Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hôtel de ville, puis bibliothèque, actuellement école d'arts plastiques, 2 rue Faidherbe, Connerré

Dossier IA72058719 inclus dans Bourg de Connerré : cité intra-muros réalisé en 2018

Fiche

Destinationsécole d'art
Dénominationshôtel de ville, bibliothèque
Aire d'étude et cantonPays du Perche sarthois - Savigné-l'Evêque
AdresseCommune : Connerré
Adresse : 2 rue
Faidherbe
Cadastre : 1836 C2 350 ; 2018 AC 442

Cet emplacement était occupé sous l'Ancien Régime par un hôtel où pendait l'enseigne de l'Image, ou Image Notre-Dame (cité dès 1613). En 1781, une certaine Marie Garnier vend la maison de l'Image à Charles le Proust, fermier général du prieuré de Connerré, lequel la déclare ensuite au registre du terrier de 1787. Il est dit dans ce document qu'elle se compose "d'une principale chambre à cheminée, deux caves dessous [...], une autre chambre à côté aussi à cheminée, un petit fournil à côté de la dite chambre, une écurie à laquelle a été annexée une petite chambre, en laquelle était un évier, une autre chambre de l'autre côté, au milieu se trouve une allée, au bout de laquelle est une petite cour, dans laquelle cour est un puits ; trois chambres hautes à cheminée, et une gallerie, dans laquelle a été composé un cabinet, servant autrefois d'étude, grenier sur le tout [...]". On ne trouve plus trace d'une activité hôtelière dans cette maison au XIXe siècle. Une demande d'alignement est formulée en 1841 et les matrices cadastrales ont enregistré la démolition de la maison en 1843 et une nouvelle construction en 1846. De cette seconde maison, seule la façade sur la rue Faidherbe a été conservée.

En 1908, la municipalité de Connerré cherchant une nouvelle mairie, profite de la mise en vente de la maison dépendant de la succession de la veuve Trément, commerçante en quincaillerie. Il s'agit en effet d'un emplacement de choix pour l'hôtel de ville, à l'entrée du bourg en arrivant du Mans, à la proue d'un îlot donnant sur l'important carrefour du Lion. L'acte d'adjudication de la maison la décrit ainsi : "une maison construite à murs et couverte en ardoises [...], comprenant au rez-de-chaussée une cuisine, une salle à manger, un salon, un atelier, un cabinet, cage d'escalier, antichambre et corridor ; au premier étage, quatre chambres à feu et deux cabinets, terrasse ; vaste greniers sur le tout et trois caves dessous". Deux projets pour l'installation de la mairie sont réalisés, par les architectes Berthelot et Ricordeau. Ce sont les plans d'Auguste Ricordeau qui sont retenus par la municipalité.

Les travaux d'appropriation, comprenant mairie au rez-de-chaussée et salle des fêtes à l'étage, sont réalisés entre juin 1909 et septembre 1910 par les entrepreneurs Fonteix (gros oeuvre), Derré, Moreau, Martin et Halopé (la date 1909 figure en haut à gauche de la façade principale). La principale transformation est la construction d'une façade dans le style solennel des édifices publics de la Troisième République, à la place de l'ancienne terrasse. La façade sur la rue Michel Beaufils est également reconstruite, tandis que celle sur la rue Faidherbe est conservée, de même que les murs de refend et l'emplacement de l'escalier. Le plaquage de la nouvelle façade principale sur la façade conservée est particulièrement visible dans le raccord maladroit des deux corniches, dans l'angle. La première réunion du conseil municipal dans les locaux a lieu le 14 juillet 1910, la réception définitive des travaux est prononcée le 11 octobre 1911.

Devenu trop petit pour les services municipaux, le bâtiment est désaffecté à la fin des années 1970, alors qu'une nouvelle mairie est construite à l'angle de la rue de Paris et de la rue de l'Abreuvoir. L'édifice, après avoir accueilli la bibliothèque jusqu'en 2015, sert aujourd'hui d'école d'arts plastiques et de salle multimédia.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Dates1909, porte la date, daté par source
Auteur(s)Auteur : Ricordeau Auguste
Auguste Ricordeau (1872 - 1949

Auguste Ricordeau (1872-1949), architecte [1894-1936 ?] 18, rue du Château au Mans (Sarthe)

1897 : Réparations à l'église paroissiale de Beaumont-la-Chartre.

