Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite la Foucaudière, actuellement maisons

Dossier IA85002005 réalisé en 2018

Fiche

Parties constituantes non étudiéesgrange, étable, toit à porcs
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : L'Île-d'Elle
Lieu-dit : Foucaudière (la)
Cadastre : 1834 F 552 ; 2017 AX 44 et 71

La carte de la région par Claude Masse en 1701 mentionne une habitation à cet endroit, une des rares qui existent alors au bord de la Sèvre Niortaise, au coeur des marais mouillés. Elle apparaît sur un petit îlot entouré de fossés et d'arbres. Le cours de la Sèvre est alors différent : le cours actuel, qui passe devant la Foucaudière puis le Pellereau, n'existe pas encore et la Sèvre contourne les marais du Pied de Chien, formant une grande boucle par le sud (ce méandre existe toujours à l'état de fossé). Le nouveau bras de la Sèvre a été créé à la fin du 18e siècle ou au début du 19e par le propriétaire de la ferme de Cigogne, à Saint-Jean-de-Liversay, en élargissant un fossé ou "adressou", en vue d'améliorer l'évacuation de l'eau de la Sèvre. En 1824-1828, un contentieux s'élève entre l'Etat et les riverains de ce nouveau cours au sujet de la création et de l'entretien du chemin de halage.

Appelée la Foucaudière ou Pied de Chien, la maison figure sur le plan cadastral de 1834. Elle appartient à Jean Vigneron père, pêcheur et bûcheron, et Anne Audineau, son épouse. La maison passe ensuite à leur fils, Jean-Louis Vigneron, pêcheur, et Marie Suire son épouse. Ils font agrandir la maison en 1861, selon le cadastre, la transformant probablement en une véritable ferme. L'ensemble est ensuite partagé entre leurs deux fils, François Vigneron époux de Louise Guérin, qui fait agrandir sa partie en 1882, et Louis Vigneron, marié à Rosalie Trioux, qui fait de même en 1894. Les bâtiments actuels, toujours divisés en deux propriétés, remontent sans doute pour l'essentiel à cette époque. La façade de la partie ouest (ouvertures) a toutefois été remaniée à la fin du 20e siècle, et des dépendances ont été démolies.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1882, daté par source
1894, daté par source

Cette ancienne ferme, divisée en deux propriétés, comprend deux logis accolés, dans le prolongement l'un de l'autre. Chacun comprend un rez-de-chaussée et un ancien grenier. Le logis est se poursuit par un corps de bâtiment en rez-de-chaussée, orné d'une génoise et que devait prolonger une dépendance. D'autres dépendances (grange, étable, toits...) se trouvent ou se trouvaient dans le prolongement et en arrière du logis ouest, ou encore à l'arrière de l'ensemble, au nord. Le logis ouest présente en façade deux travées d'ouvertures et trois baies au rez-de-chaussée ; le logis est présente deux travées d'ouvertures.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
TypologiesFerme à bâtiments séparés, Marais mouillés, 2/3
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 S 91. 1824-1828 : rétablissement du chemin de halage le long du canal de redressement ou adressou du Pied de Chien.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 1222 à 1228, 3559. État de section et matrices des propriétés du cadastre de L'Ile-d'Ellle, 1835-1958.

Documents figurés
  • 1701 : Carte contenant une partie du Bas Poitou et de l'Aunis où se trouve Marans et l'embouchure de la Seyvre Niortaise, par Claude Masse. (Service historique de la Défense, J10C 1293, pièce 7).

  • Plan cadastral de L'Île-d'Elle, 1834. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 111).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis