Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de maître, le Mottay

Dossier IA72001166 réalisé en 2010

Fiche

Genrede maître
Parties constituantes non étudiéesécurie, boulangerie, grange, étable, puits, logement
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonForêt de Bercé - Le Grand-Lucé
AdresseCommune : Saint-Vincent-du-Lorouër
Lieu-dit : le Mottay
Cadastre : 1834 B5 1516 ; 1987 B5 1758

Un premier logis a été construit la fin du XVe ou au début du XVIe siècle (charpente à chevrons formant fermes, baies cintrées à l'état de vestiges). Il a été modifié au XVIIIe siècle (baies, manteau de la cheminée ouest). Le cadastre primitif établi à la Révolution française indique que le propriétaire, Louis Herpin, possède sur ce site : deux chambres à cheminée, four au pignon d'une, deux chambres froides et une cave, une grange, une écurie, un toit à porcs, un jardin, une cour et des issues, une terre labourable et un petit morceau de vigne. Le logis a été allongé d'une chambre à cheminée à l'est au début du XIXe siècle. L'étable adossée au logis est visible sur le cadastre de 1834, la boulangerie n'existe pas encore. Le bâtiment des écuries a probablement été reconstruit au XIXe siècle. La maison de ferme l'a été dans la seconde moitié du XIXe siècle. La petite écurie en pierre de taille date de la même époque.

Période(s)Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 1er quart 19e siècle

Le Mottay est un écart situé à l'est du bourg de Saint-Vincent-du-Lorouër. L'ensemble étudié réunit un logis avec ses écuries et sa ferme. Le logis est un long bâtiment tirant parti de la déclivité du terrain. Dans son prolongement ouest sont accolées des écuries couvertes d'un toit à croupe. A l'arrière du logis ont été bâtis en retour d'équerre une étable et une boulangerie. Une maison de ferme et une petite écurie en pierre de taille complètent l'ensemble. Le logis dispose d'un sous-sol avec une chambre à feu à laquelle on accède par la façade antérieure, puis un cellier semi-enterré. Au rez-de-chaussée, il se compose de trois chambres dont deux à feu et d'une pièce à feu accolée, à l'est, qui a pu servir de cuisine. Le logis est couvert d'une charpente à chevrons formant fermes renforcés par des contreventements, comprise entre les deux souches de cheminée de l'origine. Une échelle de meunier permet l'accès au comble et à l'étage de soubassement depuis le rez-de-chaussée. Ce type de logis à l'ornementation soignée est unique dans la commune.

Murscalcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
États conservationsbon état

Pas de photos d'intérieur.

Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Syndicat de Pays de la Vallée du Loir - Aquilon Stéphanie