Dossier d’œuvre architecture IA49009672 | Réalisé par
  • inventaire topographique
Maison et abri troglodytique, 10 ruelle des Perreyeurs, Montsoreau
Auteur
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
  • (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Fontevraud-l'Abbaye - Montsoreau - Saumur-Sud
  • Commune Montsoreau
  • Lieu-dit la Maumenière
  • Adresse 10 ruelle des Perreyeurs
  • Cadastre 1813 E 365  ; 2011 E 139
  • Dénominations
    maison, abri troglodytique
  • Parties constituantes non étudiées
    cour

Cet ensemble semi-troglodytique offre un exemple d'habitat troglodytique associé à un habitat maçonné, construit à flanc de coteau, vraisemblablement postérieur et qui s'est sans doute substitué au premier.

Cet habitat semi-troglodytique est représenté sur le cadastre de 1813. Il est probable que l'habitat troglodytique soit antérieur à la construction de la maison, qui pourrait dater de la seconde moitié du XVIIIe siècle. En partie haute, la maçonnerie de cette dernière a été rehaussée de quelques assises pour former un étage en surcroît, habitable, vraisemblablement au XIXe siècle ou au début du XXe siècle.

  • Période(s)
    • Principale : 18e siècle , (incertitude)
    • Secondaire : 19e siècle , (incertitude)
    • Secondaire : 20e siècle , (incertitude)

Cet habitat semi-troglodytique s'élève le long de la ruelle des Perreyeurs, à mi-coteau de la Maumenière.

Cet ensemble est constitué autour d'une cour et se compose d'une maison construite à flanc de coteau et d'un habitat troglodytique.

La maison, en appentis avec pignons découverts et toit couvert d'ardoise, est bâtie en moellons de tuffeau. Elle n'abrite qu'une seule pièce en rez-de-chaussée, dont le mur sud est formé par la paroi rocheuse où est creusé un petit réduit troglodytique. Un escalier extérieur, en maçonnerie, permet d'accéder à l'étroit étage en surcroît, aménagé postérieurement pour être habitable et doté alors de lucarnes. La petite baie quadrangulaire pratiquée dans le surcroît est peut-être la trace d'une ancienne porte haute qui permettait un accès depuis la rue à ce qui n'était initialement qu'un grenier.

A l'est de la maison, une étroite cour est fermée d'une clôture percée d'une porte bâtarde couverte en plein cintre.

Cette cour distribue, au sud, dans la paroi rocheuse, un habitat troglodytique dont la façade est en moyen appareil de tuffeau et qui est composé de deux pièces qui communiquent entre elles, mais qui ont chacune un accès sur la cour. A l'ouest, la pièce, de plan proche du carré est dotée d'une cheminée et une niche est pratiquée dans la paroi sud. La salle pratiquée à l'est, plus réduite, offre un plan assez irrégulier.

  • Murs
    • moellon
    • moyen appareil
  • Toits
    ardoise
  • Étages
    étage en surcroît
  • Couvrements
    • roche en couvrement
  • Couvertures
    • appentis
    • pignon découvert
  • Escaliers
    • escalier de distribution extérieur : en maçonnerie
  • Statut de la propriété
    propriété privée
Date d'enquête 2010 ; Date(s) de rédaction 2010
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine
Articulation des dossiers