Logo ={0} - Retour à l'accueil

La Répucellerie, ensemble d'édifices à cour commune.

Dossier IA72001358 réalisé en 2010

Fiche

Destinationsécart
Parties constituantes non étudiéesferme, maison, grange, étable, remise, porcherie
Dénominationsensemble d'édifices à cour commune
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Nogent-le-Bernard
Lieu-dit : la Répucellerie
Adresse : R.D.
85
Cadastre : 1835 E 37-40 ; 2010 E 1158, 1219-1220

En 1669, le lieu de La Repucelerye, relevant de la baronnie de Bonnétable, comprenait au moins une maison manable en laquelle y a pignon four et cheminée et un jardin, joignant ... au chemin vers Saint-Georges-du-Rosay et à l'aistrise et commune dudit lieu. En 1835, le lieu était un écart formé de deux ensembles d'édifices à cour commune, le premier au sud composé de cinq maisons et fermes, le second au nord d'une ferme et d'une maison. Un chemin traversant le premier ensemble menait à trois parcelles contiguës en bruyères, portant le nom de La commune de La Répucellerie.

En 1840, la maison du second ensemble comprenait une maison avec four, grenier dessus, chambre froide, hangar et jardin. Différentes réparations y sont signalées avant 1849, ainsi que la construction, en colombages, d'une grange,d'une écurie, d'un hangar, de deux toits à porcs et d'un cellier, le tout joignant d'un bout l'ancien chemin tendant de Nogent-le-Bernard à Saint-Georges-du-Rosay.

Synthèse.

Les édifices du premier ensemble à cour commune de l'écart, remaniés, n'ont pas été étudiés.

Dans l'ensemble d'édifices à cour commune II, la ferme 2 était la maison augmentée entre 1840 et 1849 en partie sur l'emprise de l'ancien chemin redressé. Entre ces deux dates, le logis antérieur à 1835, peut-être en pans-de-bois (sablières et entraits mortaisés réutilisés ou en place dans le comble) et chauffée par une cheminée à hotte droite sur consoles appuyée au mur-pignon gauche (cf photo 13) a été largement reconstruit, sauf le mur-pignon gauche, en moellons enduits avec chaînes en grès, corniche en briques, baies à chambranles en pierre de taille (sauf celle du fournil à droite, remaniée ?) et cloisons en pans-de-bois, et sa distribution augmentée (cf. plan schématique, passage d'un logis court à un logis long avec pièce centrale divisée par un refend, à usage de laiterie, et étable ou cellier à droite, reconstruction de la cheminée de la pièce gauche et report du four à pain (détruit) dans la nouvelle cheminée appuyée au gouttereau postérieur de la pièce droite). Les parties agricoles en pans-de-bois (grange-écurie-remise ou hangar, étables et porcheries) datent de cette même campagne. La grange construite au droit du logis à droite semble avoir été reprise et augmentée dans cette même campagne (ancien mur-pignon droit visible à l'intérieur), elle appartenait initialement à la ferme 3, le logis de cette dernière, en moellons enduits, avec comble à surcroît, date du milieu du XIXe siècle ou de la seconde moitié du XIXe siècle (sur une base ancienne ?), les étables en pan-de-bois sont antérieures à 1835.

L'édifice fut fortement remanié en 2014, après le repérage.

Période(s)Principale : Temps modernes
Principale : 2e quart 19e siècle , daté par source
Principale : milieu 19e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 19e siècle , (?)

Situé dans un écart qui comprend un autre ensemble de trois maisons à cour communes, remaniées et non étudiées, l'ensemble d'édifices à cour commune est composé de deux fermes autour d'une cour restée commune jusqu'en 2010. La première comprend un logis et une étable, la seconde un logis, une grange construite au droit de ce dernier, et une grange-écurie-remise avec étable et porcherie dans le même alignement.

Les deux logis sont en rez-de-chaussée, celui de la ferme 1 avec comble à surcroît. Ils sont construits, comme la grange, en maçonnerie mixte de moellons de calcaire et de grès avec chaînes d'angles en grès et enduits, avec corniche en brique pour le logis de la ferme 1 et en briques pour celui de la ferme 2. Les chambranles des baies sont principalement en pierre de taille calcaire.

Le logis de la ferme 1 est un logis court avec étable ou cellier sous même faîte. Le logis de la ferme 2 est un logis long distribué en deux pièces à feu séparées par une laiterie, où est l'échelle desservant le grenier, et une étable ou cellier à droite.

