Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite Sainte-Marie, actuellement maison

Dossier IA85001941 réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesgrange, étable, toit à porcs
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Sainte-Radégonde-des-Noyers
Lieu-dit : Sainte-Marie
Adresse : route
des Grands Greniers
Cadastre : 1834 D 188 ; 2017 OD 193

La ferme ou cabane de Sainte-Marie ne figure pas sur les cartes de la région par Claude Masse vers 1700, mais bien sur la carte de Cassini au milieu du 18e siècle. Dès le 7 avril 1725, elle est affermée par Gabriel Errignon, marchand à Sainte-Radégonde-des-Noyers (qui n'en est sans doute que régisseur) à Pierre Ouvrard, laboureur à Mouzeuil. Le 15 avril 1760, un nouvel acte de ferme de la cabane de Sainte-Marie est passé, cette fois au profit de René Seguin, laboureur, et Françoise Prouzeau, son épouse, par Jean-Baptiste-Nicolas Savary, conseiller du roi et son lieutenant au siège royal des Eaux et forêts de Fontenay-le-Comte, au nom de Françoise d'Arras, dame de Vaujours, veuve de Joseph de Nantias, écuyer, demeurant à Paris et propriétaire de la cabane.

A la Révolution, la cabane est saisie comme bien national à l'encontre de son propriétaire d'alors, Louis-François-Jules Jehannot (1741-1792), marquis de Bartillat, maréchal de camp, émigré, mort à Trèves, en Allemagne. Le logis de la cabane est alors composée d'une seule chambre basse, un grenier bas, avec un fournil, une laiterie, un cellier, une grange, un appentis et deux toits à cochons, le tout en très mauvais état. Le 11 frimaire an III (1er décembre 1794), la cabane est acquise aux enchères, pour 27100 livres, par Nicolas Tiffreau, acquéreur de nombreux biens nationaux à Sainte-Radégonde-des-Noyers et Puyravault.

Le plan cadastral de 1834 représente le logis et la grange-étable qui le prolonge au sud. A cette date, la cabane appartient à Mlle Seignette, propriétaire demeurant à La Rochelle. En 1853, selon le cadastre, le propriétaire d'alors, Philippe Lanièvre fait reconstruire les bâtiments.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle
Dates1853, daté par source

Cette ancienne ferme est représentative des cabanes de marais desséchés, créées à la suite des dessèchements de marais pour exploiter les terres nouvellement gagnées sur les terres. Elle illustre aussi, par la diversité de ses dépendances, la polyculture (céréales, élevage) pratiquée aux 19e et 20e siècles.

La cabane comprend un logis, en retrait par rapport à la voie, et différentes dépendances qui lui sont majoritairement accolées. Le logis est une petite habitation en rez-de-chaussée avec grenier, présentant seulement deux travées d'ouvertures en façade. L'accent des constructeurs a davantage porté sur les dépendances, notamment sur les deux granges-étables à façade sur le mur pignon, parallèles (l'une a été récemment démolie), qui prolongent le logis au sud. Les dépendances comprennent aussi d'anciens toits à cochons et à volailles.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée, étage en surcroît
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
TypologiesCabane de marais desséchés, Ferme à bâtiments séparés, Grange à façade en pignon, Granges parallèles
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée. 3E 39/77. 1760, 15 avril : ferme, pour 5 ans, de la cabane de Sainte-Marie, sise sur le Canal du Clain, au dessèchement du Marais du Petit Poitou, avec ses 174 arpents 27 perches, paroisse de Sainte-Radégonde-des-Noyers, par Jean-Baptiste-Nicolas Savary, au nom de Françoise d'Arras, veuve de Joseph de Nantias, à René Seguin et Françoise Prouzeau.

    En ligne : vues 90-91
  • Archives départementales de la Vendée. 3E 62/246. 1725, 7 avril : ferme, pour 5 ans, de la cabane de Sainte-Marie, à Sainte-Radégonde-des-Noyers, par Gabriel Errignon, marchand à Sainte-Radégonde-des-Noyers, à Pierre Ouvrard, laboureur à Mouzeuil.

    En ligne : vues 154-155
  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 3013, 3015, 3016, 3695. 1835-1958 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Sainte-Radégonde-des-Noyers.

  • Archives départementales de la Vendée. 1 Q 180. Procès-verbaux d'estimation des biens nationaux du canton de Chaillé-les-Marais.

  • Archives départementales de la Vendée. 1 Q 599. 1791-1795 : procès-verbaux de vente des biens nationaux de Sainte-Radégonde-des-Noyers.

Documents figurés
  • 1834 : plan cadastral de Sainte-Radégonde-des-Noyers. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 267).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis