Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecluse ou pêcherie du Sablon, puis passage par bac (disparus)

Dossier IA85002363 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominationsbac
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Vix
Lieu-dit : Passage (le)
Cadastre : 1836 J 326 ; 2019 ZB 1
AdresseCommune : Taugon
Lieu-dit : Sablon (le)

Ce site a été occupé jusqu'au début du 19e siècle par une des écluses ou pêcheries qui parsemaient la Sèvre Niortaise, en l'occurrence l'écluse du Sablon. Une de ses premières mentions remonte à 1602 lorsque est affermé le droit de pêche dans la Sèvre Niortaise "depuis l'écluse du Sablon jusqu'à la route du Petit Thairé". En 1690, Mathurin Regnon vend à Simon Saulnier un marais situé près de l'écluse du Sablon. Comme le montre la carte de la région par Claude Masse en 1720, cette pêcherie était située à cet endroit, près d'un passage reliant la Sèvre Niortaise, sur sa rive droite, et le Contrebot de Vix. Là, ces deux cours d'eau ainsi que la Grande levée de Vix d'une part, au nord, la digue des marais de Taugon d'autre part, au sud, sur la rive gauche de la Sèvre, sont particulièrement proches, resserrant d'autant la zone d'expansion des crues.

En raison de cette configuration qui accentue l'effet des inondations, cette pêcherie est particulièrement dénoncée au 18e siècle, notamment par Claude Masse, comme un obstacle à l'écoulement de l'eau et à la navigation. Claude Masse indique sur sa carte du 46e carré que "les digues ou levées sont trop proches l'une de l'autre à l'endroit de l'écluse du Sablon, c'est d'où procède la grande inondation des marais du côté de l'est, dans les grandes eaux qui ne peuvent s'écouler avec liberté à cause des arbres et des écluses, ce qui est très nuisible au pays". Comme lui, l'ingénieur des Ponts et chaussées Hue réclame en 1759 la suppression de l'écluse du Sablon.

Comme toutes les pêcheries de la Sèvre, l'écluse du Sablon est détenue et exploitée par des pêcheurs des environs, en propriété directe ou par bail à ferme. En 1768, l'acte de partage des biens d'André Suire, pêcheur, et Françoise Brillet (ils habitaient sur la digue ou Grande levée de Vix, en amont de l'écluse) mentionne les deux tiers de l'écluse du Sablon. En 1773, Louis Jourdain, leur gendre, afferme l'écluse à Pierre Suire et Jacques Bourdet. En 1775, Simon Rougier, autre gendre d'André Suire, est pêcheur et cabarretier près de l'écluse du Sablon. En 1798, selon un procès-verbal d'enquête qui dénonce à nouveau les pêcheries de la Sèvre, celle du Sablon appartient à André Guérin (1733-1813), pêcheur, époux de Jeanne Delafoy, demeurant au Petit Sablon, commune de Taugon. L'écluse du Sablon est finalement détruite en novembre 1803, après décision du préfet de la Vendée. Onze jours de travail sont nécessaires pour en venir à bout.

Après la disparition de l'écluse, le site continue à être utilisé cette fois comme point de passage entre la Vendée et la Charente-Inférieure, d'une rive à l'autre de la Sèvre Niortaise ; un passage facilité par la proximité des digues de part et d'autre. Le passage du Sablon est ainsi indiqué sur la carte du bassin de la Sèvre Niortaise par Mesnager en 1818, puis sur le plan cadastral de Vix en 1836. Venant de Vix, descendant de la Grande levée dans le Contrebot de Vix, on pouvait emprunter un bateau, traverser la Sèvre, emprunter sur sa rive gauche un grand fossé qui existe encore de nos jours, franchi par une passerelle de halage, et de là rejoindre la digue de Taugon. Repris par l'Etat qui met en ferme sa gestion, le passage du Sablon attire l'activité. Un café s'établit à proximité, côté Vix, dans une maisonnette à une seule pièce. Au début du 20e siècle, ce café prospère grâce à la clientèle des ouvriers employés à l'élargissement du canal du Sablon. La plupart d'entre eux sont originaires de la commune de Charron. Le propriétaire du café, Théophile Garreau, époux Charbonnier, en garde le surnom de "Charounet".

Période(s)Principale : Temps modernes, 19e siècle

Il ne reste rien de nos jours de la pêcherie ni du passage par bac, si ce n'est quelques indices : une rampe sur le bord de la Sèvre, rive droite, côté Vix, et l'ancien fossé reliant la Sèvre, rive gauche, à la digue de Taugon, côté Taugon.

Couvrements
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • L'écluse du Sablon et les problèmes qu'elle pose, par Claude Masse en 1714 (extrait du Mémoire et suite des renvoys qui sont mis à la carte cy jointe en lettres et en chiffres, SHD, 4° 133, pièce 18).

    "X- Passage et digue du Sablat où la rivière est trop resserrée par les digues et écluses ou poissonnières ou bouchots. Il y en a cinq en cet endroit et il ne reste de passage proprement libre pour le cours de l’eau que cinq à six pieds d’intervalle entre chaque écluse. Et les bords ou joyers sont formés avec des pieux ou pilots enfoncés qui soutiennent les terres, qui forment de petites levées et resserrent le cours de la rivière, joint aux arbres qui sont sur ces chaussées entourées de grands roseaux et rouches, qui empêchent le libre écoulement des eaux quand elles sont débordées, joint au trop peu de distance que les dessécheurs des marais de Taugon ont laissé entre la levée et digue du canal et Contrebot de Vix, ce qui fait refouler les eaux et noie tout le pays et paluds du côté de l’est et le long des bords des rivières de l’Autise, de Sèvre et de Mauzé, ce qui est très préjudiciable aux terres basses qui sont en prairies et [terres] labourables, ce qui fait paraître toutes les rives de ces rivières entre les ceintures et les terres fermes comme un lac une grande partie de l’année où l’on ne distingue nullement le cours des rivières. Et ces grandes étendues d’eau montent quelquefois si haut et pèsent sur les digues, qu’elles les rompent par l’agitation du vent qui les fait passer par-dessus,et noient les marais desséchés à droite et à gauche de la Sèvre,ce qui cause de grandes pertes quand ces levées rompent."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service historique de la Défense, 4° 133, pièce 18. 1714, août : Mémoire et suite des renvoys qui sont mis à la carte cy jointe en lettres et en chiffres.

  • Archives départementales de Charente-Maritime, C 39. 1759, 17 octobre : rapport de visite de la Sèvre Niortaise par l'ingénieur des Ponts et chaussées Hue.

  • Archives départementales de la Vendée, B 1233. 1690, 12 mai : vente d'un marais près de l'écluse du Sablon, à Vix, par Mathurin Regnon à Simon Saulnier.

    Vue 55
  • Archives départementales de la Vendée, B 1234. 1775, 18 juin : acte de vente d'un marais près de l'écluse du Sablon par Simon Rougier à André Guérin.

  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 37/268. 1602, 11 mai : bail à ferme par Mathurin Picoron, sergent royal, fermier du droit de tramaillage et de pêche dépendant de "l'engagerie de Maillezais, à André Gantier, Henry Guillot, Jehan Bonnyn, demeurant en l'île de Vix, et à Estienne Brejonneau, absent, le droit de tramaillage ou pêche en la rivière de la Sèvre, depuis l'écluse du Sablon jusqu'à la route du Petit Tayré.

  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 63/43. 1768, 5 février : acte de partage des biens d'André Suire et Françoise Brillet, pêcheurs à Vix.

  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 63/45. 1773, 19 avril : acte de ferme de l'écluse du Sablon par Louis Jourdain à Pierre Suire et Jacques Bourdet.

  • Archives départementales de la Vendée, 62 J, archives de la Société des marais de Vix-Maillezais, liasse 18, dossier 1, pièce 2. 1798, 19 juin (1er messidor an VI) : procès-verbal de visite des écluses et pêcheries sur la Sèvre Niortaise.

  • Archives départementales de la Vendée, 62 J, archives de la Société des marais de Vix-Maillezais, liasse 18, dossier 1, pièces 5 et 6. 1803, 10 septembre (23 fructidor an XI) : arrêté du préfet de la Vendée relatif à la destruction des écluses sur la Sèvre Niortaise ; 1803, 26 novembre (4 frimaire an XII) : état des journées employées par les ouvriers engagés par le maire de Vix pour la démolition des écluses.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 3392 à 3401, 3725 (complétés par les registres conservés en mairie). 1837-1971 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Vix.

  • Archives départementales des Deux-Sèvres, 3 S 633. 1865-1907 : adjudication et mises en ferme des passages par bac du Sablon, de la Bonde des Jourdain et du Roseau du Rouleau.

  • Entretien avec Suzanne Renou née Sausseau (1916-2004), habitante des Marais Bas à Vix, juillet 2000.

Documents figurés
  • Service Historique de la Défense, Vincennes, J10C 1293, pièce 17. 1720, 29 octobre : Carte du 46e quarré de la generalle des costes du Bas Poitou, païs d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse Guienne..., par Claude Masse.

  • Service historique de la Défense, 4° 133, annexe à la pièce 18. 1714, août : Carte de partie du Bas Poitou et du Pays d'Aunix dressée au sujet de la contestation du recalement du Contrebot de Vix.

  • 1818, 30 septembre : carte itinéraire de la Sèvre Niortaise pour l'intelligence du projet général qui a pour but le perfectionnement de la navigation, la conservation des marais desséchés et le dessèchement des marais mouillés, par l'ingénieur en chef des Ponts et chaussées François-Philippe Mesnager. (Archives départementales des Deux-Sèvres, 3 S 17).

  • Plan cadastral de Vix, 1836. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 303).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis