Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecluse ou pêcherie de l'Ecluse Neuve (disparue), maison ; Marais de Digolet

Dossier IA85002358 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesjardin
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Vix
Lieu-dit : Marais de Digolet
Cadastre : 1836 K 185 ; 2019 ZA 61

A cet endroit se trouvait, jusqu'au début du 19e siècle, une des écluses ou pêcheries qui parsemaient le cours de la Sèvre Niortaise. Il s'agissait de l'écluse Neuve qui apparaît en 1667 sur le plan de partage des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon. Elle est plus précisément citée par Claude Masse dans ses cartes et mémoires sur la région, notamment en 1714 sur sa carte de partie du Bas Poitou et du Pays d'Aunix dressée au sujet de la contestation du recalement du Contrebot de Vix. L'écluse y apparaît sous le repère 6, ainsi décrit dans le mémoire qui accompagne la carte : "Ecluse Neuve ou poissonnière. Ce sont des pieux plantés dans la rivière pour en resserrer le cours, et là où on tend des filets et bourgnes pour attraper le poisson. Le vulgaire appelle ces espèces d'écluses, qui n'ont point de portes, "boucheaux". Il y en a plusieurs le long de la rivière de Sèvre et dans celle de Mauzé". En 1742, l'écluse Neuve est prise comme point de séparation des droits de pêche dans la Sèvre entre l'évêque de La Rochelle, seigneur de Mailleais, et celui de Luçon, seigneur de Choupeau. En 1768, l'écluse Neuve fait partie (pour un huitième) des biens d'André Suire et Françoise Brillet, pêcheurs, partagés entre leurs successeurs. En 1798, l'écluse appartient à René Suire, demeurant à Vix.

Si l'écluse a alors disparu, supprimée par l'Etat au début du 19e siècle, comme toutes les pêcheries, pour faciliter la navigation et l'écoulement de l'eau, quelques habitations (une rive droite, à Vix, deux autres rive gauche, à Saint-Jean-de-Liversay) apparaissent toujours sur la carte du bassin de la Sèvre Niortaise par Mesnager en 1818, ainsi que sur le plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay en 1811 et sur celui de Vix en 1836. Côté Vix, la "hutte de l'Ecluse Neuve", entourée de fossés et de petites parcelles, appartient alors aux enfants mineurs de Joseph Jourdain (1778-1826), pêcheur, et de Françoise Bigot (1786-1833).

Démolie en 1842, la maison est reconstruite en 1885 pour le compte de Ferdinand Bigot époux Sausseau, demeurant à Marans, puis passe à son beau-frère et sa belle-soeur, Jules Auger (1850-1922) et Louise Sausseau (1854-1922). Le 7 juillet 1922, ces derniers sont retrouvés, assassinés, sur la digue des marais de Saint-Jean-de-Liversay, de l'autre côté de la rivière. L'enquête ne permit jamais d'identifier leurs assassins. La maison est alors passée dans la mémoire collective sous le nom de "maison du crime". Quant aux habitations sur la rive gauche, côté Saint-Jean-de-Liversay, propriétés en 1811 d'Alexis Fontaine et Anne Pouzet, elles ont disparu dans les années 1950-1960.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle

La maison est située au bord de la Sèvre Niortaise, sur une parcelle de terrain surélevée pour résister plus longtemps à la montée des eaux en cas d'inondation. Elle est entourée d'arbres, vestige de verdure au milieu des marais mouillés remembrés de Digolet. La maison, en simple rez-de-chaussée, ne présente que deux baies au rez-de-chaussée.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
TypologiesMaison indépendante ; Marais mouillés ; 0/2
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service historique de la Défense, 4° 133, pièce 18. 1714, août : Mémoire et suite des renvoys qui sont mis à la carte cy jointe en lettres et en chiffres.

  • Archives départementales de la Charente-Maritime, 31 ETP, archives de la Société des marais de Taugon, carton 1, dossier E, pièce 2. 1742, 14 décembre : transaction entre les évêques de La Rochelle et de Luçon au sujet des droits de pêche dans la Sèvre Niortaise.

  • Archives départementales de la Charente-Maritime, 3 P 3584, 3585 à 3593. 1813, 1824-1954 : état de section, matrices et registres des augmentations et diminutions cadastrales de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Archives départementales de la Vendée, 3 E 63/43. 1768, 5 février : acte de partage des biens d'André Suire et Françoise Brillet, pêcheurs à Vix.

  • Archives départementales de la Vendée, 62 J, archives de la Société des marais de Vix-Maillezais, liasse 18, dossier 1, pièce 2. 1798, 19 juin (1er messidor an VI) : procès-verbal de visite des écluses et pêcheries sur la Sèvre Niortaise.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 3392 à 3401, 3725 (complétés par les registres conservés en mairie). 1837-1971 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Vix.

Documents figurés
  • Service historique de la Défense, 4° 133, annexe à la pièce 18. 1714, août : Carte de partie du Bas Poitou et du Pays d'Aunix dressée au sujet de la contestation du recalement du Contrebot de Vix.

  • 1720, 29 octobre : Carte du 46e quarré de la generalle des costes du Bas Poitou, païs d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse Guienne..., par Claude Masse (Service Historique de la Défense, Vincennes, J10C 1293, pièce 17).

  • Archives départementales de la Charente-Maritime, 5 Fi Taugon 4. 1667, 2 janvier : plan [de partage des marais] de Taugon et La Ronde levé par le sieur de Laserre arpenteur général le 2 janvier 1667.

  • Archives départementales de la Charente-Maritime, 3 P 5079. 1811 : plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay.

  • 1818, 30 septembre : carte itinéraire de la Sèvre Niortaise pour l'intelligence du projet général qui a pour but le perfectionnement de la navigation, la conservation des marais desséchés et le dessèchement des marais mouillés, par l'ingénieur en chef des Ponts et chaussées François-Philippe Mesnager. (Archives départementales des Deux-Sèvres, 3 S 17).

  • Plan cadastral de Vix, 1836. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 303).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.