1903 : dresse le plan du nouveau clocher-porche de l'église de Lhomme.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Fonteix Alfred
Alfred Fonteix

Entrepreneur à Connerré (72) au début du XXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source

Le bâtiment, en forme de trapèze irrégulier, est situé à l'angle des rues Faidherbe et Michel Beaufils, face au carrefour du Lion. La façade principale, orientée au nord-ouest, présente une unique travée, une porte en anse de panier et une fenêtre en arc segmentaire, surmontées de l'horloge. Les angles et les ouvertures sont soulignés de chaînages harpés en calcaire, deux bandeaux et une corniche moulurée structurent la façade. Les armoiries de la ville (qui sont celles du chapitre du Mans, autrefois seigneur de Connerré : d'azur semé de fleurs de lys d'or et de clefs d'argent) sont sculptées au-dessus de la porte, dans un écu placé sur un cuir découpé surmonté d'une couronne, entre deux rameaux de chêne et d'olivier. Aux angles de la façade, sous la corniche, sont placés deux médaillons richement ornés, portant les initiales RF pour République Française. Les façades latérales, à trois travées chacune, sont plus sobres, avec corniche moulurée (et bandeau uniquement sur la rue Michel Beaufils). La toiture présente une certaine complexité pour s'adapter à la forme du bâtiment, complexité dissimulée par un toit pentu à longs pans, croupes et épis de faîtage qui surmonte la façade principale.

Au rez-de-chaussée, l'ancienne salle du conseil a conservé sa bibliothèque et sa cheminée en marbre ornée de palmettes, surmontée d'un miroir décoré de bas-reliefs (pilastres à fleurs, couronnes de laurier et flambeaux). L'étage et le comble sont desservis par un escalier suspendu en bois. Accessible depuis le comble, l'horloge est signée Bodet.

Murscalcaire moellon enduit (?)
Toitardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvrementscharpente en bois apparente
Couverturestoit à longs pans croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant suspendu
État de conservationbon état
Techniquessculpture
Précision représentations

Linteau de la porte principale orné des armoiries de la ville (d'azur semé de fleurs de lys d'or et de clefs d'argent), dans un écu placé sur un cuir découpé surmonté d'une couronne, entre deux rameaux de chêne et d'olivier. Médaillons aux initiales RF aux angles de la façade.

Cheminée de l'ancienne salle du conseil ornée de palmettes, surmontée d'un miroir décoré de bas-reliefs (pilastres à fleurs, couronnes de laurier et flambeaux).

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Les hôtels et auberges de Connerré

    Connerré a compté, au moins depuis le Moyen Age jusqu'au XXe siècle, de très nombreux hôtels et auberges, qui attestent de son important rôle d'étape sur une route de première importance, entre Paris, Nantes et Rennes via Le Mans. Parmi les plus anciens, figurent le Plat d’Étain, l’Écu de France, l'Image Notre-Dame, Saint-Jean, Saint-Jacques, Sainte-Barbe, le Lion d'Or, la Croix Blanche, les Victoires, tous attestés pendant l'Ancien Régime (et peut-être le Saulvage, le Dauphin). Ils sont principalement localisés près des portes du Lion et des Vieux Ponts, c'est-à-dire les entrées de la ville sur la route royale de Paris à Nantes, aussi bien à l'intérieur des remparts qu'à l'extérieur. D'autres hôtels sont créés un peu partout dans le bourg au XIXe siècle, tels les hôtels du Nord, de l'Ouest, de France, de l'Europe, de la Boule d'Or, du Cheval Blanc, du Commerce, de la Gare. En tout, ce sont plus de vingt enseignes qui sont connues par les textes et les photographies anciennes. Il ne reste aujourd'hui plus aucun de ces hôtels en activité.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; G 33. 1613-1683 : remembrance de la châtellenie, fief et seigneurie de Connerré.

  • Archives départementales de la Sarthe ; G 1035. 1787 : terrier de Connerré.

  • 1849-1934 : mairie de Connerré.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 2 O 90/5
  • 1839-1869 : alignements de la route royale puis nationale n° 23, commune de Connerré.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 2 S 68
Documents figurés
  • 1854 à nos jours : délibérations du conseil municipal de la commune de Connerré. (Archives municipales de Connerré).

Bibliographie
  • JALINIER, Suzanne. Connerré au fil du XXe siècle. Mulsanne : ITF imprimeurs, 2009.

    p. 17
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Barreau Pierrick
Pierrick Barreau

Chercheur auprès du Pays du Perche sarthois.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.