Sauf la grange précédemment décrite et un mur pignon de l'étable de la ferme 1, les parties agricoles sont en pans-de-bois hourdés de torchis (étable et porcherie de la ferme 2 partiellement enduits de ciment), sur solin en moellons de grès, les pignons sont essentés de planches.

Murscalcaire moellon enduit
grès appareil mixte enduit
bois pan de bois enduit partiel
bois essentage de planches
Toittuile plate
Étagesen rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier intérieur : échelle en charpente
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Inventaire des meubles de la ferme 2 de La Répucellerie en 1849.

    Inventaire des biens de François Chevallier et de sa femme Henriette Colin, demeurant au lieu de la Répucellerie à Nogent-le-Bernard, en 1849. Le couple a quatre enfants dont un majeur.

    (D'après AD Sarthe : 4E 98/864. Etude de Me Yzeux, notaire à Nogent-le-Bernard. Inventaire de la communauté Chevallier-Colin. 22/08/1849.)

    Meubles et ustensiles

    [Dans la pièce principale]

    Une crémaillère, deux chenets, deux pelles, deux pincettes, deux mains de fer, un rotissoir à pain, un chandelier à oribus, un soufflet, un gril, un trais pied en fer, une chambrière, le tout estimé six francs cinquante.

    Une lampe en cuivre, deux chandelles en fer battu, un antonnoir en fer blanc, une – en fer blanc, un fer à repasser, un bassin en cuivre et une glace, le tout prisé à un franc et cinquante centimes.

    Deux poeles et un poelon et un tuyau à lessive avec une passette, le tout prisé à quatre francs.

    Deux tables estimées à deux francs et cinquante centimes.

    Un buffet estimé à cinquante francs.

    Treize chaises estimées à trois francs

    Une armoire estimée à quarante francs

    Une horloge estimée quatre francs

    Un bois de lit, une paillasse, et deux ballières estimés à dix-spet livres

    Un bois de lit, une paillasse, une ballière et un tour de lit, le tout prisé à quarante francs

    [Dans la laiterie]

    Une baratte estimée à trois francs

    Vingt quatre pots à laits, quatre

    fouecelles, deux buises, deux pots à beurre, deux soupières, le tout estimé à deux francs vingt-cinq centimes

    Un saloir contenant environ douze kilogrammes de cochon et un autre saloir, le tout estimé à dix francs

    Cinq seilles estimées à deux francs cinquante

    [Dans le fournil]

    Une crémaillère, deux chenets et un mauvais bouchoir de four avec des gauffriers, le tout prisé à cinq francs

    Un billot et deux pelles à four estimé à cinquante centimes

    Deux chaudrons estimés à huit francs

    Un fusil estimé à cinq francs

    Deux vieux comptoirs estimés à douze francs

    Un brancard en fer, avec ses plateaux et cordes, soixante-quinze kilogrammes de poids en pierre, et quatre

    kilogramme de poids en fonte, le tout prisé à sept francs

    Une vieille huche estimée à deux francs

    Deux cribles et un sas, le tout estimé à un franc

    Un rouet et un travouil estimés à un franc vingt cinq

    Trois mauvais coffres estimés à six francs

    Un bois de lit, une paillasse et une ballière estimés à quatre francs vingt-cinq

    Vaisselle

    Quatre marmites estimées à six francs

    Deux plats à soupe, une pinte, cinq pots à boire, le tout prisé à cinquante centimes

    Douze paillons et une vieille râpe prisés à soixante centimes.

    Neuf bouteilles en verre noir, seize assiettes, deux plats à soupe et quatre plats plats, le tout prisé à deux francs cinquante

    Dix-sept plats et assiettes en étain estimés à neuf francs

    Vingt-quatre cuillers en étain et dix-huit fourchettes en fer, le tout estimé à deux francs ving-cinq

    Une lanterne estimée à un francs

    Linge

    Six nappes et six essuie-mains, estimés à deux francs cinquante

    Une couette et un traversin entayés en coutil remplis de plume d'oye pesant douze kilogramme cinq hectogramme estimés à vingt sept francs cinquante centimes.

    Une couette et un traversin entayés en coutil de coton remplie de plumes d'oies pesant dix kilogrammes, estimés à vingt-deux francs

    Une couette et un traversin entayés en coutil remplie de plumes d'oie pesant douze kilogrammes cinq hectogrammes, estimés à vingt-cinq francs.

    Une couette et un traversin entayés en coutil remplis de plume d'oie pesant quinze kilogrammes, estimés à trente francs.

