Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, puis ferme, puis de nouveau maison - 5-7 rue de la Poterie, Saint-Jean-sur-Erve

Dossier IA53003031 réalisé en 2003

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesétable, puits
Dénominationsmaison, ferme
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes d'Erve-et-Charnie - Sainte-Suzanne
AdresseCommune : Saint-Jean-sur-Erve
Adresse : 5-7 rue de la
Poterie
Cadastre : 1842 G 23 ; 1996 AB 150, 151

Le bâtiment a été construit entre 1341 et 1346, d'après la date d'abattage des bois de sa charpente obtenue par dendrochronologie. Les arcades, en partie bouchées, et la fenêtre de comble du pignon sud sont sans doute contemporaines de la construction. La petite fenêtre surmontée d'un arc en accolade du mur ouest date de la fin du Moyen Age. Les autres ouvertures ont été refaites dans la deuxième moitié de XIXe siècle et dans le troisième quart du XXe siècle. En 1842, l'édifice constituait le cœur d'une ferme occupant la majeure partie de l'ilot. Celle-ci a été réduite dans le courant du XIXe siècle : la partie ouest correspondant au 9-11 rue de la Poterie et à la moitié ouest du 3 rue de la poterie en a été détachée. L'appentis qui s'appuie sur la maison à l'est était l'étable : elle a été complètement remaniée dans le dernier quart du XXe siècle. Sa partie sud a été détruite pour faire place à la cour du puits. Après la cessation d'activité de la ferme, le bâtiment a été divisé en deux : la partie sud est rattachée à l'habitation du 3 rue de la poterie ; la partie nord est une maison.

Période(s)Principale : milieu 14e siècle , datation par dendrochronologie
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle

Le bâtiment est construit en moellons de grès. Il est actuellement couvert d'ardoises en fibrociment. Le mur-pignon nord était percé de deux arcades, aujourd'hui bouchées, mais dont on distingue bien les arc brisés et les arcs de décharge. Une autre arcade, à l'extrémité nord du mur est, a été convertie en fenêtre. Elles donnaient sans doute accès à une petite galerie couverte, même si le pendant ouest de l'arcade est n'est pas lisible dans la maçonnerie. Le mur ouest, qui a subi plusieurs remaniements, conserve des ouvertures en roussard de différentes époques : la porte, une fenêtre de l'étage à encadrements chanfreinés dont la partie haute est en tufeau et la petite fenêtre surmontée d'un arc en accolade. Le roussard est également utilisé en entourage de la fenêtre de comble du pignon sud. Les autres baies sont en calcaire de Bernay (partie nord de la façade ouest, rez-de-chaussée du pignon sud), en granite (étage du pignon sud), en brique (partie sud de la façade ouest) et en ciment (façade ouest). La charpente est à chevrons porteurs, sans panne sous-faîtière. Ses aisseliers et ses jambettes dessinent avec la face inférieure taillée des faux entraits des arcs brisés, ce qui prouve qu'elle était destinée à être vue depuis le premier étage qui abritait donc une salle sous charpente. Les marques de charpentier numérotent les fermes de I à XX du sud au nord. La ferme IX a été supprimée. Les poinçons des quatre fermes principales sont chanfreinés et pourvus à leur extrémité de congés mais pas ornés de bagues. Les pannes, discontinues et composites, proviennent de remaniements. La maison appartient au type II.

Mursgrès moellon sans chaîne en pierre de taille
Toitmatériau synthétique en couverture
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
appentis
TypologiesLa typologie des maisons est établie en fonction de l'importance des remaniements entrepris après l'établissement du cadastre en 1842. Type I : maison conservée dans son aspect antérieur à 1842. Type II : maison remaniée en façade (la morphologie ancienne est conservée). Type III : maison complètement remaniée ou reconstruite au même emplacement. Type IV : maison construite ex nihilo après le premier cadastre.

La disposition des aisseliers et des jambettes qui dessinent avec la face inférieure des faux entraits des arcs brisés donnent à penser que l'étage était à l'origine doté d'une grande salle sous charpente non lambrissée et que le plancher actuel du comble est un ajout. Où était la cheminée ? Sur le mur-gouttereau est à l'emplacement de la ferme IX ? Impossible de le certifier, en l'absence d'autres observations. Quelle était la fonction de cette pièce ? L'hypothèse d'une salle seigneuriale se heurte au fait que le bourg de Saint-Jean dépendait des seigneuries de Launay et du Châtelet. Le rez-de-chaussée a vraisemblablement eu un usage commercial. La maison est à rapprocher d'un édifice situé sur la place de l'église de Cheméré-le-Roi.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents figurés
  • St Jean-sur-Erve. Église. Silllé-le-Guillaume : Pavy-Legeard, 1er quart XXe siècle. 1 impr. photoméc. Carte postale ; (92). (Collection particulière).

Bibliographie
  • LE DIGOL Yannick (dir.), COUTURIER Yann, MARAIS Axel, BERNARD Vincent (concours scientifique). Rapport d'étude dendrochronologique : 5/7 rue de la Poterie, Saint-Jean-sur-Erve, Mayenne. Dendrotech,Rennes, mars 2012 [non publié].

    Conseil général de la Mayenne, service du patrimoine
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Foisneau Nicolas

Chercheur à l'Inventaire général, au service puis direction du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne, de 2001 à 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Davy Christian
Davy Christian

Chercheur au service Patrimoine de la Région Pays de la Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.