constatant que le tombeau est vide et rempli de fleurs blanches : les uns se prosternent, les autres regardent vers le ciel. Au registre supérieur, les nuages ouvrent une fenêtre circulaire vers l'au-delà, où figure la scène du couronnement de la Vierge par les trois personnes divines, glorifiée par une quadruple couronne d'anges, blancs, mauves, bleus et rouges. Les figures animales des quatre évangélistes cantonnent l'ouverture vers le ciel, comblant formellement les quatre écoinçons autour du cercle angélique. Les trois personnes divines, prennent place sur un trône, sous un dais de riche draperie. Le Saint-Esprit, au centre, est figuré sous la forme de la colombe. À sa gauche, Dieu le Père, vêtu d'une tunique bleue et d'un manteau rouge, porte le globe surmonté d'une croix. À leur droite, le Christ en rouge porte sa croix glorieuse. Le Père et le Fils tiennent tout deux la couronne au-dessus de la tête de la Vierge, signifiant que la Trinité entière couronne la Vierge. Celle-ci, vêtue d'une robe mauve et d'un manteau rouge, est agenouillée sur un coussin posé sur un tapis. Le décor luxueux de marbre vert accueille aux pieds du Père trois angelots chantant la partition inscrite sur leur parchemin. Cette scène centrale, avec de nombreux cartons identiques tels la figure commune du Père et de Jésus, apparaît plus affouillée, et présente un traitement nettement différent de la scène inférieure du miracle des fleurs.

La partie supérieure accueille quatre anges porteurs de phylactères où l'on peut lire l'extrait du Cantique des cantiques : "Veni de Libano, sponsa mea, et coronaberis" (viens du Liban, viens, mon épouse, et tu seras couronnée). Au sommet, un large disque rouge cerné de jaune entoure la colombe de l'Esprit-Saint environné d'anges et porte l'annonce évangélique de l'ange Gabriel : "Spiritus Sanctus superveniet in te et virtus Altissimi obumbrabit tibi". Les quatre phylactères latéraux portent certaines des litanies de la Vierge : "Regina sanctorum omnium ; Regina angelorum ; Regina apostolorum ; Regina virginum".

Catégoriesvitrail
Structureslancette, 6 jour de réseau panneau vitré
Matériauxverre transparent, coloré peint, grisaille sur verre, sanguine sur verre, jaune d'argent, gravé à l'acide
plomb, réseau
Précision dimensions

h = 1600 ; la = 800

Iconographiesscène biblique, cycle thématique, Vierge
Trinité, Couronnement de la Vierge, Assomption, le Tétramorphe, Les Apôtres
Inscriptions & marquesinscription concernant l'iconographie
Précision inscriptions

Transcription des inscriptions : SPIRITUS SANCTUS/SPVENIET IN TE/ET VIRTUS/ALTISSIMI /OBUMBRABIT/TIBI (autour du Saint-Esprit, dans les jours de la rosace, à partir du haut) ; VENI DE LIBANO/SPONSA MEA/VENI DE LIBANO/ET CORONABERIS (dans les quatre soufflets) ; REGINA SANCTORUM OMNIUM ; REGINA ANGELORUM ; REGINA APOSTOLORUM ; REGINA VIRGINUM (phylactères dans les quatre mouchettes latérales) ; Stus JOHANNIS/Stus MATTHEUS/Stus MARCUS/Stus LUCAM (au-dessus des attributs des Evangélistes).

États conservationsœuvre restaurée
Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé au titre immeuble, 1840

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives paroissiales de la collégiale Saint-Aubin de Guérande. Registre de fabrique. 1864-1878.

Bibliographie
  • COLANTONIO, Laurent. Les vitraux de la collégiale Saint-Aubin de Guérande, dossier de licence d'histoire, université de Paris VIII Saint-Denis, 1993.

    p. 6-7.
  • GUÉRIFF, Fernand. La collégiale Saint-Aubin de Guérande. Le Pouliguen, 1985.

    p. 66.
  • QUILGARS, Henri. À travers la ville de Guérande. Guide historique et archéologique contenant un plan de la ville. Nantes, librairie Durance, 1913.

    p. 26.
  • Classe d´archéologie, huitième séance. Vitraux et peintures murales existant dans le département de la Loire-Inférieure. Bulletin archéologique de l´association bretonne, 4e volume, 1852.

    p. 84-85.
(c) Conseil général de Loire-Atlantique ; (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Monuments historiques - Daboust Véronique