    Une couverture en laine verte prisée à deux francs

    Une couverture ou – verte estimée à six francs

    Une couverture blanche en serge estimée à deux francs vingt-cinq

    Un couvre-pied estimé à deux francs

    Garde-robe de la dame Chevallier : vingt-quatre chemises, une croix en or, six robes dont deux en étoffe et les autres en coton, six tabliers, six mouchoirs de cou, six serre-tête, trois mouchoirs de poche, trois paires de bas en laine et en coton, , douzes coiffes et une paire de souliers, le tout estimé à soixante francs.

    Chanvre et laine

    Deux kilogrammes de chanvre brin en poil et cinq kilogrammes de chanvre gros en poil, le tout estimé à deux francs

    Un kilogramme de fil gros estimé à un franc

    Deux kilogrammes de laine non essuinée estimée à trois francs

    Trente kilogrammes de chanvre en poil estimés à onze francs cinquante

    Divers

    Un lot de panniers et une resse le tout estimé à deux francs

    Un lot de cuidre (?) estimé à un franc cinquante

    Cinq mauvais futs de poinçons défoncés estimés à cinquante centimes

    Deux palis et un fut de boisseau en paille prisés à cinquante centimes

    Deux torches de cercles, et une autre torche de cercles, le tout prisé à cinq francs

    Bois

    Un lot de gros bois de chauffage, estimé à trente francs

    Un lot de bois de chauffage et une échelle estimés à trois francs

    Un lot de bois d'ouvrage, estimé à un franc

    Un lot de bois d'ouvrage estimé à cinq francs cinquante centimes

    un lot de bois débitté de quoi faire une voiture et quatre madriers, estimés à dix francs cinquante centimes

    Outillage agricole

    Cinq broyes et une mauvaise brouette estimées à cinq francs

    Un moulin à pommes estimé à dix francs

    Un pressoir estimé à quarante francs

    Une voiture roulante et une liure estimées à cinquante francs

    Un corps de tombereau et une pile à chanvre estimés à dix francs

    Animaux

    Un essaim de mouches à miel estimé à trois francs cinquante centimes

    Une jument sous poil gris estimée à quatre vingt francs

    Une autre jument sous poil gris estimée à cent vingt francs

    Une chèvre et une autre petite chèvre estimées à huit francs cinquante

    Une taure sous poil blanc et noir estimée à trente francs

    Une vache sous poil caille estimée à cinquante cinq francs

    Une autre vache sous poil noir estimée à soixante francs

    Trois porcs dont deux mâles et une femelle estimés à soixante dix francs

    Une oie et sept poules estimées à six francs cinquante

    Récoltes

    La récolte de pommes à faire sur les lieux de La Brosse, des Chataigners et de La Répucellerie, diminution faite des frais pour faire cette récolte, estimée à trente francs

    Cinquante-deux douzaines de blé froment estimés devoir produire dix hectolitres, prisés cent vingt-cinq francs, diminution faite des frais de battage et de vannage

    Vingt-huit douzaines de méteil, estimés devoir produire cinq hectolitres soixante litres, prisés à cinquante-six francs, diminution faite des frais de battage et de vannage

    Soixante douzaines d'orge estimés devoir produire onze hectolitres, estimés à soixante-quinze francs, diminution faite des frais de battage et de vannage

    Soixante-dix-sept ares de terres ensemencées en avoine, pouvant produire dix hectolitres, estimés à quarante-cinq francs, diminution faite des frais de battage et de vannage

    Onze ares de terre ensemencés en hivernage, pouvant produire un hectolitre soixante litres, estimés à seize francs, diminution faite des frais de récolte

    Cinquante-cinq ares ensemencés en pommes de terre, pouvant produire vingt-quatre hectolitres estimés à quarante-huit francs, diminution faite des frais de récolte

    Soixante-quinze litres de pois, estimés à six francs

    Quarante-quatre ares de terre ensemencés en chanvre, pouvant produire cent cinquante kilogrammes de chanvre, estimés à soixante francs, diminution faite des frais de récolte

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 223/38. Etat des sections de la commune de Nogent-le-Bernard. 1836.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 39-41. Commune de Nogent-le-Bernard. Matrice des propriétés foncières. 3 vol. 1838-1913.

    f° 52, 449, 1076.
  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 223/44. Commune de Nogent-le-Bernard. Matrice des propriétés bâties. 1882-1911

    Cases 87, 265.
  • AD Sarthe : 4 E 98/864. Minutes de l'étude de Charles-Edouard Yzeux, notaire à Nogent-le-Bernard. juillet-décembre 1849.

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Nogent-le-Bernard. 1835. (Archives départementales de la Sarthe ; PC 223).

    Section E1
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Hardy Julien